Des dirigeants d’entreprises dans le ciel de Montréal et Farnham avec le 438 ETAH [PHOTOS/VIDÉO]

Temps de lecture estimé : 4 minutes

Près d’une trentaine d’employeurs civils de réservistes ont reçu leur baptême de l’air «militaire» au 438e Escadron tactique d’hélicoptères, le 24 octobre, alors que l’unité leur avait réservé un vol à bord des CH-146 Griffon de l’Aviation royale canadienne au dessus de Montréal et Farnham.

Ces professionnels et dirigeants d’entreprises avaient été invités par le Conseil de liaison des Forces canadiennes ce vendredi au 438e Escadron tactique d’hélicoptères (438 ETAH), un escadron Force totale de la Réserve aérienne installé à Saint-Hubert, pour être briefés sur l’importance des forces de réserve, visiter les installations et en apprendre davantage sur le travail des militaires.

Le choix du 438 ETAH ne tient pas au hasard.

Équipé de hélicoptères CH-146 Griffon, le 438e Escadron est en appui aux divers éléments de la Réserve de l’Armée dans la région. Les réservistes comptant pour 60 pour cent de son effectif, le 438e Escadron caractérise bien le concept de la force totale selon lequel des forces de réserve hautement formées sont employées pour renflouer les rangs des unités de la Régulière des Forces canadiennes affectées à des missions internationales ou à des opérations nationales.

Il y avait à cette rencontre des employeurs dont le lien avec le monde de la défense était évident tels que l’École Nationale d’Aéronautique, la Fondation J.A. Bombardier, Lockheed Martin, L3Harris, Pratt &Whitney, d’autres pour qui le monde militaire représente surtout un bassin de recrues potentielles pour leurs entreprises tels le Canadien National, Molson Coors, les corps de police ou de pompiers, mais aussi d’autres participants, tels des associé(e)s de grandes firmes comptables et même le Procureur fédéral en chef pour le Québec, Me André-Albert Morin, qui étaient là tout simplement pour mieux connaître les Forces armées canadiennes.

On a pu noter également ce vendredi à Saint-Hubert la présence de l’ex-ministre libéral Christian Paradis, aujourd’hui vice-président principal de la multinationale Garda World, le géant canadien de la sécurité et un employeur qui cherche activement à recruter d’ex militaires, ainsi que de l’ex-maire de Montréal, Denis Coderre, maintenant conseiller spécial stratégie chez Stingray inc., une firme montréalaise réputée dans le domaines des médias et de la technologie.

Le dénominateur commun de tous ces gens, une curiosité et un intérêt véritable pour ce que font les réservistes.

Pour l’organisateur de cette journée, le Conseil de liaison des Forces canadiennes, qui a pour mission de faire valoir, en travaillant en partenariat avec l’Équipe de la Défense l’attrait du service dans la Réserve auprès d’employeurs, d’éducateurs et d’organismes canadiens, cette rencontre était, aux dires de son responsable, d’une toute première importance. 

«L’ExécuTrek», explique à 45eNord.ca sur place le lieutenant-colonel Francois Couture, officier de liaison au Conseil de liaison des Forces canadiennes , «est un exercice de familiarisation où on réunit la communauté d’affaires pour leur montrer les réservistes dans leur milieu de travail, Les gens qu’on a invité ici aujourd’hui en particulier, ce sont des gens, dans certains cas, des employeurs de nos réservistes, des gens du milieu avionique en particulier, quelques compagnie d’aviation dans la région de Montréal, et aussi on a invité des gens qui peuvent par leurs réseaux influencer la perception que les gens ont en général de la Réserve. C’est vraiment un exercice de relations publiques pour les gens d’affaires pour leur montrer comment appuyer nos réservistes.»

Vol en formation

Après une heure de briefing à leur arrivée, les participants ont pu examiner de près l’équipement utilisé par le 438 ETAH et rencontrer les militaires de l’Escadron, qui ont répondu à toutes leurs questions, Un repas du midi fait de rations de combat et, étape finale d’une journée que les organisateurs voulaient mémorable, les participants de l’ExécuTrek ont enfin pris place à bord de deux CH-146 Griffon.

D’abord, une parade tranquille au-dessus de la ville de Montréal, puis les appareils se sont dirigés, en formation tactique, dans les secteurs d’entraînement de Farnham pour des manœuvres rapides et précises.

Anne-Marie Sofio, associée de la firme de comptables professionnels agréés Boily, Handfield, participait à l’ExécuTrek pour mieux connaître les Forces armées canadiennes.: «J’étais en confiance avec les pilotes quand j’ai embarqué dans le vol. C’est assez impressionnant, c’est professionnel, tout le monde est à son affaire», confie celle qui en était à sa première expérience du genre et ne cache pas qu’elle «a été un peu étourdie lors du ‘vol d’essai’.» «Quand j’ai atterri, j’étais assez contente d’être à terre, je suis impressionné par les gens qui font ce travail, c’est vraiment un bon travail», de conclure, loin du confort de son bureau, mais avec un grand sourire, l’experte comptable.

Et c’est ainsi que, un peu plus d’une heure après, les participants à cette expérience étaient de retour à la base, souriants, les téléphones intelligents pleins de vidéos et de photos, heureux de leur expérience et plus sensibles qu’auparavant au travail exceptionnel qu’accomplissent chaque jour les hommes et femmes des Forces armées canadiennes.

Mission accomplie

En entrevue sur place pour 45eNord.ca, le colonel honoraire de l’Escadron, André Lepage, s’est pour sa part montré satisfait et convaincu que cette expérience «avait fait voir le travail d’un escadron, le travail de l’Aviation royale canadienne. Cela leur fait comprendre ce que nous faisons comme travail et l’utilité de ces gens là [les réservistes, NDLR], la formation exceptionnelle qu’ils ont, les excellents pilotes que nous avons.[…]. Ils [les participants]voient la discipline que nous avons, la camaraderie que nous avons, la loyauté que nous avons, toutes les qualités des membres d’un escadron tel le nôtre et la formation qu’on leur donne, le leadership, ça se transpose dans le travail quotidien dans leurs entreprises».

C’est ainsi que, grâce au programme ExecuTrek, les employeurs, les superviseurs et les professionnels des ressources humaines de plusieurs entreprises ont pu constater eux-mêmes la qualité de l’entraînement des militaires et réservistes et les avantages qu’ils peuvent en retirer – aptitudes professionnelles et gestionnelles, éthique du travail, etc. Mais, plus encore, ces citoyens ne verront plus jamais après cette journée le travail des réservistes de la même manière.