Le chef bloquiste réclame l’inclusion de la Davie dans la stratégie de construction navale

Le chantier maritime Davie à Lévis, sur la Rive-sud de Qiébec, a déjà été le plus important chantier naval du pays (Archives/Pierre-Olivier Fortin/WikiCommons)
Temps de lecture estimé : 3 minutes

Faisant campagne aujourd’hui au chantier naval Davie, à Lévis, sur la Rive-Sud de Québec, le chef bloquiste, Yves-François Blanchet, a demandé aux chefs de partis fédéraux de s’engager à inclure Davie comme troisième chantier de la stratégie nationale de construction navale et à lui consentir sa juste part des contrats fédéraux.

La stratégie de construction navale, impliquant à long terme environ 100 milliards $ de contrats de construction de navires et d’entretien, a été répartie entre deux chantiers : Irving, en Nouvelle-Écosse et Seaspan, en Colombie-Britannique, a rappelé le chef bloquiste, soulignant que, quelques soient leur promesses aujourd’hui, tous les partis ont cautionné la stratégie de construction navale depuis 2011 en écartant le Québec, ce qu’il a qualifié d’«arnaque historique».

«L’octroi de 100 milliards en contrats en écartant le Québec est une arnaque historique qui doit être corrigée. Tous les partis ont cautionné la stratégie de construction navale depuis 2011. Aujourd’hui, tous doivent s’excuser d’avoir validé cette injustice, s’engager à faire de Davie le troisième partenaire de la stratégie et lui promettre sa juste part des contrats dès le retour du Parlement», a déclaré M. Blanchet.

Le chef bloquiste Yves-François Blanchet, entouré de candidats bloquistes, au Chantier Davie sur la Rive-Sud de Québec, mardi 15 octobre. [courtoisie Bloc Québécois]

Selon la fiche technique publiée par le Bloc Québécois sur ce sujet, Chantier Davie n’a obtenu que 2 milliards de contrats du fédéral depuis le début de la stratégie navale, tandis que le chantier Irving (Nouvelle-Écosse) et le chantier Seaspan (Colombie-Britannique) ont reçu 75 milliards et 25 milliards de contrats respectivement.

Le 1er octobre dernier, même s’il avaient pas encore publié leur plateforme électorale, les Conservateurs annonçait par a voix de leur chef, Andrew Scheer, que, s’’ils formaient le gouvernement au lendemain du scrutin du 21 octobre, ils prévoyaient l’acquisition d’un deuxième navire ravitailleur provisoire pour la Marine canadienne, l’Obélix, auprès de Chantier Davie Canada. Intention confirmée dans la plateforme électorale conservatrice publiée au lendemain du dernier débat des chefs du 10 octobre.

Mais les conservateurs, sont à l’origine de la stratégie de construction navale décriée aujourd’hui.

Quant au gouvernement Trudeau, il s’est engagé à rouvrir la stratégie de construction navale pour inclure un troisième chantier, qui pourrait être le Chantier Davie, mais aujourd’hui, plusieurs mois après cette annonce, rien n’est réglé, déplore le chef bloquiste.

L’Astérix lors de son voyage inaugural de Québec à Halifax le 25 décembre 2017. (Archives/Groupe CNW/Chantier Davie Canada Inc.)

M. Blanchet demande donc aux chefs des partis fédéraux de s’engager: faire du chantier Davie le troisième partenaire de la stratégie de construction navale canadienne, redistribuer les contrats déjà annoncés, mais non signés, pour les équilibrer entre les chantiers, octroyer un contrat pour un second pétrolier ravitailleur, l’Obélix, à la Davie, et tenir une commission d’enquête spéciale sur l’ensemble de la stratégie navale.

Les autres partis n’ont pas tardé à réagir.

La candidate libérale dans Bellechasse-Les Etchemins-Lévis, Laurence Harvey a rappelé que son parti a confirmé des contrats pour la construction de deux traversiers et pour la remise à niveau de trois frégates, et accepté de rouvrir la Stratégie nationale de construction navale pour y inclure un troisième partenaire.

Mais surtout, la candidate libéral a déclaré que «Malgré toutes ses incantations, le chef du Bloc ne peut rien faire pour aider les travailleurs de la Davie».

Même son de cloche chez les conservateurs où on réplique par voie de communiqué que «Seul un gouvernement majoritaire conservateur sera présent pour les travailleurs du chantier maritime Davie», rappelant son engagement d’acquérir auprès de la Davie un deuxième navire ravitailleur pour la Marine royale canadienne.