Une assermentation d’élofs sous le signe de la diversité [PHOTOS/VIDÉO]

2705
Temps de lecture estimé : 3 minutes

Avec une cinquantaine d’hommes et une vingtaine de femmes, ainsi que plusieurs recrues issues de l’immigration, c’est sous le signe de la diversité qu’avait lieu vendredi 28 juin la cérémonie d’assermentation des futurs élèves-officiers du Collège militaire royal de Saint-Jean.

Dans ce groupe varié, les Habibi, Aprahamian, Lakhal, Li, Ramirez-Abello, Diaz, Twagira, et Lopato-Miguel voisinaient les Barbeau, Desgroseillers, Côté, Gagnon, Morin et Tremblay.

Et en ce jour de cérémonie d’assermentation, on a pu voir le jeune d’origine afghane Sarfaraz Habibi, qui se destine à être officier d’arme blindée, en compagnie de sa mère portant le hijab, en conversation avec le lieutenant-Colonel William Girard, Directeur des élèves-officiers du CMR Saint-Jean qui présidait la cérémonie et s’est lui-même converti à l’islam lorsqu’il s’est marié à la Dre Hameeda Tasneem, de confession musulmane, nous apprenait-il en entrevue après la cérémonie.

«On a des élèves-officiers musulmans, ceux qui le veulent peuvent pratiquer le ramadan, on a eu des heures spéciales de cuisine ou des boîtes à lunch selon leurs restrictions alimentaires», de nous préciser le lieutenant-colonel, pour qui il n’y a aucun problème à inclure n’importe quelle confession, race, couleur: «On est les Forces armées canadiennes, l’important est que les gens fassent leur travail. S’il y a une organisation qui est inclusive, c’est bien nous. On met énormément d’efforts depuis des années sur ça et on est un exemple. On opère dans plusieurs pays, alors, si notre personnel n’était pas ouvert aux autres cultures, ce serait un vrai problème pour nous.».

«Quand on a un élève-officier musulman originaire d’Afghanistan, je ne vois aucun problème, au contraire, si on retourne dans cette partie là du monde, c’est quelqu’un qui va avoir une connaissance qu’il va pouvoir apporter au reste de l’équipe», de renchérir le lieutenant-colonel Girard.

Quant au nouvel élof Habibi, né en Afghanistan, mais déjà bien intégré à la société canadienne, il ne cachait pas que son plus cher désir était maintenant de redonner à la société canadienne qui l’a si bien accueilli.

Que la «diversité» soit une richesse n’était pas à cette cérémonie qu’un slogan, mais bel et bien une réalité visible et incontestable, qui fait la force et la richesse des Forces canadiennes, loin des vaines polémiques qui agitent le monde politique à ce sujet à certains endroits.

Le début d’un parcours difficile pour tous

Mais le parcours qui attend les nouveaux élofs n’en demeure pas moins difficile pour tous et toutes.

Présidée par le lieutenant-colonel Girard, en présence, notamment, du major Bernard Gagnon, Commandant du Centre de recrutement Québec, la cérémonie de vendredi marquait l’enrôlement d’élèves-officiers sélectionnés dans le cadre du Programme de formation des officiers de la Force régulière (PFOR).

Les nouveau élofs qui ont prêté serment ce vendredi et se sont enrôlés dans le cade du Programme de formation des officiers de la Force régulière consacreront maintenant les quatre ou cinq prochaines années à leurs études collégiales et universitaires,

Ils apprendront également les principes de base du leadership et poursuivront leur instruction militaire pendant l’été.

Mais d’abord, ces 70 nouveaux élèves officiers, qui représentent la Marine royale canadienne, l’Armée et l’Aviation royale, recevront maintenant une formation militaire initiale avant de commencer leurs études. Au cours de l’été 2020, ils devront en outre compléter leur qualification militaire de base à l’École de leadership et de recrues, elle aussi située à Saint-jean-sur-Richelieu.

Un parcours difficile, le lieutenant-général Girard ne cachant pas que, sur 10 personnes présentes ce vendredi, on en perdra sans doute 4 qui, pour diverses raisons, n’iront pas jusqu’au bout, alors que 6 sur 10 entameront au terme de leurs études une carrière à titre d’officiers commissionnés dans les Forces armées canadiennes.

Le rôle central des parents

Un troisième élément a également été souligné vendredi: le rôle clé des parents.

«C’est avec fierté que j’ai accepté la présidence d’honneur de cette cérémonie qui marque le début de nombreuses carrières dans les Forces armées canadiennes», a déclaré d’entrée de jeu le lieutenant-colonel Girard dans son allocution qui a suivi l’assermentation des nouvelles recrues. «Il s’agit d’une étape qui mérite d’être soulignée, non seulement au sein de la communauté militaire, mais aussi avec des parents et amis», a-t-il noté devant les parents des nouveau élofs qui ne cachaient pas leur fierté et ont profité de la cérémonie pour prendre plusieurs photos de leurs fils et filles qu’ils verront sans doute beaucoup moins au cours des quatre ou cinq années consacrées à leur formation d’officiers.

Parents dont, selon les mots du lieutenant-colonel, «la contribution morale est et sera toujours un élément clé dans la carrière (de leurs enfants).» Ils ont donné leurs enfants à la nation, quand ils les reverront, ils seront devenu(e)s des hommes, des femmes et des leaders.