Discussions au Congrès pour annuler la décision de Trump sur la Syrie

« Le président ayant donné un feu vert aux Turcs pour bombarder, et de facto fait sauter les chaînes (du groupe djihadiste) État islamique, nous devons avoir un projet de sanctions plus fortes que celui proposé par la Maison-Blanche », a estimé Nancy Pelosi. [Archives/AFP]
Temps de lecture estimé : 2 minutes

La présidente démocrate de la Chambre des représentants, Nancy Pelosi, a déclaré lundi s’être entretenue avec l’influent sénateur républicain Lindsey Graham, et avoir convenu avec lui de travailler sur une « résolution commune pour annuler immédiatement la dangereuse décision du président » Trump sur le retrait des troupes américaines en Syrie.

Elle a également plaidé pour des sanctions plus fortes que celles envisagées par la Maison-Blanche à l’encontre de la Turquie.

«Ravie d’avoir eu une conversation avec Lindsey Graham ce matin. Notre premier point a été de convenir que nous devons adopter une résolution commune, proposée par les deux partis dans les deux chambres, pour annuler immédiatement la dangereuse décision du président sur la Syrie», a-t-elle tweeté. 

Washington a annoncé le 6 octobre retirer plusieurs dizaines de soldats du nord de la Syrie, près de la frontière turque, ouvrant la voie à une offensive d’Ankara contre les Kurdes, alliés des occidentaux dans la lutte antidjihadiste. Dimanche, le Pentagone a annoncé que toutes les forces américaines dans le nord de la Syrie, soit quelque 1000 soldats, allaient se retirer.

«Le président ayant donné un feu vert aux Turcs pour bombarder, et de facto fait sauter les chaînes (du groupe djihadiste) État islamique, nous devons avoir un projet de sanctions plus fortes que celui proposé par la Maison-Blanche», a estimé Nancy Pelosi. Ce projet doit lui aussi être commun aux deux partis et aux deux chambres, a-t-elle ajouté.

Le secrétaire au Trésor américain Steven Mnuchin a annoncé vendredi que le président américain avait autorisé, sans toutefois les activer pour l’instant, des sanctions très fermes contre Ankara. Donald Trump a affirmé lundi que ces «grosses sanctions» visant la Turquie pourraient être annoncées rapidement.

Lindsey Graham, qui soutient d’ordinaire Donald Trump mais l’accuse dans le dossier syrien d’avoir «honteusement abandonné» les Kurdes, a confirmé qu’il allait «travailler au-delà des frontières des partis» pour «mettre au point des sanctions et avancer vite» au Sénat comme à la Chambre des représentants.

Il n’a en revanche pas mentionné le projet de résolution évoqué par Mme Pelosi et visant directement la politique de Donald Trump, disant au contraire «apprécier la volonté du président Trump de travailler avec le Congrès».  

M. Graham et l’élu démocrate Chris Van Hollen avaient dévoilé mercredi une proposition visant à sanctionner sévèrement Ankara.