Canons à vendre

Un canon OTO Melara 76 mm installé à bord du du NCSM Iroquois fait feu lors d'un exercice en 2008. (MDN)
Temps de lecture estimé : < 1 minute

Le gouvernement canadien recherche des acheteurs pour les canons OTO Melara 76 mm retirés des destroyers de classe Iroquois de la Marine royale canadienne.

Tous les navires de la classe Iroquois ont été retirés du service, le tout dernier des destroyers de cette classe, l’Athabaskan, ayant quitté le port d’Halifax pour la dernière fois le 29 mars 2018 pour être démonté et recyclé, tournant la dernière page de l’histoire, vieille de plus de quarante ans, de la classe Iroquois. Le NCSM Iroquois, lui, avait déjà tiré sa révérence en 2015.

Depuis, les systèmes strictement associés à cette classe ont été déclarés excédentaires, explique la Défense nationale.

Ainsi, les cinq systèmes de canon de 76 mm et les pièces de rechange associées de ces navires ont été déclarés excédentaires en 2015 et 2016 et le gouvernement canadien a décidé de ne pas en faire don à des musées, mais plutôt d’en disposer en les vendant.

C’est Services publics et Approvisionnement Canada qui est chargé de la vente des canons.

Ils devraient être vendus à des alliés du Canada ou à des acheteurs approuvés de l’industrie de la défense.

La cadence de tir élevée et la disponibilité de ses munitions font de l’OTO Melara 76 mm, construit et conçu par l’entreprise italienne italienne du même nom, un moyen de défense anti-missile de courte portée, anti-aérien, anti-surface et terrestre relativement populaire.

Le marché pour ce canon, un système est suffisamment compact pour être installé sur des navires de guerre relativement petits et qui est déjà utilisé par une soixantaine de marines nationales dans le monde, devrait être relativement bon.

Deux de ces canons ont d’ailleurs déjà été vendus l’année dernière au ministère français de la Défense pour un montant qui n’a toutefois pas été dévoilé.