Dessin de camouflage canadien, les essais du «Prototype J» vont commencer

À partir de la fin-septembre 2019, les militaires du 3e Bataillon, The Royal Canadian Regiment commenceront à porter les manteaux et pantalons, vestes pare-éclats et gilets de protection balistique, chapeaux de brousse, couvre-casques et écussons de grade dans le motif à spectre moyen du « Prototype J ». (MDN)
Temps de lecture estimé : 3 minutes

Tiré d’un article paru le 4 septembre sur le site de l’Armée canadienne

Quelque 600 soldats de la Base de soutien de la 4e Division du Canada (BS 4 Div C) vont bientôt être mise à contribution pour aider les Forces armées canadiennes à tester un nouveau dessin de camouflage canadien (DCamC) afin d’aider à choisir un motif de remplacement des dessins de camouflage iconiques actuels pour régions boisées et arides, peut-on lire sur le site de l’Armée canadienne.

Le DCamC originel distinctif, révolutionnaire à l’époque, a été développé initialement en 1997. Il est étroitement associé à l’Armée canadienne, mais il est aussi porté par le personnel de la Marine et de l’Aviation lorsqu’il travaille dans les domaines de l’Armée, explique-ton dans l’article rédigé par Éric De Lafontaine, gestionnaire du Projet de modernisation de l’habillement et de l’équipement opérationnels des soldats, Direction – Administration du programme de l’équipement du soldat

Quant au personnel des Forces d’opérations spéciales du Canada, qui porte un autre dessin, le MultiCam,  il ne sera pas remplacé.

Depuis que le DCamC a été distribué, un certain nombre de progrès ont été faits en matière de recherche sur le camouflage, plus précisément en protection contre la détection par des systèmes à infrarouges ou d’autres systèmes de vision nocturne, écrit M. Lafontaine.

À partir de la fin‑septembre 2019, les militaires du 3e Bataillon, The Royal Canadian Regiment commenceront à porter les manteaux et pantalons, vestes pare-éclats et gilets de protection balistique, chapeaux de brousse, couvre-casques et écussons de grade dans le motif à spectre moyen du «Prototype J».

Un membre du 3e Bataillon, The Royal Canadian Regiment, examine un modèle de l’uniforme lors de l’essai de modernisation des vêtements et de l’équipement du soldat à la Garnison Petawawa le 4 septembre 2019. (Mat 2 Elizabeth Ross)

Ce nouveau dessin à quatre couleurs se situe dans le milieu du spectre du camouflage; il ne met pas trop en évidence les tons de brun ou de vert.

Bien que l’on ait testé plus d’une douzaine de dessins, c’est le premier à avoir été sorti du labo et être mis à l’essai par de vrais soldats, qui subissent un entraînement rigoureux en vue d’opérations outre-mer. Cela donnera vraisemblablement lieu à des modifications au dessin, indique le gestionnaire.

Les essais auront lieu jusqu’en juillet 2020. Pendant ce temps, la cellule de soutien aux facteurs humains de la Direction – Administration du programme de l’équipement du soldat de la Direction générale – Gestion du programme d’équipement terrestre sollicitera les commentaires des utilisateurs du dessin du « Prototype J » à l’aide de questionnaires de sondage à grande échelle.

L’équipe procédera aussi à des collectes de données, des groupes de consultation et des balayages corporels en 3D pour définir de quelle façon on peut améliorer les uniformes opérationnels et équipements individuels actuels.

Dans le cadre de l’étude, on inclura aussi des soldats de petite stature, dont des femmes, pour faire en sorte que la prochaine génération de vêtements et d’équipements convienne à la plus grande variété possible de soldats.

Le projet de modernisation de l’habillement et de l’équipement opérationnels des soldats (MHEOS), dirigé par le Directeur – Besoins en ressources terrestres de l’Armée canadienne, en collaboration avec le sous-ministre adjoint (Matériels) et Recherche et développement pour la défense Canada, travaille depuis deux ans à exploiter les avancées technologiques pour améliorer la fonctionnalité des uniformes et équipements opérationnels des Formes armées canadiennes, précise le gestionnaire dans ce texte paru le 4 septembre.

Le but est d’avoir des vêtements et des équipements opérationnels qui protègent mieux et sont mieux ajusté, tout en allégeant la charge portée par les soldats.

La transition vers un seul dessin, passant du motif pour régions boisées tempérées (vert) et pour régions arides (havane) créera aussi des gains d’efficience sur le plan logistique.

L’on s’attend à ce que la décision finale soit arrêtée au plus tard en 2022 et que la mise en œuvre intégrale ait lieu en 2027, au cours des années intermédiaires, on devrait voir différents uniformes et équipements puisque l’on fera graduellement l’acquisition et la mise en service des articles arborant le nouveau dessin.