Fortissimo 2019: un témoignage des valeurs des Forces armées canadiennes [PHOTOS/VIDÉO]

1569
Temps de lecture estimé : 3 minutes

Une nouvelle fois, comme chaque année depuis 23 ans maintenant, la Garde de cérémonie s’est faite l’hôte de Fortissimo, une représentation militaire et musicale impressionnante sur la Colline du Parlement, qui est non seulement un spectacle, mais une affirmation des valeurs des Forces armées canadiennes.

Fortissimo est un concert militaire gratuit et un «tattoo militaire» dont l’origine remonte au XVIIe siècle quand, alors que l’armée britannique combattait en Europe, en Belgique et aux Pays-Bas, les tambours étaient envoyés dans les rues des villes de garnison, à partir de 21h30 et jusqu’à 22 h, heure du couvre-feu, afin de signifier aux soldats qu’il était l’heure de rentrer au cantonnement.

Comprenant une cérémonie du crépuscule, spécialement conçu pour se dérouler sur la Colline du Parlement depuis 1997, Fortissimo met en vedette, avec plus de 300 musiciens sur le terrain, des musiques militaires, des corps de cornemuses, des artistes invités et des soldats de la Garde de cérémonie.

Si le spectacle du 20 juillet sera présidée par le brigadier-général Conrad Mialkowski, qui a pris le commandement de la 4e Division du Canada et de la Force opérationnelle interarmées (Centre) le 22 juin 2019, et celui du 19 juillet sera présidée par le lieutenant-général Paul Wynnyk, qui a annoncé le 9 juillet sa retraite après 38 ans de service et dont ce sera la dernière journée comme vice-chef d’état-major de la Défense, le spectacle d’hier soir, 18 juillet, était présidée par le lieutenant-général Jean-Marc Lanthier, qui prend la relève du lieutenant-général Wynnyk et assume désormais les fonctions de vice‑chef d’état‑major de la défense.

Plus qu’un spectacle !

«Fortissimo, en effet, est un événement qui célèbre la présence des musiques militaires et leur importance dans la culture militaire.», a souligné en entrevue à 45eNord après l’événement le lieutenant-général Lanthier, se déclarant «extrêmement fier comme commandant de l’Armée d’avoir vu la performance de toutes les troupes massées là, qui nous ont fait un spectacle absolument superbe».

Devant des milliers de curieuses et de curieux, le concert a donc lieu sur la pelouse de la Colline du Parlement de 19h à 21h chacun des trois soirs des représentations (18, 19 et 20 juillet), et est agrémenté de divers tirs de canons et de fusils.

Sur la Colline parlementaire, on a pu voir cette année, précédée de la démonstration de parachutisme des Skyhawks, le Corps de cornemuses et tambours combinés, la Musique du Royal Hamilton Light Infantry, la Musique Centrale des Forces armées canadiennes, ainsi que les danseurs amérindiens des Tambours et danseurs Kitigan Zibi Anishinabeg, mais une place toute spéciale était réservée au National Armed Forces Staff Orchestra de la Lettonie, où le Canada commande le Groupe de présence avancé de l’OTAN pour répondre à la menace russe.

L’ensemble des groupes musicaux participant à Fortissimo, interprètent l’hymne national Letton sur la Colline parlementaire à Ottawa. (Ambassade de Lettonie)

Le National Armed Forces Staff Orchestra a été créé en 1992 dans le but de rétablir les traditions et les rituels nationaux et militaires de la République de Lettonie. Le bataillon est une unité distincte directement subordonnée au commandant des Forces lettones.

«Évidemment, le Canada travaille toujours avec ses alliés.», souligne également le lieutenant-général Lanthier. «Avec la Lettonie, nous avons une relation bilatérale au sein de l’OTAN. Nous menons un groupement tactique là-bas et, donc, la relation que nous avons développé se solidifie à travers l’excellente performance de ce soir. C’est un témoignage de solidarité et d’entente entre nos deux pays et nos deux armées».

«C’est un témoignage de respect entre les deux nations. On les a invité, ils ont performé. Et notre Musique centrale a joué aussi en Lettonie, donc, cet échange est critique dans les objectifs q’on veut atteindre ensemble, permettant de cimenter notre alliance à travers la musique qui est «un langage internationale qui transcende les différences culturelles et linguistique», mais qui nous unit pour aller plus loin et plus profondément encore que la musique.

Sous les auspices de la Garde de cérémonie

Un autre qui n’était pas peu fier de l’édition 2019 de Fortissimo, était le major Stéphane Tremblay, membre du Royal 22e Régiment, et aujourd’hui commandant de la Garde de cérémonie à Ottawa.

En 90 et 91, se plaît à rappeler celui qui était cette année le grand coordonnateur de l’événement, le major Tremblay participait déjà comme fantassin du R22eR à la Garde en rouge à la Citadelle de Québec.

Pour le «petit garçon qui a commencé en 1990 et qui aujourd’hui près de la retraite», Fortissimo est également plus qu’un spectacle, c’est «une cérémonie où on peut démontrer aux civils ce qu’on peut faire» ,mais, surtout «l’accomplissement d’une équipe» et un «un exercice de discipline très important pour les Forces» .

Et, comme tous les ans , c’est évidemment avec l’ouverture 1812 de Tchaïkovski que s’est conclu la partie musicale de Fortissimo, suivi de la cérémonie du crépuscule avec feu de joie et retrait du drapeau canadien.

Fortissimo, c’est encore deux soirs, ce vendredi 19 et samedi 20 juillet !