2e Division du Canada: Carignan out, Carpentier in [PHOTOS/VIDÉO]

1611
Temps de lecture estimé : 4 minutes

Jeudi 15 août, lors d’une cérémonie à la Garnison Montréal présidée par le lieutenant-général Jean-Marc Lanthier, commandant de l’Armée qui vient d’être nommé vice-chef d’état-major de la Défense, la brigadier-général Jennie Carignan, promue major-général lors de la cérémonie, a cédé le commandement de la 2e Division du Canada à Gervais Caprentier, tout juste promu lui-même brigadier-général.

En effet, cette passation de commandement avait notamment comme particularité que, il y a à peine plus d’un an, aucun des principaux acteurs de cette cérémonie n’aurait prévu se trouver dans leurs positions actuelles..

Un autre jeudi, mais il y a 13 mois, le 28 juin 2018, le brigadier-général Hercule Gosselin remettait le commandement de la 2e Division du Canada et de la Force opérationnelle interarmée (Est) à la brigadier-général Jennie Carignan lors d’une cérémonie présidée par le prédécesseur du lieutenant-général Lanthier, le lieutenant-général Paul Wynnyk, alors commandant de l’Armée canadienne et prochain vice-chef d’état-major de la Défense.

Il aura fallu le départ précipité du lieutenant-général Wynnyk dans la foulée de l’affaire Norman pour que s’enclenchent une série de changements qui nous auraient sans doute paru improbables peu de temps auparavant.

Le lieutenant-général Jean-Marc Lanthier, qui présidait la cérémonie hier à Longue Pointe et qui était arrivé à la tête de l’Armée canadienne l’an dernier, devient Vice-chef d’état-major de la Défense en remplacement du Lieutenant-général Wynnyk.

La brigadier-générale Carignan, maintenant promue-major générale, quitte la 2e Division pour prendre le commandement de la mission de l’OTAN en Irak (NMI) que le Canada continuera de commander pour une deuxième année jusqu’en novembre 2020, une des deux missions de l’OTAN avec le bataillon Groupe de présence avancée en Lettonie que commande le Canada.

Et Gervais Carpentier, qui avait pris le commandement du Collège militaire royal de Saint-Jean le 7 juillet 2017 et croyait bien faire une autre année à la tête du Collège après une période fertiles en changements, est promu au grade de brigadier-général et nommé Commandant de la 2e division du Canada et de la Force opérationnelle interarmées (Est) à Montréal.

Il ne serait peut-être pas exagéré de dire qu’on a eu cette semaine, à cette cérémonie du 15 août, un excellent aperçu du nouveau leadership des Forces armées canadiennes.

Jennie Carignan, militaire et diplomate

Pour sa part, la major-général Carignan ne cachait pas son émotion en quittant la 2e Division après une année marquée, notamment par deux opérations nationales.

«On a eu une belle année très occupée à la 2e Division. On vient de terminer d’ailleurs une année de haute disponibilité opérationnelle. En tout et partout, on a déployé près de 2 000 soldats dans divers théâtre d’opération dans le monde et, de façon constante, on a eu 1 000 soldats en tout tant déployés à l’étranger. Donc, extrêmement fier du travail de nos troupes, que ce soit en Ukraine, au Mali, en Lettonie ou en Irak, nos troupes ont extrêmement bien performé à l’étranger», déclare la commandante sortante, soulignant également les deux opérations nationales, ici, au pays.

«Non seulement ça, mais on a eu aussi deux opérations nationales pendant mon mandat, une de plus petite envergure lorsque le câble reliant les îles de la Madeleine au continent a été sectionné et l’autre, de plus grande envergure, lors des inondations au Québec et, à ce moment là, on avait un autre 1 000 soldats, 1 500 soldats en tout avec ceux qui donnent le soutien, déployés pour supporter les autorités civiles pendant la crise des inondations.»

Donc, un «mandat très dynamique, voire un mandat…dynamisant» , de conclure la major-générale Carignan qui, maintenant, prendra la tête de la Mission de l’OTAN à Bagdad, dont la mission est d’assister l’Irak dans la formation d’une force armée professionnelle et où son talent de diplomate comptera presque tout autant que son expérience organisationnelle et opérationnelle.

Outre la préparation habituelle de tout soldat avant déploiement, «C’est certain que je vais devoir passer un temps considérable à me familiariser avec la culture irakienne, avec la structure du gouvernement et des forces armées là-bas», indique la major-générale qui arrive à ce poste prestigieux après plusieurs années d’expérience formatrices et avec une longue expérience des déploiements à l’étranger, parfois dans des fonctions d’état-major, parfois dans des fonctions de commandant, en Afghanistan, en Bosnie ou sur le Plateau du Golan, et qui note avec justesse que «le métier de général nous fait passer d’exercices tactiques une journée à de la diplomatie le lendemain et des fois dans la même journée.»

La relève à la 2e Division sera assurée avec «Honneurs et persévérance»

Et, pendant que la major-général se prépare pour Bagdad, le brigadier-général Carpentier prend la tête de la 2e Division à laquelle il apporte, selon les mots du lieutenant-général Lanthier, «une riche expérience opérationnelle» .

le brigadier-général Carpentier a dans le passé assumé plusieurs postes au sein du 5e Groupe mécanisé du Canada à Valcartier, où il fut, notamment, commandant du de la compagnie de parachutistes du 3 bataillon du R22eR, commandant du 2e bataillon du R22eR et de la Citadelle de Québec et chef d’état-major du 5 GBMC.

Il a également servi au sein du Commandement des Forces d’opérations spéciales du Canada.

En outre, à titre de commandant du Collège militaire royal de Saint-Jean, c’est lui qui a dû réaliser, ce qui n’a pas été une mince tâche, le retour de l’enseignement universitaire qu’avait préparé ses prédécesseurs.

C’est donc dire à quel point cet homme a su pendant toute sa carrière relever les défis qu’on lui proposait, des défis qui sont pour lui, déclare-t-il en entrevue à 45eNord.ca après la cérémonie, «surtout des opportunités».

«C’est avec honneur et avec humilité que j’arrive à la 2e Division avec l’adjudant-chef Poissant, pour prendre les rênes des hommes et des femmes qui représentent si bien la population canadienne et les Québécois.», déclare le brigadier-général qui ne cache pas «qu’il a de grandes chaussures à remplir pour remplacer la générale Carignan qui a eu un mandat bien occupé au cours de la dernière année.»

Après le cycle de haute disponibilité opérationnelle, la 2e Division passe maintenant sous le mandat du brigadier-général Carpentier à une phase tout aussi importante de soutien et de reconstitution.

«C’est un cycle important pour nous, de pouvoir consolider nos acquis, de pouvoir retourner à l’entraînement de base, s’assurer qu’on maîtrise les habilités qui sont requises pour ensuite être capables de faire des opérations collectives de plus haut niveau.», de déclarer celui qui, à compter d’aujourd’hui, sera l’incarnation la plus visible de la devise de la 2e Division : «Honneurs et persévérance».