Les É.-U. maintiennent finalement leurs exercices militaires avec la Corée du Sud

1091
Des Marines sud-coréens participent à l'opération de débarquement Foal Eagle avec les troupes américaines le 2 avril 2017 à Pohang, en Corée du Sud. (Chung Sung-Jun/Getty Images)
Temps de lecture estimé : 1 minute

Washington maintient ses projets d’exercices militaires conjoints avec la Corée du Sud, a indiqué mercredi un haut responsable du Pentagone au lendemain de nouveaux tirs de missiles nord-coréens, interprétés comme un avertissement de Pyongyang pour qu’ils soient annulés.

« Non, il n’y a pas d’ajustement ou de changement de plan dont nous soyons informés ou que nous prévoyons », a déclaré ce haut responsable ayant requis l’anonymat.

« Il y a deux choses que nous devons faire : donner aux diplomates suffisamment d’espace pour leur diplomatie et aider à créer un environnement propice aux négociations quand elles reprendront », a-t-il ajouté, soulignant la nécessité de « maintenir le niveau de préparation » des troupes.

La Corée du Nord a averti récemment que les négociations avec Washington pourraient capoter si des manœuvres communes avec la Corée du Sud se déroulaient comme prévu en août.

Pyongyang a lancé mercredi deux missiles balistiques, selon Séoul, quelques jours après les tirs de deux autres projectiles de courte portée. Les missiles tirés jeudi dernier avaient parcouru une distance bien supérieure à ceux de mercredi (600 km) et volé à une altitude plus élevée (50 km contre 30).

La Corée du Nord avait assuré la semaine passée que ces projectiles étaient de nouvelles armes tactiques constituant « un avertissement solennel aux militaires bellicistes sud-coréens », qui persistent dans leur volonté de mener les exercices conjoints.

Près de 30 000 soldats américains sont déployés en Corée du Sud. Les exercices annuels qu’ils mènent avec des dizaines de milliers de soldats sud-coréens ne manquent jamais d’irriter Pyongyang, qui les considère comme la répétition générale d’une invasion de son territoire.