La Marine royale canadienne acquerra cinq connecteurs mer‑terre qui seront construits à Montréal

2045
Une barge spécialisée de l'entreprise montréalaise spécialisée en réparations navales Navamar Inc. qui possède le le seul chantier naval sur l’île de Montréal, doté d’un atelier de 5 200 mètres carrés et d’équipements mobiles. (Navamar Inc.)
Temps de lecture estimé : 2 minutes

Alors que la Marine royale canadienne est de plus en plus appelée à soutenir les opérations d’aide humanitaire et participer à des opérations conjointes à terre, le ministre de la Défense nationale, Harjit Sajjan, a annoncé un contrat d’une valeur approximative de 12 millions de dollars visant l’acquisition de cinq connecteurs mer‑terre qui appuieront ces missions.

Ces connecteurs seront fabriqués au Canada par l’entreprise montréalaise Navamar Inc.

Spécialisé en réparations navales depuis 2001, Navamar, le seul chantier naval sur l’île de Montréal, offre un ensemble de services de construction et réparations navales, peut-on lire sur son site: doté d’un atelier de 5 200 mètres carrés et d’équipements mobiles. L’entreprise fabrique notamment pour l’industrie des équipements sur mesure tels des bateaux de travail ou des barges.

Grâce à ces connecteurs mer‑terre, des navires tels que les navires de soutien interarmées disposeront d’une capacité robuste et renforcée de transfert de cargaisons et d’équipements d’un navire jusqu’à la rive, ce qui, dit la Défense nationale, permettra aux Forces armées canadiennes d’intervenir plus rapidement lors d’opérations conjointes à terre.

À mesure que la Marine restructure sa flotte et son équipement, affirme le communiqué qui annonce l’acquisition des connecteurs mer-terre, «la MRC continuera d’exceller en mer, fournissant au Canada des capacités de première intervention dans l’ensemble du spectre des opérations.»

Citation

«Cet investissement permettra à la Marine royale canadienne de fournir un appui où les navires ne peuvent pas accoster, de distribuer des fournitures aux gens qui en ont besoin et d’accomplir toutes les missions difficiles que nous lui confions. Les connecteurs mer‑terre offriront davantage de souplesse à nos FAC, et seront essentiels à la réussite des missions.»

Harjit S. Sajjan, ministre de la Défense nationale

«L’annonce d’aujourd’hui prouve une fois de plus que la Stratégie nationale de construction navale contribue à bâtir un secteur maritime canadien solide et durable qui permet de créer des retombées économiques et de maintenir des emplois partout au pays. Des entreprises de toutes tailles profitent des travaux de la Stratégie, alors que nous continuons de fournir à la Marine royale canadienne l’équipement dont elle a besoin pour accomplir son travail important.»

Carla Qualtrough, Ministre des Services publics et de l’Approvisionnement et de l’Accessibilité

En bref

  • Ce contrat a été attribué dans le cadre d’un processus concurrentiel et il fait partie du budget global du projet des navires de soutien interarmées.
  • Quatre des cinq connecteurs mer‑terre dont nous faisons l’acquisition seront installés à bord de nos deux navires de soutien interarmées, et le cinquième servira comme soutien aux travaux de maintenance ainsi qu’à des fins d’entraînement. 
  • Les connecteurs mer‑terre modulaires et configurables s’adapteront à pratiquement n’importe quelle mission. Ils pourront servir de jetée temporaire attachée à la rive, ou de large péniche pour aider à l’entretien et à la réparation des navires ou pourront effectuer des opérations d’évacuation.
  • Nos futurs navires de soutien interarmées pourront réapprovisionner les navires déployés en mer et auront la capacité d’accompagner nos navires de guerre dans tous les milieux. Ces navires permettront à un groupe opérationnel naval de demeurer en mer pendant de plus longues périodes, éliminant ainsi le besoin de quitter la zone opérationnelle ou de retourner au port pour se ravitailler.
  • Ces connecteurs pourraient aussi être utilisés pour la formation et en support à d’autres navires tel que le ravitailleur naval intérimaire, Astérix.
  • Source MDN