Suspects en cavale au Manitoba, l’aide des Forces armées n’est plus requise, annonce la GRC

Temps de lecture estimé : 2 minutes

La GRC a confirmé aujourd’hui que l’aide des FAC dans la recherche de deux suspects de meurtre au Manitoba n’était plus nécessaire dans le cadre de leurs recherches en cours.

En conséquence, les équipages et aéronefs des Forces armées canadiennes ont cessé leurs opérations de recherche et retourneront à leur base.

À la demande de la GRC, les Forces armées avaient dépêché le 27 juillet un aéronef CC-130H Hercules de l’Aviation royale canadienne du 435e Escadron de transport et de sauvetage à Winnipeg facilitait les recherches aériennes avec un agent de la GRC à bord de l’aéronef pour diriger la recherche, ainsi qu’un CP-140 Aurora du 407e Escadron basé à Comox, en Colombie-Britannique, disposant de capacités de surveillance spécialisées est également arrivé en soirée au Manitoba pour participer à la fouille aérienne.

Mais, après que 11 000 kilomètres carrés ont été vérifiés, notamment à l’aide de «drones, d’hélicoptères et d’avions», les deux hommes de 18 et 19 ans demeurent pour l’instant introuvables. Les fugitifs Kam McLeod et Bryer Schmegelsky parviennent depuis plus d’une semaine à échapper à la police dans le nord du Manitoba.

Après des recherches infructueuses à York Landing, la Gendarmerie royale du Canada (GRC) a réorienté hier ses recherches autour de Gillam, mais la GRC a jugé que l’aide des militaires et les moyens mis à sa disposition par les Forces armées n’étaient plus nécessaires, la police fédérale assurant toutefois continuer ses recherches, sans doute par des moyens plus classiques, jusqu’à ce «qu’elles soient conclues».

«Comme toujours, nous restons en attente des opérations de recherche et de sauvetage.», ont déclaré par ailleurs les Forces armées aujourd’hui par voie de communiqué, ajoutant que «Les Forces armées canadiennes demeurent déterminées à assurer la sécurité du Canada et des Canadiens à l’étranger et chez elles, et sont toujours prêtes à aider les autres organismes gouvernementaux lorsque les capacités uniques des FAC sont requises.»