Un prisonnier fuit l’Iran pour le Canada lors d’une permission de sortir

Temps de lecture estimé : 2 minutes

Un Iranien purgeant une peine de prison à vie pour avoir conçu un site pornographique a fui l’Iran à l’occasion d’une permission de sortir et a rejoint sa famille au Canada, ont indiqué samedi les autorités iraniennes et canadiennes.

« Le Canada se réjouit de l’annonce de la réunification de Saeed Malekpour avec sa famille au Canada », a commenté un porte-parole du ministère canadien des Affaires étrangères, dans un communiqué envoyé à l’AFP samedi soir.

Sans pouvoir donner plus de détails pour « des raisons de confidentialité », le porte-parole a mentionné que le Canada avait plaidé « en faveur de la libération de M. Malekpour », qui est résident permanent canadien. « Nous sommes heureux qu’il se trouve maintenant au Canada », a-t-il ajouté.

« Cet individu était interdit de quitter le pays et est apparemment parti (…) grâce à des réseaux non officiels », avait pour sa part déclaré le porte-parole de l’Autorité judiciaire iranienne, Gholamhossein Esmaïli, à la télévision officielle.

Il réagissait à des informations concernant la fuite du pays de Saeed Malekpour. 

« Cet individu a été condamné à la prison à perpétuité et a purgé plus de 11 ans de sa peine », a poursuivi M. Esmaïli, cité par Mizan Online, l’agence de presse de l’Autorité judiciaire.

« Il avait obtenu une permission de trois jours (le 20 juillet) et à la fin de cette période, il n’est pas revenu à la prison », a-t-il précisé. 

« Le cauchemar est enfin terminé », avait écrit vendredi soir sa sœur, Maryam Malekpour, sur Twitter, avec une vidéo montrant son frère dans un aéroport. 

Elle avait également remercié « toutes les personnes qui nous ont soutenus pendant tout ce temps » et le Canada pour « son leadership ».

« Nous sommes très soulagés », a commenté Payam Akhavan, professeur en droit de l’université McGill de Montréal qui a soutenu M. Malekpour, à la télévision publique CBC.

« Sa famille en Iran et son avocat ne savaient rien de ce projet d’évasion », a-t-il ajouté.

M. Malekpour avait été arrêté en Iran en 2008, alors qu’il rendait visite à son père mourant. Il a été accusé d’avoir « conçu et hébergé des sites pour adultes », « d’agitation contre le régime » et « d’insulte à l’islam », selon ses proches. 

Il avait d’abord été condamné à mort avant de voir sa peine commuée en prison à vie en août 2013.