Les équipes de la 2e Division du Canada s’illustrent à l’exercice WORTHINGTON CHALLENGE 2019 à Gagetown

Temps de lecture estimé : 2 minutes

Des équipages de véhicules de combat blindés de cinq pays ont participé à l’exercice WORTHINGTON CHALLENGE 2019 du 20 au 27 à la Base de soutien de la 5e Division du Canada à Gagetown, au Nouveau-Brunswick, où se sont illustrés tout particulièrement les équipes de la 2e Division du Canada.

WORTHINGTON CHALLENGE (dont on peut voir ci-dessus une vidéo datant de 2016, mais qui illustre bien l’exercice) est organisé par l’École du Corps des blindés de l’Armée canadienne, dont la mission est de soutenir l’état de préparation et la modernisation des FAC, de l’Armée canadienne et du Corps blindé grâce à l’instruction individuelle, au maintien des normes d’instruction individuelle et au respect de ses responsabilités attribuées.

Du côté canadien, participaient à l’exercice les divisions de l’Armée canadienne qui utilisent des plateformes de 25 mm et 120 mm, ainsi que des équipes générées à partir de leurs unités de la Réserve sur la plateforme VBTP (Véhicule blindé tactique de patrouille).

C’est l’équipe de la 2e Division du Canada qui est devenu la meilleure équipe canadienne et grande gagnante de la coupe Worthington, et la meilleure équipe de tir avec armes de 25 mm sur le véhicule blindé léger 3, VBL 6 et VBL 2, le Coyotte, fut, là encore, celle de la 2e Division du Canada.

Participaient également à l’exercice cette année, outre les équipes canadiennes, des équipes du Chili, du Danemark, des États-Unis et de la Pologne qui devaient toutes montrer à cette occasion leur niveau d’entraînement et leurs habilités de combat lors d’épreuves tactiques et techniques.

WORTHINGTON CHALLENGE sert à homologuer, mais aussi à améliorer les tactiques, les techniques et les procédures, ainsi qu’à évaluer le degré de préparation de chacune des équipes dans la planification et l’exécution d’une série d’activités qui mettent à l’épreuve les capacités individuelles des tanquistes et, aussi, les capacités des équipes dans l’exécution de missions de tirs et de combat direct.

Cet exercice permet aussi le partage, l’échange d’idées et la promotion de l’interopérabilités entre l’Armée canadienne et les pays alliés.

Chaque équipe a, lors de cet exercice, complété cinq jours de compétition en format round robin [que l’on pourrait traduire en français pas tournoi à la ronde où chaque concurrent rencontre tous les autres concurrents à tour de rôle, par opposition à un tournoi éliminatoire dans lequel les participants sont éliminés après un certain nombre de défaites, NDLR].

Le tout a ensuite culminé en une épreuve commune le 26 septembre, suivie du banquet de clôture le jour même. La journée d’hier a été, elle, consacrée à faire la revue des leçons apprises, et, finalement, les participants ont été libérés aujourd’hui et ont pu retourner dans leurs unités respectives.