Suspects en cavale, écrasement d’Air Saguenay: les Forces armées canadiennes en renfort

Temps de lecture estimé : 3 minutes

Les Forces armées canadiennes vont prêter main forte à la Gendarmerie royale du Canada dans deux dossiers qui font actuellement la manchette d’un bout à l’autre du pays.

Lac Mistastin / Air Saguenay

Dans une déclaration transmise aux médias, les Forces armées canadiennes rappellent se tenir «toujours prêtes à aider d’autres organisations gouvernementales» et que «les efforts de récupération du lac Mistastin sont un autre exemple de cette coopération».

Les recherches visant à retrouver les victimes de l’écrasement de l’hydravion de lundi 15 juillet au Labrador se poursuivent et restent un effort dirigé par la Gendarmerie royale du Canada. Sur les sept passagers, seuls quatre ont pu être retrouvés sans vie pour le moment.

Le ministre de la Sécurité publique Ralph Goodale a annoncé qu’«Harjit Sajjan [ministre de la Défense nationale, NDLR], et moi avons accepté la demande officielle d’aide fédérale, notamment la demande d’équipement et de membres des Forces armées canadiennes».

La Force opérationnelle interarmées Atlantique fournira une assistance militaire à l’équipe de la Division B de la GRC à Mistastin Lake du 29 juillet au 6 août, afin de contribuer à la recherche sous-marine des passagers portés disparus de l’avion Air Saguenay.

Les FAC enverront six membres de l’Unité de plongée de la flotte (Atlantique), ainsi que du matériel capable de détecter des objets sous l’eau correspondant aux profondeurs rencontrées au lac Mistastin, notamment:

  • un véhicule sous-marin téléguidé Seabotix (ROV). Dispositif d’inspection sous-marine portable
  • un sonar à balayage latéral Klein. Sonar remorqué depuis le côté du bateau
  • Deep Trekker. Un véhicule sous-marin téléguidé en eau profonde robuste
  • Remus 100 – Véhicule sous-marin autonome (AUV) avec systèmes de suivi avancés

Ces ressources doivent aider à effectuer des recherches dans le Lac Mistastin afin de récupérer les corps et d’autres objets qui se trouveraient à de telles profondeurs. Le lac fait en effet pas moins de 16 kilomètres de long et peut atteindre par endroit près de 70 mètres de profondeur.

Hydravion de la compagnie Air Saguenay. (Jean Gagnon)

Suspects à Gillam

Dans un autre dossier, et «à la demande du commissaire de la GRC, les Forces armées canadiennes fourniront un soutien aérien lors de la fouille afin de localiser deux suspects de meurtre près de Gillam, au Manitoba».

À la demande de la GRC, un aéronef CC-130H Hercules de l’Aviation royale canadienne du 435e Escadron de transport et de sauvetage à Winnipeg facilitera les recherches aériennes. Un agent de la GRC sera à bord de l’aéronef pour diriger la recherche.

Le CC-130H Hercules utilisé pour les opérations de recherche et sauvetage n’est pas équipé d’appareils photo. Au lieu de cela, des observateurs spécialement formés pour la recherche et le sauvetage effectuent des recherches visuelles

L’équipage d’un CC-130H Hercules en configuration recherche et sauvetage est composé de deux pilotes (un commandant d’aéronef et un copilote), d’un officier des systèmes de combat aérien, d’un mécanicien navigant, d’un chef de charge et de deux techniciens en recherche et sauvetage.

Un CP-140 Aurora du 407e Escadron basé à Comox, en Colombie-Britannique, est également arrivé en soirée au Manitoba pour participer à la fouille aérienne. Il sera basé à Winnipeg, au Manitoba.

L’équipage d’un CP-140 Aurora est composé d’un minimum de 10 personnes, dont 2 pilotes, 1 mécanicien navigant, 2 officiers des systèmes de combat aérien et 5 opérateurs de capteurs électroniques aéroportés. La taille de l’équipage varie en fonction de la mission.

Le CP-Aurora, lui, dispose de capacités de surveillance spécialisées, notamment des systèmes de caméras infrarouges et de radars imageurs pouvant être utilisés pour faciliter la recherche.

La zone de recherche sera déterminée par la GRC et les capacités qui seront utilisées lors de la recherche seront finalement déterminées par les demandes de support de la GRC et l’évaluation par l’équipe de l’Aurora de la capacité la mieux adaptée pour répondre à la demande en fonction de leur expertise et de leur expérience.

Les FAC aideront la GRC jusqu’à ce qu’elle indique que l’aide de l’armée n’est plus nécessaire.

Selon la police, Bryer Schmegelsky, 18 ans, et son ami Kam McLeod, âgé de 19 ans, de Port Alberni, en Colombie-Britannique, sont accusés du meurtre de Leonard Dyck, un professeur de botanique à l’Université de la Colombie-Britannique, et ils sont soupçonnés d’avoir assassiné l’Australien Lucas Fowler et sa petite amie américaine Chynna Deese. Les trois homicides ont eu lieu dans le nord de la Colombie-Britannique.

Après avoir fui la province, ils se trouveraient dans la région de Gillam, au Manitoba, zone particulièrement isolée et de forêt dense.