La mort du militaire de Valcartier dans la rivière Batiscan était purement accidentelle

2624
Patrick Bouchard (Facebook)
Temps de lecture estimé : 2 minutes

La mort du militaire de Valcartier, Patrick Bouchard, dont le corps a été repêché en soirée le 8 juillet dans la rivière Batiscan à Notre-Dame-de-Montauban, en Mauricie, était purement accidentelle.

Ce n’est qu’aujourd’hui, après les analyses du laboratoire médico-légal, que le corps a pu formellement être identifié et, nous rappelle la coroner en charge du dossier, Me Renée Leboeuf, il eut été téméraire de confirmer l’identité de la personne décédée avant d’avoir les résultats du laboratoire.

Me Renée Leboeuf a également bien indiqué à 45eNord.ca aujourd’hui qu’il n’y a aucun indice d’un geste intentionnelle et que la mort du militaire était purement accidentelle.

Sans dévoiler de détails concernant l’incident impliquant le sergent Bouchard, les Forces armées ont indiqué pour leur part qu’il n’existe aucun lien entre cet incident et son emploi. Il ne s’agissait pas d’un entraînement/exercice militaire, mais bien d’une activité personnelle.

Le corps avait été aperçu par un citoyen en bas des chutes, près du pont qui enjambe la rivière. Le citoyen a alors réussi à sortir le corps de l’eau. Sa disparition avait déclenché une vaste opération de sauvetage, alors que des pompiers de la région, assistées par la Sûreté du Québec tentaient depuis de le retrouver.

Patrick Bouchard détenait le grade de «sergent». Il occupait un poste d’opérateur de matériel mobile de soutien au 5e Bataillon des services sur la Base Valcartier. Il a joint les FAC en septembre 2005 et a effectué une mission en Afghanistan en 2009-2010.

C’est la famille du sergent Bouchard qui avaient directement informé de sa disparition les Forces armées qui ont, comme à leur habitude, offert tout le soutien aux proches du sergent Bouchard dès qu’elles ont appris la nouvelle. Un aumônier et un officier de liaison ont été en communication constante avec les proches.

«Je suis profondément attristé par la mort accidentelle du sergent Patrick Bouchard. Bien que son décès ne soit aucunement lié au service militaire, un aumônier et un accompagnateur désigné de mon unité ont été dépêchés auprès de la famille pour offrir soutien et réconfort, a pour sa part déclaré le lieutenant-colonel Étienne Gauthier, commandant du 5e Bataillon des services, Patrick faisait partie de la grande famille militaire et son absence créera un immense vide. Nous sommes reconnaissants de l’influence positive qu’il a su avoir auprès de nombreux militaires pendant ses 14 années de service.  Sa bonne humeur, son sens de la famille et son professionnalisme resteront imprégnés dans la mémoire de ceux qui ont eu la chance de le côtoyer. Nos pensées accompagnent tous ceux qui sont touchés de près et de loin par cette perte.»

Patrick Bouchard était père de trois jeunes enfants.

Originaire de Montmagny, le militaire demeurait dans le secteur de Saint-Raymond-de-Portneuf, où il venait de s’installer depuis près d’un an, après avoir été en poste à Edmonton et en Ontario.