Infanterie 0010 #578 «Les bas blancs»

1524
Temps de lecture estimé : 2 minutes

On est pas censé mettre des bas blancs lorsque l’on est en uniforme. Et de la façon qu’on porte nos pantalons, il y a de forte chances que l’on puisse voir un pouce de bas et s’ils sont blancs ils seront facilement repérable. Surtout au moment de se mettre au Garde-à-vous puisqu’il faut lever la jambe à 90 degrés. Et j’ai connu des adjudants-maîtres développant une certaine obsession avec ça. Un peu comme les mains dans les poches ou encore sur la façon de tenir son café en marchant.

Mais j’avoue que ça fait laid de voir ce spot blanc quand on porte un habit de camouflage.

Pas plus à dire aujourd’hui. Mais je devrais revenir sur le strip de vendredi passé.

Premièrement: même si je m’attendais à pas mal de commentaires pour me donner une réponse autant que j’ai été surpris sur Facebook du nombre de « likes » et de commentaires humoristiques que j’ai eu ! Autant sur la page de 45Nord.ca que celle de Infanterie 0010.

Deuxièmement : la réponse était facile. Le pouf est le numéro 4. Quoi que certains on quand même mal comprit. La solution était dans le fait que l’on voyait la poche de masque à gaz à sa hanche.

Et en voici l’explication:

Durant les cours, le cour de base et le cour de métier*, le masque à gaz, gardé dans une poche qui tient à la hanche, fait partit de l’équipement à transporter. Il doit être porté en tout temps lorsque l’on porte notre attirail. Que ce soit pour une marche forcée, un champ de tir ou une simple inspection.

Mais une fois à l’unité, cette pièce d’équipement se retrouve très vite dans une boite et se fait facilement oublier. À moins que des manœuvres CBRN de prévue, il est inutile aux yeux de la plupart des « 22 ». Il est d’ailleurs plutôt tannant à traîner. On le sent taper contre sa hanche et la poche peut facilement s’ouvrir par accident et ainsi perdre le précieux masque.

Mais si une personne pense l’emmener, ça pourrait bien donner des idées à un gradé et de lui faire décider que tout le monde le porte. Ainsi les nouveaux arrivants au bataillon se font rapidement dire de le ranger dans leurs cases et de n’en parler à personne.

Et sur ce dernier point je crois qu’il n’y a pas de façon gentille de l’expliquer. La toute première fois que j’ai dû porter mon attirail au bataillon, un caporal m’a remarqué avec mon masque à gaz et m’a aussitôt dit sur un ton bien ferme de c*****r ça dans ma case. Et une fois que je suis devenu moi-même un caporal, je disais à mes poufs la même chose sur le même ton.