Mathews, l’ancien réserviste néo-nazi en fuite, serait aux États-Unis

Temps de lecture estimé : < 1 minute

Les autorités américaines ont indiqué que le suprémaciste blanc Patrick Matthews, un ancien réserviste de l’armée canadienne porté disparu, aurait probablement traversé la frontière depuis le Manitoba et pourrait être en possession d’armes.

Mathews a été vu pour la dernière fois par des membres de sa famille à Beauséjour, au nord-est de Winnipeg, le 24 août. La Gendarmerie royale du Canada (GRC) a indiqué avoir retrouvé son véhicule lundi dans une propriété rurale près de Piney dans le sud-est de la province, à seulement neuf kilomètres environ de la frontière américaine. 

La police croit que le jeune homme de 26 ans aurait traversé la frontière et qu’il pourrait être armé. 

L’armée canadienne avait annoncé mardi 21 août l’ouverture d’une enquête sur Matthews, un ingénieur de combat du 38Groupe-brigade du Canada à Winnipeg soupçonné d’appartenir à un groupe néo-nazi après avoir été vu en train de coller des affiches appelant les suprémacistes blancs à se préparer à une guerre raciale et relevé depuis de ses fonctions au sein de la Réserve.

La GRC, qui enquête également, avait de son côté effectué une descente dans une maison à Beauséjour et saisi plusieurs armes.

Pour l’instant, aucune accusation n’a été portée et aucun mandat d’arrêt n’a été délivré, Mathews étant recherché en tant que personne disparue, mais Mark Wilmant, le shérif du comté de Kittson au Manitoba, où on a retrouvé le véhicule du militaire, s’est dit préoccupé pour la sécurité publique en raison des «idéologies» du suprémaciste blanc maintenant aux abois.