Paris négocie à Bagdad le transfert de ses jihadistes de Syrie

Carte localisant les lieux de détention des jihadistes dans le nord-est de la Syrie et données sur les prisonniers jihadistes. [AFP]
Temps de lecture estimé : 4 minutes

Le chef de la diplomatie française Jean-Yves Le Drian est à Bagdad jeudi pour discuter du possible transfert et jugement en Irak des jihadistes étrangers, dont 60 Français, aux mains des Kurdes syriens, actuellement visés par une offensive turque qui fait planer un « risque de dispersion ».

Depuis qu’Ankara a lancé le 9 octobre sa campagne militaire contre une milice kurde de Syrie, les Européens redoutent que les 12.000 jihadistes détenus par les Kurdes -dont 2.500 à 3.000 étrangers- ne s’évadent pour redonner corps au groupe Etat islamique (EI), dont le « califat » territorial a été défait en mars dernier.

Jeudi, M. Le Drian a affirmé avoir évoqué avec les dirigeants irakiens « la manière de mettre en oeuvre (un) mécanisme juridictionnel adapté » pour juger « dans les meilleures conditions » ces combattants, « y compris a priori les combattants français ».

Jusqu’ici, 14 Français ont été condamnés par des tribunaux irakiens pour avoir rejoint l’EI. Parmi eux, 12 avaient été transférés depuis les prisons des Kurdes de Syrie vers Bagdad. Onze ont écopé de la peine de mort et trois autres –dont deux femmes– de la perpétuité.

Le nouveau « mécanisme juridictionnel », s’il est créé, devra permettre de juger les jihadistes étrangers dans des tribunaux irakiens suivant un certain nombre de principes de justice, affirme-t-on de source diplomatique française.

Alors que ces combattants sont originaires de 72 pays, M. Le Drian a estimé que la coalition internationale formée contre l’EI en 2014 devait « se réunir face aux risques nouveaux engendrés par l’intervention turque dans le nord-est syrien et aux risques de résurgence de l’EI ».

Aide financière

L’Irak, un des cinq pays au monde qui ordonne le plus de peines capitales, a déjà condamné plus de 500 étrangers de l’EI –hommes et femmes dont plusieurs centaines à mort–, mais aucun n’a jusqu’ici été exécuté.

Deux jihadistes belges ont écopé de la peine de mort, tandis qu’une Allemande a vu sa sentence commuée en peine de prison à perpétuité en appel.

Les pays européens s’opposent à la peine de mort et les organisations de défense des droits humains dénoncent « de vrais risques de torture » et « aucune garantie pour des procès équitables » dans ce pays.

L’Irak avait déjà proposé en avril de juger l’ensemble des jihadistes étrangers retenus en Syrie contre environ deux milliards de dollars.

Les discussions se sont accélérées avec le lancement de l’opération turque contre la milice kurde qui détient les jihadistes puis l’entrée en scène de l’armée de Bachar al-Assad aux côtés des Kurdes.

Mardi, des experts de sept pays européens (France, Allemagne, Grande-Bretagne, Belgique, Pays-Bas, Danemark et Suède) ont été dépêchés à Bagdad.

La justice irakienne pourrait bénéficier d’un soutien international – formation, assistance au tribunaux, voire aide financière – pour mener à bien sa mission, explique-t-on de source européenne.

« Il y a des discussions entre Américains, Britanniques, Français et Irakiens sur le financement de la construction de prisons », affirme Hicham al-Hachémi, spécialiste des mouvements jihadistes, interrogé par l’AFP.

Combattants et épouses

Le temps presse face au chaos même si M. Le Drian assure que la situation reste pour l’instant sous contrôle dans les camps du nord-est syrien. 

Deux jihadistes belges se sont toutefois déjà échappés d’une prison et le Conseil de sécurité de l’ONU a mis en garde mercredi contre le « risque de dispersion » des jihadistes.

Le régime de Damas, qui reprend peu à peu le contrôle des zones où les Kurdes jouissaient d’une semi-autonomie depuis le début de la guerre en 2011, pourrait aussi mettre la main sur les jihadistes étrangers et leurs familles et les exhiber ou les instrumentaliser, scénario redouté dans les chancelleries européennes.

Environ 12.000 femmes et enfants de combattants de l’EI sont retenus dans des camps de déplacés du nord-est syrien souvent surpeuplés, comme à Al-Hol.

Mohammed Ali al-Hakim, le chef de la diplomatie irakienne, a également plaidé pour qu’une « solution soit trouvée » pour ces familles, alors que l’Irak compte encore des milliers de familles de l’EI en Syrie.

La France, qui compte environ 200 ressortissants adultes et 300 enfants dans les camps et prisons sous contrôle kurde refuse, comme nombre d’autres pays, de les rapatrier en raison des craintes d’attentats et de l’hostilité de l’opinion, et souhaite qu’ils soient jugés au plus près de là où ils ont commis leurs crimes.Les épouses françaises, considérées par les autorités comme tout aussi radicalisées que les hommes, sont donc susceptibles d’être jugées également en Irak, au même titre que les quelque 60 jihadistes français actuellement détenus en Syrie.

Les familles réclament pour leur part des rapatriements de crainte que leurs proches se retrouvent au cœur des combats et que « des enfants innocents soient tués ou blessés en plus grand nombre ».

L’EI dit avoir «libéré» des femmes détenues par les Kurdes

Pendant ce temps, le groupe État islamique (EI) a affirmé jeudi avoir «libéré» des femmes détenues dans le nord de la Syrie par les forces kurdes confrontées à une offensive du voisin turc.

Une unité «des soldats du califat» a attaqué mercredi un QG des forces kurdes près de la ville de Raqa, «libérant un certain nombre de femmes musulmanes enlevées» par les combattants kurdes, selon un communiqué de l’EI diffusé sur les chaînes Telegram.

Le communiqué ne précise pas la nationalité de ces femmes ni si elles sont affiliées à l’EI.   

Fer de lance de la lutte contre l’EI vaincu en mars avec la prise de son dernier fief en Syrie, les forces kurdes retiennent des milliers de djihadistes et leurs familles dans des prisons et des camps dans le nord syrien.

Maintes fois, les autorités kurdes, mais aussi les pays européens, ont mis en garde contre une résurgence de l’EI à la faveur de l’opération d’Ankara.

Dimanche, les autorités kurdes ont rapporté l’évasion de près de 800 femmes et enfants de djihadistes étrangers d’un camp de déplacés à Aïn Issa, situé à proximité de combats entre forces kurdes et supplétifs syriens pro-turcs.

Quelques jours plus tôt, cinq djihadistes de l’EI se sont échappés d’une prison près de la ville de Qamichli, selon les forces kurdes. La Belgique a ensuite confirmé la fuite de deux djihadistes belges.

Le chef des Forces démocratiques syriennes (FDS), dominées par les combattants kurdes, Mazloum Abdi, a annoncé mercredi le «gel» des opérations contre l’EI. Les FDS se contenteront d’opérations «défensives».

Durant les longues années de lutte contre l’EI, les FDS avaient bénéficié du soutien de la coalition internationale emmenée par Washington.  

En mars, les forces kurdes ont proclamé la fin du «califat» des djihadistes, avec la conquête de leur dernier bastion de Baghouz. Depuis, les FDS traquent les djihadistes qui ont renoué avec la clandestinité et formé des cellules dormantes, notamment dans la province de Deir Ezzor.