Les Européens cherchent la parade face aux coups de semonce de Téhéran

1182
La centrale d'Arak où l'Iran avait un projet de construction d'un réacteur à eau lourde. Photo d'archives du 15 janvier 2011. (AFP)
Temps de lecture estimé : 3 minutes

Les Européens, contraints d’agir dans le dossier nucléaire iranien, cherchent à gagner du temps pour ramener Téhéran au respect de ses engagements et éviter l’irréparable dans une région sous haute tension.

« On achète du temps, les Iraniens aussi. Il faut ramener l’Iran dans le +droit chemin+ en échange d’une mesure symbolique américaine », résume un responsable européen sous couvert d’anonymat.

L’Iran, étranglé économiquement depuis la sortie des Etats-Unis de l’accord encadrant son programme nucléaire et la réimposition de lourdes sanctions américaines en 2018, a fini par déclencher la riposte un an plus tard par une série d’annonces très calculées.

Après avoir dépassé le stock autorisé d’uranium enrichi, il a recommencé lundi à enrichir ce minerai à un taux (4,5%) supérieur à ce qui est permis et menacé de franchir une nouvelle ligne rouge « d’ici 60 jours », laissant craindre une escalade dans ce dossier explosif.

Téhéran joue ainsi la montre avec une obsession, desserrer l’étau des sanctions et tirer les bénéfices économiques promis par l’accord de Vienne en échange d’une limitation de son programme nucléaire.

« Mais la route qu’ils choisissent (en réduisant leurs engagements) pourrait nous forcer à prendre une route qu’on ne veut pas prendre », souligne un diplomate français.

L’engrenage de violations iraniennes risque de ramener le dossier sur la table du Conseil de sécurité de l’ONU, avec in fine la réintroduction de sanctions onusiennes et européennes qui achèveraient l’accord, déjà compromis par le retrait américain.

« Tout le monde se parle »

Les Européens sont « dans une situation très inconfortable » car ils veulent retarder cette échéance mais sont aussi « très contrariés par le détricotage iranien de l’accord », relève Sanam Vakil, experte au cercle de réflexion Chatham House à Londres.

Les trois pays européens signataires – France, Allemagne et Royaume-uni – font donc montre de fermeté tout en cherchant à tirer profit de la crise pour initier une « ouverture diplomatique » entre Washington et Téhéran, ajoute-t-elle.

« Concrètement tout le monde se parle », explique le responsable européen, sans plus de précisions.

Le président français Emmanuel Macron est particulièrement à la manoeuvre. Après avoir parlé samedi à son homologue iranien Hassan Rohani, il s’est entretenu lundi avec Donald Trump, et son conseiller diplomatique Emmanuel Bonne est en Iran mardi et mercredi.

« Il est probablement le mieux placé » pour agir, souligne Sanam Vakil en notant que le Royaume-uni est entravé par la crise du Brexit et la chancelière allemande Angela Merkel très discrète sur le sujet.

Les Européens espèrent ramener Téhéran dans les clous de l’accord de Vienne en échange d’un geste américain sur les exportations de pétrole iranien, aujourd’hui interdites sous peine de sanctions pour l’acheteur.

Zone grise

Donald Trump a déjà accordé par le passé des dérogations en la matière, notamment pour les ventes à la Chine et à l’Inde, gros clients traditionnels de l’Iran, souligne une source diplomatique.

Les Etats-Unis pourraient aussi fermer les yeux sur le trafic illicite de pétrole qui échappe aux sanctions. « Mais les Iraniens ne s’en satisferont probablement pas. Ils veulent un geste plus significatif », ajoute cette source.

Ces derniers font tout de leur côté pour laisser la porte ouverte aux discussions. « Si on n’avait pas voulu négocier, alors on serait sorti de l’accord », pointe un diplomate iranien.

Le risque de prolifération reste pour l’heure contenu, assure-t-on à Paris, même si Israël, qui accuse l’Iran de vouloir se doter de l’arme atomique, s’inquiète d’un « développement très dangereux » . »Il faudrait dépasser le seuil de 20% (d’enrichissement) pour être dans la zone dangereuse. Pour le moment nous sommes dans une zone encore relativement contrôlée », note l’ancien chef de la diplomatie française Dominique de Villepin.

Mais le régime iranien a aussi engagé un rapport de forces potentiellement lourd de conséquences avec Washington. 

Il a détruit en juin un drone américain et est fortement soupçonné par les Occidentaux d’être derrière plusieurs attaques de pétroliers dans le Golfe, carrefour stratégique pour le transit de l’or noir. 

« Si l’Iran veut se battre, ce sera la fin officielle de l’Iran », a tweeté Donald Trump, avant d’annoncer avoir stoppé des frappes américaines in extremis. Un signe d’ouverture potentielle au dialogue, veulent croire les Européens.