11 novembre: comment on a vécu le «devoir de mémoire» au Québec [PHOTOS/VIDÉO]

Temps de lecture estimé : 5 minutes

Comme tous les ans, les Canadiens ont célébré hier 11 novembre le jour du Souvenir, autrefois appelé jour de l’Armistice, réunis dans un geste collectif de Souvenir et de mémoire envers tous ceux et celles qui sont tombés au combat au service de leur pays. Un jour qui est aussi l’occasion, ici, au Québec, de se poser les vraies questions.

À Montréal, la cérémonie principale du «Jour du Souvenir» s’est déroulée à la Place du Canada (angle René Lévesque et Metcalfe). Organisée par la Légion royale canadiennes, la plus grande organisation de vétérans et de services communautaires au Canada,

La cérémonie a débuté à 10h30 avec l’arrivée de la Garde. À 11 heures, a été observée une minute de silence a été observée.

Cette année deux hélicoptères militaires CH-146 Griffon ont survolé la foule réunie pour la cérémonie.
 
En outre, en plus des canons de l’armée et des hélicoptères, pour la première fois lors d’une cérémonie du Jour du Souvenir, le sifflet traditionnel de la Marine a salué l’arrivée des dignitaires.

En effet, un groupe de marins a «rendu les honneurs au sifflet». Les officiers et les marins canadiens «rendent les honneurs au sifflet» à un amiral montant à bord de leur navire. Dans ce cas-ci, les honneurs furent rendus au sifflet au début de la cérémonie au Brigadier Général Tardif ainsi qu’à la mairesse de Montréal, Mme Valérie Plante.

Malgré le froid et la neige, des centaines de personnes ont assisté à la cérémonie solennelle au cénotaphe, où le président de la direction provinciale de la Légion royale canadienne, M. Kenneth Ouellet, le commandant adjoint de la 2e Division du Canada,le brigadier-général Stéphane Tardif, la mairesse de Montréal, Valérie Plante, le conseiller de la Ville de Montréal, Sterling Downey, des diplomates, des représentants d’associations de vétérans, des diplomates, ainsi que des familles de soldats et d’anciens combattants décédés, notamment la Mère québécoise de la Croix d’Argent, MMe Beauchamp, dont le fils est mort au combat en Afghanistan, ont déposé des couronnes sur le cénotaphe en souvenir des disparus.

Des cérémonies ont également eu lieu à la Garnison Montréal à Longue Pointe, siège de la 2e Division du Canada, ainsi qu’au cénotaphe du parc Outremont et au cimetière Baron de Hirsch à Côte-des-Neiges. La Société Saint-Jean-Baptiste avait organisé une cérémonie au cénotaphe militaire du cimetière Notre-Dame-des-Neiges.

Pendant ce temps à Québec, le premier ministre François Legault assistait à la commémoration de l’armistice devant la Croix du Sacrifice, à l’entrée des plaines d’Abraham, cérémonies auxquelles participaient 250 militaires de la région de Québec du 5 e Groupe-brigade mécanisé du Canada, du 35e Groupe-brigade du Canada et la Réserve navale. Une autre cérémonie avait aussimlieu à la Base des Forces armées Valcartier.

La cérémonie des plaines d’Abraham à Québec était, elle aussi, organisée par la Légion royale canadienne .

Le Québec compte plus de 120 000 vétérans

Ici à la Légion, on a le devoir de promouvoir le souvenir de nos vétérans qui ont servi, expliquait un peu avant la cérémonie à 45eNord.ca le président de la direction provinciale de la Légion royale canadienne, M. Kenneth Ouellet. «C’est à travers tout le Commonwealth, pour le 11 novembre, et aussi aux États-Unis et dans d’autres pays comme la France et tous ceux qui ont combattu lors de la Première et la Deuxième Guerre mondiale et Guerre de Corée. Parce que le vétéran qui a servi son pays ne doit pas rester dans l’oubli. On doit le remercier pour les services qu’il a fait et pour le sang qu’il adonné pour son pays pour que nous ayons la démocratie au Canada.»

Ici au Québec, on a au dessus de 120 000 vétérans, indique M. Ouellet. Il restent encore 3 000 vétérans de la Deuxième Guerre mondiale et de la Guerre de Corée, mais là, on parle de la nouvelle génération, qui a fait des missions de paix, que ce soit de l’OTAN ou de l’ONU, et aussi de la Guerre de l’Afghanistan.

«Ce sont aujourd’hui nos vétérans dont on doit s’occuper. On doit s’assurer qu’ou leur donne des services pour qu’ils puissent être capables de faire la transition dans la vie civile.»

Le «devoir de mémoire au Québec»

L’une des premières missions de la Légion royale canadienne est de promouvoir le souvenir de nos vétérans qui ont servi. Ici, dans les locaux de la direction provinciale à Montréal, des bénévoles sont briefés avant la cérémonie du Jour du Souvenir organisée par la Légion. [Jacques N. Godbout/45enord.ca]

En ce 11 novembre, le président de la direction provinciale de Légion n’a pas craint d’aborder la question que tous voudraient éviter, mais qu’il faut néanmoins poser, même en ce 11 novembre, peut-être même surtout en ce 11 novembre: Pourquoi les vétérans sont ils moins célébrés ici que dans le reste du Canada ?

«Si on prend la Deuxième Guerre mondiale, le Québec est la province qui a envoyé, en pourcentage, le plus de combattants pour l’Armée canadienne.», nous indique celui dont l’organisation est responsable depuis tant d’années des cérémonies du Jour du Souvenir. «On pense toujours le contraire, qu’ils se sont sauvés aux États-Unis ou qu’ils ont été se cacher dans le bois, mais ce n’est pas vrai. Le Québec est la province qui a eu le plus haut pourcentage de volontaires pour aller se battre.»

Le problème, selon M. Ouellet, est plutôt un problème culturel.

«On pense toujours que c’est une culture anglophone et, oui, c’est le cas et, oui, les Canadiens-anglais mettent plus d’emphase à se souvenir de ceux qui ont combattu pour la liberté ou combattu pour leur pays. Ici au Québec, du côté francophone, sans faire de politique, il y a toutes sortes d’enjeu qui font qu’on célèbrent moins nos vétérans, mais ça ne devrait pas être alors qu’on a au dessus de 120 000 vétérans au Québec, en majorité francophone, et ces vétérans, ainsi que ceux qui sont aujourd’hui actifs dans les Forces armées canadiennes, force régulière ou de réserve, […] devraient être honorés parce qu’ils servent leur pays.»

Mais la reconnaissance envers les vétérans progressent au Québec comme partout au Canada.

Un récent sondage commandé par Historica Canada, l’organisation à l’origine des vidéos de la Minute du patrimoine, indiquait que davantage de Canadiens avaient prévu cette année célébrer le jour du Souvenir en hommage aux quelques anciens combattants.

Le sondage en ligne, mené par Ipsos, indiquait que 88% des Canadiens estiment qu’il est important d’assister à de tels événements, alors que les anciens combattants de la Seconde Guerre mondiale encore vivants peuvent toujours être présents.

«On peut dire que depuis la Bosnie et l’Afghanistan, la société canadienne, et particulièrement au Québec, on est plus reconnaissants envers ceux qui ont servi. Il y a eu un changement d’attitude envers nos vétérans», conclut pour sa part, optimiste, le président de la direction provinciale de la Légion au Québec.

La cérémonie du 11 novembre est aussi l’affaire de tous

Un contingent de policiers du SPVM à la cérémonie du Jour du Souvenir à la Place du Canada le 11 novembre. [Jacques N. Godbout/45eNord.ca]

Promouvoir le souvenir est une des missions les plus importantes de la Légion et pour nos vétérans insiste Kenneth Ouellet, mais elle n’est pas seule à s’impliquer.

On commence les réunions préparatoires à la cérémonie à la mi-octobre. La direction provinciale va organiser le défilé et la cérémonie en collaboration avec plusieurs partenaires, à Montréal, mais aussi à Québec, où la filiale 265 de la Légion organise avec la BFC Valcartier le défilé du Jour du Souvenir.

Ici à Montréal, la direction provinciale travaille avec la 2e Division du Canada, responsable des forces armées dans toute la province de Québec , le 34e Groupe-brigade du Canada, le groupe-brigade de la Première réserve de la 2e Division du Canada de l’Armée canadienne des Forces armées canadiennes, des représentants de la Ville de Montréal, du Service de police de la Ville de Montréal, des pompiers, des premiers intervenants.

En tout, 1 000 personnes se seront impliquées cette année dans le succès des cérémonies d’une heure en hommage à nos vétérans organisées par la Légion royale canadienne au Québec.