Contributions aux centres d’aide aux survivants d’agression sexuelle: les régions de la BFC Saint-Jean et de la BFC Valcartier présélectionnées

1037
Temps de lecture estimé : 3 minutes

Cette semaine, le Centre d’intervention sur l’inconduite sexuelle (CIIS) a lancé le Programme de contributions aux centres d’aide aux survivant(e)s d’agression sexuelle, faisant appel aux fournisseurs de services canadiens qui servent une collectivité dans la région de l’une des dix bases des Forces armées canadiennes retenues à cette fin, dont la BFC Saint-Jean et la BFC Valcartier.

Ce programme lance donc maintenant un appel aux demandes de financement de projet des fournisseurs de services canadiens sans but lucratif constitués en personne morale offrant des services de soutien aux survivant(e)s d’agression sexuelle qui servent une collectivité dans la région de l’une des dix bases suivantes des Forces armées canadiennes.

Les dix bases des Forces armées présélectionnées sont les suivantes :

  • Base des Forces canadiennes (BFC) Esquimalt, près de Victoria (Colombie‑Britannique)
  • BFC Edmonton, à Edmonton (Alberta)
  • BFC Borden, près de Barrie (Ontario)
  • BFC Kingston, à Kingston (Ontario)
  • BFC Petawawa, à Petawawa (Ontario)
  • Unité de soutien des Forces canadiennes (Ottawa), dans la région de la capitale nationale (Ottawa/Gatineau)
  • BFC Saint-Jean, près de Montréal (Québec)
  • BFC Valcartier, près de Québec (Québec)
  • BFC Gagetown, près de Fredericton (Nouveau-Brunswick)
  • BFC Halifax, à Halifax (Nouvelle-Écosse)

Les demandes doivent être reçues au plus tard le 30 septembre 2019.

Le CIIS évaluera les demandes de projet et gérera le Programme de contributions aux centres d’aide aux survivant(e)s d’agression sexuelle. Vous trouverez plus de renseignements sur le processus de demande et la façon de communiquer avec le CIIS dans le site Web du programme.

L’amélioration de l’accès aux services de soutien aux militaires et à la collectivité élargie des Forces armées canadiennes qui ont été affectés par l’inconduite sexuelle est une priorité absolue pour le ministère de la Défense nationale et les Forces armées, souligne le communiqué de la Défense nationale nationale qui annonce le lancement du programme.

« Il est essentiel de s’assurer que les personnes affectées par l’inconduite sexuelle ont accès à plusieurs options et à un vaste éventail de services de soutien dans leur collectivité pour aborder la question générale de l’inconduite sexuelle. La mise en œuvre de ce programme est conforme aux commentaires reçus des membres des FAC affectés par de l’inconduite sexuelle, et j’ai hâte de passer en revue les propositions de projets.», explique pour sa part Denise Preston, directrice exécutive, Centre d’intervention sur l’inconduite sexuelle, ministère de la Défense nationale.

Cette nouvelle initiative vise à faire en sorte que les personnes affectées dans la collectivité élargie des Forces armées canadiennes soient mieux en mesure de composer avec les effets d’agression sexuelle et qu’elles aient un meilleur soutien pour accéder aux services dont elles ont besoin. Cela comprend toute personne associée aux Forces armées, y compris les membres de la famille, les employés civils, les entrepreneurs et d’autres personnes affectées par la présence des Forces armées canadiennes dans leur collectivité. Ce programme financera les projets proposés par les centres communautaires d’aide aux survivant(e)s d’agression sexuelle menant des activités dans près de dix bases des FAC ayant la plus grande clientèle.

En plus d’aborder les écarts dans les services de soutien pour les personnes affectées, ce programme de contribution vise à favoriser la création de relations de travail collaboratives entre les centres d’aide aux survivant(e)s d’agression sexuelle et les services de soutien des Forces armées.

Le montant total du financement disponible est de deux millions de dollars. Les projets réussis recevront un financement allant jusqu’à 50 000 $ annuellement pendant quatre ans (jusqu’au 31 mars 2023) sous réserve d’établissement de rapports périodiques au CIIS.

Le Programme de contributions aux centres d’aide aux survivant(e)s d’agression sexuelle fait partie de Il est temps : Stratégie du Canada pour prévenir et contrer la violence fondée sur le sexe. Il s’harmonise avec la politique de défense du Canada : Protection, Sécurité, Engagement, laquelle reconnaît que les Forces armées canadiennes doivent se pencher sur le problème de l’inconduite sexuelle en vue d’appuyer leurs membres, leurs familles et l’ensemble de l’Équipe de la Défense.