Ukraine: toujours impossible de se fier à Poutine, dit le réalisateur libéré Sentsov

Le cinéaste ukrainien Oleg Sentsov, à son arrivée à une conférence de presse à Kiev le 9 septembre 2019, peu après sa libération. (AFP)
Temps de lecture estimé : 2 minutes

L’Ukraine ne doit pas faire confiance à la Russie même après l’échange de prisonniers conclu samedi, perçu comme un signe de potentielle détente entre ces deux pays, a prévenu mardi le cinéaste ukrainien Oleg Sentsov, un des prisonniers libérés.

« En ce qui concerne les souhaits de paix de la Russie, le loup a beau revêtir la peau de l’agneau, ses dents de loup ne disparaîtront pas. N’y croyez pas », a déclaré à la presse le cinéaste, libéré samedi avec 34 autres prisonniers ukrainiens.

Les relations entre Kiev et Moscou traversent une crise sans précédent depuis l’annexion par la Russie en 2014 de la péninsule ukrainienne de Crimée, suivie du déclenchement d’une guerre avec des séparatistes dans l’est de l’Ukraine qui a depuis fait environ 13.000 morts.

L’Ukraine et l’Occident accusent la Russie de soutenir militairement les séparatistes pour garder son voisin dans son giron et l’empêcher notamment d’intégrer l’Otan. Réfutant ces accusations, la Russie a dit espérer la « normalisation » de ses rapports avec Kiev après l’élection en avril à la présidence ukrainienne de l’ex-comédien Vladimir Zelensky.

Pour M. Sentsov, devenu pendant ses cinq années d’emprisonnement un symbole pour Kiev dans sa résistance face à Moscou, « cela ne signifie pas que la Russie est prête à relâcher l’Ukraine, rendre la Crimée et le Donbass », la région de l’est séparatiste.

Vladimir « Poutine ne rendra pas la Crimée, il lui est plus simple de rendre le Kremlin que la Crimée », a martelé le cinéaste de 43 ans, paraissant calme et confiant, lors de sa première conférence de presse suivant sa libération.

L’Ukraine ne pourra restaurer son contrôle sur la péninsule qu’après « le changement de régime inévitable en Russie », a-t-il estimé, disant qu’il « espère le voir ».

Originaire de Crimée, M. Sentsov a été arrêté chez lui après avoir protesté contre cette annexion. Il a été condamné à 20 ans de détention dans un camp de la région arctique russe pour préparation « d’attaques terroristes ». Son affaire a provoqué une mobilisation internationale à laquelle de nombreuses personnalités du cinéma ont participé.