Corée du Nord: pas de dialogue avec les USA avant l’arrêt de leurs « activités militaires hostiles »

Le président américain Donald Trump et le leader nord-coréen Kim Jong-un. (Saul Loeb/AFP)
Temps de lecture estimé : 2 minutes

La Corée du Nord a déclaré jeudi ne « pas être intéressée » par une reprise du dialogue sur le nucléaire avec les Etats-Unis tant que Washington n’aura pas mis un terme à « l’escalade de ses activités militaires hostiles » au moment où l’envoyé spécial américain effectue une visite à Séoul en vue de renouer le dialogue.

Les pourparlers bilatéraux sont dans l’impasse depuis l’échec du second sommet à Hanoï en février entre le président américain Donald Trump et le dirigeant nord-coréen Kim Jong Un.

Les deux dirigeants s’étaient de nouveau rencontrés en juin à la frontière dans la Zone démilitarisée (DMZ), le « no man’s land » qui sépare les deux Etats depuis la fin de la guerre de Corée (1950-53).

Cette rencontre avait permis de réamorcer les discussions sur le programme nucléaire de Pyongyang, un peu plus d’un an après leur premier sommet de Singapour et l’échec de celui de Hanoï en février dernier.

La Corée du Nord a procédé ces dernières semaines au tir de plusieurs missiles de courte portée pour manifester sa désapprobation des exercices militaires annuels conjoints entre les forces américaines et sud-coréennes qu’elle considère comme une répétition générale d’une invasion.

L’envoyé spécial des Etats-Unis pour la Corée du Nord, Stephen Biegun, est arrivé mardi soir à Séoul pour une visite de trois jours

« Nous sommes prêts à entamer des discussions dès que nous aurons des nouvelles de nos homologues nord-coréens », a-t-il déclaré, à l’issue d’un entretien avec son homologue sud-coréen Lee Do-hoon.

Mais un porte-parole du ministère nord-coréen des Affaires étrangères a douché les espoirs d’une reprise du dialogue jeudi, fustigeant le récent essai américain de missile de croisière de moyenne portée. Il s’est également insurgé contre le « dangereux » projet de Washington de déployer des avions de combat F-35 dans la région, susceptible de « déclencher une nouvelle guerre froide ».

« Cela nous oblige à considérer une façon réaliste de nous concentrer davantage sur le renforcement de la dissuasion physique », a-t-il averti dans une déclaration relayée par l’agence de presse officielle KCNA.

« Nous maintenons notre position consistant à résoudre toutes les questions de manière pacifique par le dialogue et la négociation », a-t-il ajouté. 

« Cependant, le dialogue doublé de menaces militaires ne nous intéresse pas », a-t-il souligné. 

Près de 30.000 militaires américains sont déployés en Corée du Sud.

Donald Trump, en révélant le 10 août le contenu d’une lettre que lui a adressée Kim Jong Un, avait assuré sur Twitter que le dirigeant nord-coréen voulait reprendre les négociations dès la fin des exercices militaires conjoints.