Le NCSM Halifax devient le navire amiral du 2e Groupe maritime permanent de l’OTAN

Le NCSM Halifax devient le navire amiral du 2e Groupe maritime permanent de l’OTAN. (FAC)
Temps de lecture estimé : 3 minutes

Le NCSM Halifax est arrivé en mer Méditerranée et a pris officiellement la relève du NCSM Toronto, à titre de navire amiral du 2e Groupe maritime permanent de l’OTAN (SNMG 2), le 26 juillet. À cette occasion, 45eNord.ca s’est entretenu par téléphone avec la commodore Josée Kurtz, qui dirige la mission de l’OTAN depuis un mois et demi.

Au cours des prochains mois, et à titre de navire amiral, la frégate canadienne NCSM Halifax accueille la commandante du SNMG 2, la commodore Josée Kurtz, ainsi que son état-major d’une vingtaine de personnes.

À titre de navire amiral, la frégate améliore l’interopérabilité avec les alliés et renforce la coopération avec les partenaires de l’OTAN. Elle se joint à des navires des marines allemande, grecque et turque.

La commodore Josée Kurtz a pris officiellement le commandement du 2e Groupe maritime permanent OTAN (SNMG2), lors d’une cérémonie de passation de commandement tenue à Souda Bay de l’île de Crête (Grèce), le samedi 15 juin. Elle explique avoir eu toute une série de breffages dans tous les aspects des opérations navales. «J’ai eu les connaissances de base de ce que sont les réalités de ce commandement. Cela m’a donné une très bonne compréhension de l’environnement, des demandes, des procédures à l’intérieur d’un groupe opérationnel de l’OTAN»

Le commodore Boudewijn Boots serre la main du commodore Josée Kurtz lors de la passation de commandement, à bord de la frégate de la marine royale néerlandaise HNLMS Evertsen le 15 juin 2019. (OTAN)

Peu de temps après cette prise de commandement, il y a eu au début un apprentissage pour devenir navire d’état-major, puis ce fut le début de la période opérationnelle qui a commencé pour la commodore et son staff avec un déploiement en mer Noire avec deux exercices.

Le NCSM Toronto a navigué en mer Noire avec la frégate britannique HMS Duncan, la frégate roumaine ROS Regele Ferdinand et la frégate turque TCG Turgetreis. Ensemble, ils se sont joints à des alliés et à des partenaires participant à l’exercice conjoint ukraino-américain Sea Breeze 19.

«L’environnement des eaux internationales de la mer Noire est partagée par cinq nations», explique Josée Kurtz. «On sait que les Russes sont là, et les Russes savent qu’on est là. Il y a une connaissance commune que l’on partage ces eaux-là, alors les Russes se sont assurés que leurs présence était connu durant la majorité de notre séjour».

Josée Kurtz se sentira bien à bord du NCSM Halifax au cours des prochains mois, puisqu’elle a commandé le navire et son équipage entre 2009 et 2011, et était à cette occasion devenue la première femme commandante d’une frégate dans l’Histoire de la Marine royale canadienne.

«C’est vraiment un plaisir de revenir à bord de l’Halifax. C’est comme un retour au bercail. J’ai d’ailleurs remarqué plusieurs matelots qui était a bord lors de mon commandement en 2009-2011; j’ai vraiment hâte de travailler avec l’équipe ici», d’affirmer la commodore.

«Au nom du NCSM Halifax, je suis extrêmement honoré et enthousiaste de pouvoir jouer le rôle de navire amiral du commodore Kurtz», a déclaré pour sa part le capitaine de frégate Scott Nelson, lors du transfert d’autorité entre le Toronto et l’Halifax, à Rota (Espagne). «Il s’agit d’une formidable opportunité pour notre équipe de travailler en étroite collaboration avec le personnel du SNMG2, sous la direction du commodore Kurtz».

«Le commandant d’un navire à un poids énorme à porter et doit s’assurer 24h/24 que ses gens sont en sécurité. Le commandant d’un groupe de navires, c’est différent. Il a surtout un poids diplomatique qui reste sur ses épaules car le message qu’un groupe envoie de par sa présence, il n’y a pas beaucoup de marge de manœuvre sur quelle est l’intention et les responsabilités de l’OTAN», assure la commodore.

L’Halifax et la commodore sont déployés dans la région jusqu’en janvier 2020 et il y aura d’ici là toute une série d’exercices et d’intégrations. «On va vraiment travailler ensemble [avec les autres nations participantes au SNMG 2] et tester notre habilité et notre capacité à livrer à l’OTAN une force prête à réagir quelque soit la tâche. On va pousser notre état de préparation, expliquer et démontrer le dévouement de l’Alliance envers ses alliés», de conclure la commodore Kurtz.


Le SNMG2 est l’une des quatre forces maritimes multinationales à haut niveau de préparation et est composées de navires de pays alliés. Ces navires sont à la disposition de l’OTAN en permanence pour effectuer tâches, allant des exercices à des missions opérationnelles. Ils fournissent à l’OTAN une capacité maritime continue et contribuent à établir la présence de l’Alliance, à faire preuve de solidarité, à effectuer des visites diplomatiques et à améliorer l’interopérabilité des forces navales alliées. Ils constituent également une force maritime toujours prête à soutenir la Force opérationnelle interarmées à très haut niveau de préparation de l’OTAN.