Menace dans l’espace: le Canada à l’exercice américain Space Flag à Colorado Springs

Le 16 août 2019, les principaux dirigeants militaires du domaine spatial de l’Australie, du Canada, du Royaume-Uni et des États-Unis se font prendre en photo pendant le premier exercice Space Flag avec des partenaires de la coalition, dont le brigadier-général Kevin Whale (devant, troisième à partir de la gauche), de l’ARC. [Dave Grim,/United States Air Force]
Temps de lecture estimé : 3 minutes

Article tiré du site de l’Aviation royale canadienne

Les partenaires de la coalition formée par l’Australie, le Canada, le Royaume-Uni et les États-Unis ont participé à un exercice Space Flag pour la première fois aux installations de la Aerospace Corporation à Colorado Springs, au Colorado.

L’exercice Space Flag 19-3 a permis à environ 160 participants, observateurs et invités distingués de la coalition de participer à l’exercice Fight Tonight du Air Force Space Command (AFSPC), qui était axé sur l’utilisation des capacités actuelles concernant les mesures d’opposition en matière de dissuasion, de refus et de perturbation dans le domaine spatial.

Le général Stephen Wilson, vice-chef d’état-major de la United States Air Force, et des hauts dirigeants militaires du domaine spatial de chaque pays participant ont rencontré le personnel de l’exercice Space Flag afin d’en apprendre davantage sur l’exercice et sur l’urgence d’instruire les combattants dans le domaine spatial.

«La menace dans l’espace est réelle, et nous devons nous former de la même manière que nous combattons, soit aux côtés de nos partenaires d’autre pays, afin de conserver la supériorité spatiale et de dissuader les conflits dans le domaine spatial», a dit le général Wilson après sa rencontre avec les participants à l’exercice Space Flag.

L’exercice Space Flag 19-3 a proposé de nouvelles tâches et occasions d’apprentissage aux partenaires de la coalition qui ont été choisis selon leur poste actuel par l’entremise d’accords existants avec la 21st Space Wing, la 460th Space Wing et le Centre des opérations spatiales interallié.

Le brigadier-général Kevin Whale, directeur général et commandant de la composante spatiale de l’Aviation royale canadienne, a parlé du partenariat durable entre le Canada et les États-Unis et de la manière dont il perçoit la participation future du Canada aux exercices Space Flag.

«Le Canada a longtemps collaboré avec les États-Unis dans le domaine spatial dans le cadre du NORAD et, plus récemment, de l’initiative d’opérations spatiales conjointes croissante et multinationale, a dit le brigadier-général Whale. Cette année, notre participation intégrée à l’exercice Space Flag est une évolution bien accueillie de notre collaboration qui contribue directement à nos intérêts communs pour l’espace.»

«Les forces de la coalition avaient un point de vue différent qui a forcé tout le monde à penser d’une manière différente de la façon habituelle dont nous faisons les choses alors que nous intégrions le renseignement dans les trousses de l’espace par l’entremise de la planification de la mission», a dit le sergent technique Sean Johnson, sous-officier responsable des opérations de renseignement du 20th Space Control Squadron. «Pendant notre réflexion sur les différentes méthodes d’interventions, aucune idée n’a été écartée, ce qui montre le professionnalisme de chacun.»

«Être en mesure de participer au tout premier exercice Space Flag de la coalition est un privilège, a dit le capitaine d’aviation Gene Elliott, instructeur en chef du 460th Operations Support Squadron de la Royal Australian Air Force. C’est une superbe occasion de présenter nos points de vue et nos talents lors d’un combat, malgré le fait que l’Australie soit relativement nouvelle au combat dans le domaine de l’espace.»

Les représentants supérieurs de l’espace sont d’accord que l’exercice Space Flag 19-3, qui s’est déroulé en août 2019, était un élément essentiel pour normaliser les occasions d’instruction de la coalition destinées aux officiers subalternes et intermédiaires ainsi qu’aux soldats.

«L’exercice Space Flag est une occasion fantastique où le Royaume-Uni a pu participer et élargir son rôle dans les futurs exercices, a dit le capitaine Steve Blockley, directeur des opérations nationales spatiales et de défense aérienne du Royal Air Force Group. Tout comme nous le faisons pour les opérateurs des domaines de l’air, de la terre et de la mer, cet exercice est une occasion pour nos opérateurs de l’espace de travailler avec nos Alliés et de créer des partenariats qui dureront tout au long de leur carrière.»

«L’exercice Space Flag est l’occasion parfaite pour renforcer le cadre spatial qui ne ressemble à rien que nous avons déjà fait avec nos Alliés», a dit le commodore de l’air Robert Denney, directeur général des opérations aériennes de la Royal Australian Air Force.

Le brigadier-général DeAnna Burt, de la United States Air Force, directrice des opérations et des communications du quartier général de l’AFSPC, a présenté le plan de l’exercice Space Flag afin d’augmenter la coopération avec les partenaires alliés dans le cadre de futurs exercices selon la grande initiative de l’AFSPC qui vise à inclure les partenaires étrangers dans des occasions d’instruction et de formation interarmées et de la coalition sur l’espace (p. ex., les Schriever Space Scholars, la Conférence sur les armes et la tactique de l’AFSPC, Space 300 et l’exercice Schriever Wargame).

«Tous les opérateurs ici comprennent ce que signifie le combat dans le domaine spatial, a dit le général Burt. Ils sont enthousiastes et motivés à entretenir les amitiés et les partenariats qu’ils ont développés dans le cadre de cet exercice, et nous devons continuer de développer ce type d’occasion pour la défense du domaine spatial.»

*Écrit par la capitaine Lauren Hill des Affaires publiques du United States Air Force Space Command, l’article est d’abord paru sur le site Web de Air Force Technology avant d’être republié sur celui de l’Aviation royale canadienne.