Poutine promet un échange massif de prisonniers avec Kiev

627
« Nous approchons de la finalisation des négociations », a déclaré le président russe Vladimir Poutine lors du Forum économique de Vladivostok, ajoutant que « l’échange sera massif » et sa date « connue prochainement ». (Service de presse/Kremlin)
Temps de lecture estimé : 2 minutes

Le président russe Vladimir Poutine a annoncé jeudi un échange «massif» de prisonniers avec Kiev à «une date connue prochainement», une mesure qui pourrait inclure le cinéaste ukrainien emprisonné en Russie Oleg Sentsov et marquerait un recul des tensions entre les deux pays.

Le chef du Kremlin s’exprimait pour la première fois sur le sujet,  alors que les spéculations vont bon train depuis plusieurs semaines sur la conclusion d’un échange de prisonniers, négocié de longue date entre Kiev et Moscou.

«Nous approchons de la finalisation des négociations»,  a déclaré le président russe lors du Forum économique de Vladivostok (Extrême-Orient), ajoutant que « l’échange sera massif » et sa date « connue prochainement ».

Parmi les noms régulièrement cités dans cet échange figurent le réalisateur Oleg Sentsov, condamné à 20 ans de prison pour terrorisme, ou encore les 24 marins ukrainiens détenus à Moscou après un incident naval au large de la Crimée en novembre.

En sens inverse, le journaliste de l’agence de presse Kyrylo Vychynsky, jugé pour «haute trahison» à Kiev et libéré sous condition à la surprise générale la semaine dernière, pourrait être remis à la Russie.  

«Ce sera une normalisation complète de nos relations. C’est inévitable», a poursuivi Vladimir Poutine qui, sans donner plus de détails, a fait part de difficultés à s’entendre avec Kiev sur le choix des personnes à libérer.

Quelques minutes avant ces déclarations, la même cour d’appel qui avait remis en liberté M. Vychynsky a ordonné de relâcher Volodymyr Tsemakh, un ex-chef militaire des séparatistes prorusses de l’est de l’Ukraine, «suspect» dans l’enquête sur l’écrasement du vol MH17.

Le Boeing MH-17 de la compagnie Malaysia Airlines, parti d’Amsterdam pour Kuala Lumpur le 17 juillet 2014, avait été touché en plein vol au-dessus de la zone de guerre avec les séparatistes dans l’est de l’Ukraine. Les 298 personnes à son bord, dont 196 Néerlandais, avaient péri.

Ancien responsable de la « défense antiaérienne » des séparatistes de l’est de l’Ukraine, M. Tsemakh est considéré comme un « suspect clé » dans cette affaire, selon une lettre publiée mercredi et signée par 40 députés européens, appelant à ne pas le livrer à Russie.

Spéculations autour de Sentsov

Partisan d’une ligne plus apaisée avec la Russie, le nouveau président ukrainien Volodymyr Zelensky avait proposé en juillet à la Russie d’échanger Oleg Sentsov contre Kyrylo Vychynsky.

Après sa libération surprise, des médias russes ont annoncé le transfert d’Oleg Sentsov de son camp dans le Grand Nord russe vers une prison moscovite, nourrissant les spéculations sur une prochaine libération.

Âgé de 43 ans, Oleg Sentsov a été condamné en 2015 à 20 ans de prison pour la préparation « d’une attaque terroriste » en Crimée. De nombreuses personnalités occidentales ont appelé à sa libération, en particulier lors de sa grève de la faim l’année dernière.  

Les relations entre Moscou et Kiev sont à couteaux tirés depuis l’annexion de la péninsule ukrainienne de Crimée par Moscou en 2014 et l’éclatement d’un conflit meurtrier entre l’Ukraine et des séparatistes prorusses qui a fait plus de 13 000 morts en cinq ans.

Kiev et ses alliés occidentaux accusent Moscou de soutenir militairement les séparatistes, ce que la Russie a toujours démenti, malgré de nombreuses preuves.  En dépit de la signature d’accords de paix, des incidents armés éclatent encore régulièrement.