Afghanistan : le négociateur américain reçu par le président Ghani

652
L'émissaire américain pour la paix et la réconciliation en Afghanistan Zalmay Khalilzad échange avec l'auditoire après un débat dans la station de télévision TOLO à Kaboul le 28 avril 2019. (AFP)
Temps de lecture estimé : 2 minutes

Le président afghan Ashraf Ghani a reçu l’émissaire américain Zalmay Khalilzad, ont annoncé lundi des responsables officiels, à un moment où un accord historique entre Américains et talibans est désormais considéré comme imminent.

« Nous sommes sur le point de conclure un accord qui réduira la violence et ouvrira la voie aux Afghans pour s’asseoir ensemble afin de négocier une paix honorable et durable », avait tweeté dimanche M. Khalilzad, de Doha où il discutait avec les insurgés.

Les deux parties négocient depuis des mois les contours d’un futur accord de paix qui pourrait se traduire par une forte réduction de la présence militaire américaine en Afghanistan en échange de garanties en matière de lutte contre le terrorisme.

M. Khalilzad est arrivé dimanche soir à Kaboul où il a rencontré M. Ghani pour faire le point à l’issue du 9e cycle de négociations tout juste conclu à Doha.

Les deux hommes se sont à nouveau vus lundi et l’envoyé américain a « montré » au président un exemplaire du projet d’accord, selon des responsables gouvernementaux.

« Nous allons étudier le document et les discussions avec l’ambassadeur Khalilzad et son équipe vont se poursuivre », a écrit sur Twitter un conseiller du président, Waheed Omar. 

Les services du chef de l’exécutif Abdullah Abdullah ont assuré que ce dernier avait également été tenu informé et avait reçu des assurances en vue d’une « paix complète et durable en Afghanistan ». 

Le gouvernement afghan a jusqu’ici été largement tenu à l’écart des pourparlers de Doha, les talibans arguant qu’il n’est qu’une marionnette de Washington.

Le secrétaire d’Etat américain Mike Pompeo avait auparavant dit espérer qu’un accord de paix pourrait être conclu d’ici au 1er septembre, avant l’élection présidentielle prévue pour le 28 septembre en Afghanistan.

Les talibans demeurent par ailleurs actifs sur le terrain. Ils ont déclenché ce week-end une offensive pour tenter de s’emparer de la ville stratégique de Kunduz, ainsi qu’une opération à Pul-e Khumri, la capitale de la province voisine de Baghlan dans le nord. Ils en ont été repoussés, selon les autorités.