Les défis du nouvel ambassadeur canadien en Chine

1189
Des policiers chinois patrouillent devant l'ambassade du Canada en Chine, à Pékin, en décembre 2018. (AFP/GREG BAKER,)
Temps de lecture estimé : 3 minutes

Alors que le premier ministre Justin Trudeau annonçait hier la nomination de Dominic Barton au poste d’ambassadeur du Canada en Chine, Pékin a demandé aujourd’hui au Canada la libération immédiate de Meng Wanzhou, une dirigeante du géant chinois des télécommunications Huawei qui a été arrêtée le 1er décembre dernier à Vancouver à la demande des États-Unis.

Lors d’une conférence de presse, Geng Shuang, porte-parole de ministère chinois des Affaires étrangères, a déclaré que le Canada devait réfléchir sur ses erreurs.

Le prédécesseur, du nouvel ambassadeur canadien, l’ex-ministre libéral John McCallum, avait dû quitter ses fonctions fin janvier 2019 à la demande du premier ministre après des déclarations embarrassantes susceptibles de politiser le dossier, ce qu’Ottawa voulait à tout prix éviter.

John McCallum avait notamment déclaré que Meng Wanzhou, la directrice financière du géant technologique chinois Huawei, disposait d’arguments juridiques solides pour éviter l’extradition. Il avait aussi déclaré que l’abandon de la demande d’extradition de Mme Meng serait «bien pour le Canada», ajoutant que si les États-Unis et la Chine concluaient une entente sur le cas Meng, celle-ci devrait inclure la libération des deux Canadiens détenus en Chine, arrêtés selon Ottawa en représailles à l’arrestation de la dirigeante de Huawei.

Depuis le départ de l’ex-ministre libéral de son poste d’ambassadeur à Pékin, c’est Jim Nickel, chef de mission adjoint à l’ambassade, qui représentait dans l’intérim le Canada en Chine en tant que chargé d’affaires. 

L’’une de ses principales tâches du nouvel ambassadeur canadien sera maintenant de convaincre les dirigeants chinois de libérer les Canadiens emprisonnés Michael Kovrig et Michael Spavor, qui ont été arrêtés peu après Meng Wanzhou, et de réparer les relations entre la Chine et le Canada qui se sont grandement détériorées depuis.

Jeudi, le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, évoquant les «sérieuses difficultés » dans les relations sino-canadiennes, a déclaré que Pékin souhaitait que l’arrivée en poste de Dominic Barton incite le Canada à tenir compte sérieusement des inquiétudes de la Chine pour que les relations entre les deux pays se normalisent.

À titre de principal diplomate canadien en Chine, M. Barton fournira des conseils stratégiques au premier ministre et représentera le gouvernement du Canada auprès de Pékin.

Le nouvel ambassadeur du Canada en Chine, Dominic Barton. (twitter/@sinoquebecmedia)

«Je suis heureux d’annoncer la nomination de Dominic Barton au poste d’ambassadeur du Canada en Chine. M. Barton possède une vaste expérience dans le domaine de l’économie mondiale, acquise au cours de sa carrière impressionnante qui comprend de nombreuses années en Asie. Cet atout fera de lui un excellent choix pour représenter le Canada et ses intérêts en Chine.», avait déclaré mercredi en annonçant sa nomination le premier ministre Justin Trudeau.

«C’est un honneur d’être nommé ambassadeur du Canada en Chine. La relation entre le Canada et la Chine est importante, et je ne ménagerai aucun effort pour représenter notre grand pays et pour résoudre les problèmes actuels.», a pour sa part déclaré Dominic Barton.

Dominic Barton a présidé le Conseil consultatif en matière de croissance économique du Canada. Il a aussi directement fourni des avis au Conseil des ministres du Canada et a été membre du Comité consultatif sur la fonction publique, qui a été créé par l’ancien premier ministre Stephen Harper. Il est également chancelier de l’Université de Waterloo.

De 2009 à 2018, M. Barton a été directeur général mondial chez McKinsey. Dans ce rôle, il a acquis une vaste expérience en matière de commerce international, notamment en tant que directeur du bureau en Corée et président pour l’Asie, à partir de Shanghaï.

Dominic Barton est titulaire d’un baccalauréat ès arts avec spécialisation en économie de l’Université de la Colombie-Britannique et d’une maîtrise en philosophie (économique) de la University of Oxford, où il a étudié à titre de boursier Rhodes. Il détient également huit doctorats honorifiques d’établissements universitaires à travers le monde.

«Je suis heureuse que notre gouvernement annonce aujourd’hui la nomination de Dominic Barton au poste d’ambassadeur du Canada en Chine. Spécialiste de la région, il est la personne idéale pour représenter le Canada et favoriser les intérêts canadiens en cette période critique.», a pour sa part commenté la ministre des Affaires étrangères, Chrystia Freeland.