Les travaux à la Citadelle de Québec continueront avec la «Bluestone»

3107
Livraison de pierres Bluestone à la Citadelle de Québec. (45eNord.ca)
Temps de lecture estimé : 3 minutes

Malgré la polémique entourant l’utilisation d’une pierre bleue (bluestone) venant des États-Unis pour restaurer une partie de la Citadelle de Québec, la Défense nationale justifie encore ce choix, mais s’égare!

Lors d’un point de presse tenu ce vendredi à la Citadelle, le ministère de la Défense nationale a expliqué que le Bastion du Roi, construit dans les années 1830, avait bien besoin de restauration.

Afin de minimiser les risques, seules les pierres endommagées et irréparables ont été prévues d’être remplacées par de nouvelles pierres ayant «les mêmes caractéristiques physiques et visuelles que les pierres originales», afin de «préserver le caractère patrimonial de la Citadelle» et «maintenir le statut de la Citadelle comme un élément du site patrimonial mondial UNESCO du Vieux-Québec».

Or, malgré la présence à proximité d’une carrière exploitant le grès vert de Sillery (pierre utilisée à l’origine), c’est plutôt vers la pierre bleue de Pennsylvanie que s’est tourné le ministère, et ce, malgré les avis défavorables de plusieurs experts experts de Parcs Canada.

Après une première polémique, l’entrepreneur général (et non le MDN) a finalement autorisé la pierre québécoise, et l’a retenu pour les phase deux et trois du projet, et une partie de la première phase.

Aucune excuse ou même regret de la part du ministère.

Mais voilà qu’aujourd’hui le ministère de la Défense nationale affirme que «les carrières ayant fourni les premières pierres utilisées à la Citadelle ne sont plus en activités aujourd’hui» !

Martin Anctil, président de la société ANSA qui exploite la carrière de Grès vert de Sillery n’a pas manqué de sursauter en entendant cette affirmation: «Faux, les rapports d’Obalski (1889), d’Ells 1890 et de Parks 1916 confirment que ma carrière à Lévis existait et qu’elle a contribué à la construction du Vieux Québec dont l’ancien palais de justice de Québec», affirme-t-il à 45eNord.ca.

Une pierre américaine non-conforme

Or, en se basant sur le devis, d’autres firmes indépendantes (EXP et LEQ) ont confirmé que la pierre bleue de Pennsylvanie était non conforme.

Synthèse des firmes EXP et LEQ confirmant la non-conformité de la pierre américaine de type bluestone.

Le document, que 45eNord.ca a pu consulter, précise d’emblée que les exigences […] les plus rigoureuse prévaudront».

Ainsi, le devis précise notamment le degré d’absorption, de densité, de résistance à la compression sec moyen et humide moyen et bien sûr la couleur (verte).

Le rapport de LEQ affirme: «La pierre de type Bluestone […] n’a pas la composition minéralogique pour être caractérisée comme un grès-quartzite de type II». De plus, «les résultats d’analyses de la pierre Bluestone ne respectent pas la majeure partie des exigences du devis pour être utilisé comme pierre de type grès vert de Sillery. Certaines de ces propriétés peuvent avoir un impact important sur la performance et la durabilité de la pierre. En conclusion, la pierre Bluestone proposée n’est pas conforme aux exigences du devis».

Celui de EXP indique que «la pierre BlueStone ne rencontre aucun des critères techniques et exigences spécifiés au devis technique du projet et est donc classifiée comme étant non-conforme».

Le ministère affirme toutefois que dans le cadre de «notre programme rigoureux d’assurance de la qualité, la pierre bleue américaine et la pierre de Sillery québécoise ont été vérifiées par des experts indépendants et elle satisfait à toutes les spécifications physiques, y compris celles qui se rapportent à l’apparence visuelle», mais se refuse à révéler quels sont ces experts…

En revanche, pour des projets futurs, la pierre Bluestone n’a pas été retenue car… non-conforme!