Andrew Scheer courtise les vétérans à qui il promet d’éliminer les retards dans les demandes de prestations

Le chef conservateur Andrew Sheer en campagne en vue des élections fédérales du 21 octobre. (Tirée de Facebook)
Temps de lecture estimé : 5 minutes

Le chef conservateur Andrew Scheer a promis dimanche d’appuyer davantage les anciens combattants en éliminant dans un délai de deux ans s’il est élu ce qui reste le principal irritant pour les vétérans, les retards dans les demandes de prestations, et en égalant l’indemnisation auparavant fournie en vertu de la Loi sur le bien-être des vétérans.

L’arriéré des prestations aux vétérans, dénoncé par l’ombudsman des Vétérans et les associations d’anciens combattants à plusieurs reprises, est une source d’irritation depuis plusieurs années.

M. Scheer a expliqué qu’un gouvernement conservateur passerait par la voie législative pour veiller à ce que chaque vétéran soit traité avec respect et obtienne des services en temps opportun. Il compte «enchâsser dans la loi un Pacte militaire entre le gouvernement du Canada et tous les vétérans.», ce qui, selon les conservateurs «garantira que tous les vétérans sont traités avec respect et reçoivent les services en temps opportun.»

Ces engagements nécessiteront de nouveaux investissements, mais les vétérans «méritent mieux», insiste le chef conservateur en déclarant que «Nos vétérans méritent notre gratitude, qu’ils fassent partie des vieilles générations de héros qui ont servi pendant la Deuxième Guerre mondiale et la guerre de Corée, ou qu’ils soient parmi les héros qui ont été en Afghanistan ou dans des zones de conflit partout dans le monde».

Le Parti conservateur a publié une estimation du directeur parlementaire du budget des coûts d’élimination de l’arriéré dans les demandes de prestations aux vétérans où les coûts totaux ont été estimés à 25 millions $ pour l’année 2020-2021 et à 26 millions $ pour l’année 2021-2022

Le nombre d’employés nécessaire pour éliminer l’arriéré en 24 mois a été estimé dans cette évaluation au moyen des ratios historiques de dossiers traités par employé. Les coûts salariaux totaux ont été calculés à l’aide de renseignements sur les salaires, tirés des conventions collectives. Les coûts totaux englobent aussi les avantages sociaux des employés et les coûts indirects.

Les retards dans les demandes, un problème majeur

Bien que le gouvernement libéral ait reçu un «satisfecit» de l’ombudsman des vétérans dans son rapport 2018 qui indiquait que bien des progrès ont été réalisés, comme, par exemple, le rétablissement de la pension à vie où, selon le rapport du Directeur parlementaire du budget (DPB, la majorité des anciens militaires recevront entre 6 et 24% plus avec le nouveau système, force est de constater que la lourdeur de la bureaucratie chez Anciens combattants Canada reste un problème majeur qui empoisonne tout le reste.

Selon les données du ministère des Anciens Combattants, près de 40 000 vétérans attendaient de savoir à la fin du mois novembre 2018 si leur demande pour une aide financière serait approuvée ou non, 11 000 de plus que l’année précédente.

En 2018, le rapport du Sous-comité sénatorial des anciens combattants dénonçait lui aussi la lenteur et la complexité du système de transition à la vie civile, «affligeant indûment des milliers d’hommes et de femmes dont la carrière militaire se termine après avoir fait des sacrifices inimaginables pour défendre le Canada».

Égaler l’indemnisation auparavant fournie en vertu de la Loi sur le bien-être des vétérans

Le chef conservateur entend aussi hausser les paiements versés aux anciens combattants en vertu du régime Pension à vie afin d’égaler l’indemnisation auparavant fournie en vertu de la Loi sur le bien-être des vétérans.

La hausse des paiements versés aux anciens combattants afin d’égaler l’indemnisation qui leur était auparavant fournie en vertu de la Loi sur le bien-être des vétérans, devrait, toujours selon la même source, coûter 103 millions en 2020- 2021, 51 millions en 2021-2022, 50 millions en 2022- 2023 ainsi qu’en 2023-2024 et 2024-2025, 49 millions en 2025- 2026, 49 millions également en 2026- 2027 2027 et 48 millions chacune des deux dernières années, en 2027 2028 et 2028 2029.

Andrew Sheer a également promis qu’un nouveau gouvernement conservateur va:

  • Créer un régime de pensions fiable qui,  »contrairement au statu quo des libéraux », est équitable pour les vétérans les plus fortement handicapés.
  • Renforcer les services de transition afin de mieux soutenir les membres des Forces armées canadiennes libérés ou retraités
  • Mener une enquête indépendante pour avoir des réponses sur les membres des Forces armées canadiennes à qui on a administré de la méfloquine.
  • Fournir plus de chiens d’assistance aux vétérans dans leurs communautés.
  • Et rétablir des projets de commémoration essentiels comme le Monument commémoratif national de la mission du Canada en Afghanistan.

De vaines promesses ? Non, répond Dave Blackburn

Le professeur Dave Blackburn alors qu’il présentait le 17 janvier 2017 les résultats préliminaires de son étude sur les bienfaits de l’intervention du cheval auprès des vétérans souffrant de blessures de stress opérationnel. (Archives/Jacques N. Godbout/45eNord.ca)

Andrew Sheer parviendrait-il à enfin vaincre la bureaucratie contre laquelle se sont butés les gouvernements précédents, tant les conservateurs que les libéraux ? C’est ce que nous verrons s’il est porté au pouvoir le 21 octobre.

Mais pour le candidat conservateur dans Pontiac et blogueur sur 45eNord.ca, Dave Blackburn, libéré volontairement en 2014 avec le rang de major et devenu depuis professeur et chercheur à l’UQO, il ne s’agit pas de vaines promesses.

«Aujourd’hui, je suis très fier de l’annonce de notre chef conservateur Andrew Scheer qui s’engage fermement auprès des vétérans et de leur famille. Conséquemment, suite à notre élection le 21 octobre 2019, nous allons éliminer les dossiers en attente pour ceux et celles qui attendent du soutien, réparer le gâchis des pensions des libéraux et investir dans les services de transition.», déclare avec assurance l’ex-militaire dont «la raison première sur la scène nationale de [se] lancer en politique fédérale est de travailler sans relâche à améliorer les structures en place au ministère des Anciens combattants du Canada» et qui ambitionne «devenir le député fédéral qui sera le champion canadien de la cause des vétérans, des militaires et des membres de la famille.»

Nul doute que si les conservateurs sont portés au pouvoir le 21 octobre, Dave Blackburn talonnera ces collègues pour que les promesses faites aux vétérans soient remplies.

Aujourd’hui, beaucoup de vétérans aimeraient sans doute partager sa foi, mais plusieurs se rappellent que, dès qu’il a semblé urgent pour les conservateurs de Stephen Harper de se présenter devant l’électorat en 2015 avec un budget équilibré, les promesses aux vétérans sont passées à la trappe.

La réponse du Parti libéral: rappelez-vous les coupes

Comme il fallait s’y attendre, le Parti libéral, par la voix de Wayne Easter, député de la circonscription de Malpèque, au Nouveau-Brunswick, où le chef conservateur a annoncé ce matin sa promesse d’éliminer les retards dans les demandes de prestations et d’égaler l’indemnisation auparavant fournie en vertu de la Loi sur le bien-être des vétérans, n’a pas manqué de rappeler les coupes dans les services et dans le soutien destiné aux vétérans de l’époque Harper, quand la recherche de l’équilibre budgétaire passait avant toute chose.

«Stephen Harper a surpris les vétérans de partout au Canada lorsqu’il a fermé neuf bureaux d’Anciens combattants, dont un à l’Île-du-Prince-Édouard, ce qui a entraîné la mise à pied de 89 travailleurs de soutien de première ligne. Ce geste a frustré de nombreux anciens combattants, qui sont restés sans point de contact pour trouver des réponses à leurs questions sur leur régime de pension et leurs soins de santé, et pour accéder aux services essentiels dont ils dépendent.», a déclaré le député dont le gouvernement a rouvert ces bureaux.

Il rappelle aussi l’ouverture par le gouvernement libéral d’un Centre d’excellence sur le trouble de stress post-traumatique (TSPT) pour mieux comprendre le TSPT et ses répercussions dévastatrices sur les anciens combattants et leur famille.

Le député libéral a fait aussi le parallèle entre le désir des conservateurs de faire des coupes sur une période quinquennale afin d’équilibrer le budget et ses promesses d’aujourd’hui. S’ils ne parviennent pas à l’équilibre budgétaire, vont-ils encore une fois sacrifier les vétérans, eux qui les ont si longtemps pris pour acquis ?

Bref, on ne demanderait pas mieux que de croire les promesses de M. Sheer, mais les revirements passés ont peut-être rendu les vétérans méfiants. La réponse le 21 octobre.