Vol MH17 abattu en Ukraine: quatre suspects jugés pour meurtre en mars 2020

514
Des débris de l'avion de la Malaysia Airlines MH17 sont chargés sur un camion à Grabove (Ukraine) le 16 novembre 2014 (Menahem Kahana/AFP)
Temps de lecture estimé : 3 minutes

Quatre suspects seront jugés pour meurtre en mars 2020 aux Pays-Bas dans le cadre de l’enquête sur le crash du vol MH17, abattu en 2014 au-dessus de l’est séparatiste de l’Ukraine par un missile russe, ont annoncé mercredi des familles des victimes préalablement informées par les autorités néerlandaises.

« Il y aura un procès le 9 mars 2020 contre quatre personnes accusées de meurtre », a annoncé à la presse Silene Fredriksz, dont le fils et la belle-fille avaient péri dans la tragédie, peu après que les familles des victimes en eurent été informées par les autorités néerlandaises.

« Je suis heureuse que le procès va enfin pouvoir débuter et que les noms des suspects ont été révélés. C’est un début. Je suis satisfaite », a-t-elle ajouté. Quand on lui a demandé qui était responsable de l’écrasement, elle a répondu : le président russe Vladimir « Poutine, parce qu’il a rendu cela possible. Il est le principal responsable ».

L’équipe internationale d’investigation conjointe (Joint Investigation Team, JIT), conduite par les Pays-Bas et  composée d’enquêteurs d’Australie, de Belgique, de Malaisie, des Pays-Bas et d’Ukraine, doit dévoiler lors d’une conférence de presse à 13 h locales (11 h GMT) les « derniers développements de l’enquête » sur l’écrasement.

En mai 2018, elle avait annoncé avoir établi que le missile ayant abattu l’avion provenait de la 53e brigade antiaérienne russe basée à Koursk (ouest de la Russie).

Le Boeing de la Malaysia Airlines, parti d’Amsterdam pour Kuala Lumpur, avait été abattu en plein vol au-dessus de la zone de conflit armé dans l’est séparatiste prorusse de l’Ukraine le 17 juillet 2014. Les 283 passagers,  dont 196 Néerlandais, et les 15 membres de l’équipage avaient péri.

Les Pays-Bas et l’Australie, dont 38 ressortissants figuraient parmi les victimes, ont ouvertement accusé la Russie d’être responsable de la mort de leurs ressortissants après les révélations de la JIT. Pour la première fois, la responsabilité de cette catastrophe était ouvertement imputée à Moscou, qui a nié avec véhémence toute implication, rejetant la faute sur Kiev.

La vice-ministre ukrainienne des Affaires étrangères Olena Zerkal a déclaré mardi à l’agence ukrainienne Interfax qu’un haut gradé russe figurait parmi les quatre suspects. « Les noms seront donnés », a-t-elle affirmé.  Le transfert d’armement comme le système de missiles anti-aériens BUK « est impossible sans l’autorisation de hauts responsables » de l’armée russe, a-t-elle estimé.

Selon les médias néerlandais, un des quatre suspects pourrait être le commandant de la 53e brigade antiaérienne russe, dont provenait le missile, d’après les conclusions des enquêteurs.

Conclusions «convaincantes»

La tragédie reste un sujet hautement sensible aux Pays-Bas, où le premier ministre Mark Rutte n’a jamais caché que trouver les coupables et les traduire en justice étaient un de ses objectifs les plus importants à la tête du gouvernement.

Parallèlement, le groupe d’investigation journalistique Bellingcat a indiqué qu’il dévoilerait également de son côté mercredi le nom « des individus liés à la destruction du MH17 », en précisant que ses investigations étaient « totalement indépendantes et distinctes de l’enquête » officielle.

« Nous espérons avoir des noms et fonctions de suspects », a confié à l’AFP Piet Ploeg, président d’une association des familles et qui a perdu trois proches lors de l’écrasement. « C’est un pas très important vers un procès », a-t-il ajouté.

Les députés néerlandais ont ratifié en 2018 un accord signé avec l’Ukraine pour que soient engagées aux Pays-Bas les éventuelles poursuites judiciaires à l’encontre des responsables de la catastrophe. Il se pourrait toutefois que les suspects soient jugés par contumace, la Russie n’extradant pas ses ressortissants poursuivis à l’étranger.  

L’écrasement du vol MH17 avait encore détérioré les relations entre la Russie et les pays occidentaux, déjà au plus bas après l’annexion de la péninsule ukrainienne de Crimée par Moscou en 2014 et le déclenchement du conflit dans l’est avec les séparatistes, que la Russie est accusée de soutenir, ce qu’elle nie.

Après les révélations des enquêteurs sur l’origine russe du missile, l’Union européenne et l’OTAN avaient exhorté Moscou à reconnaître sa « responsabilité ». Les ministres du G7 avaient ensuite appelé en juillet la Russie à « reconnaître son rôle » dans cette affaire, déclarant que l’enquête avait conduit à des conclusions « convaincantes » et « profondément troublantes » sur son implication.

Les enquêteurs se sont engagés à étudier « avec soin » les affirmations de la Russie sur la catastrophe, tout en notant que des informations qu’elle avait précédemment fournies, telles que la présence sur les images radar d’un avion de combat ukrainien près de l’avion de Malaysia Airlines, s’étaient avérées « incorrectes ».