Canadiens détenus en Chine: Pékin remet les dossiers à des procureurs

Les deux Canadiens détenus en Chine, apparemment en représailles pour l'arrestation par les autorités canadiennes de la dirigeante du géant chinois des télécoms, Huawei: à gauche Michael Kovrig, à droite Michael Spavor. (Montage 45eNord.ca)
Temps de lecture estimé : < 1 minute

La Chine laisse entendre que les deux Canadiens détenus depuis un an subiront des procès pour des accusations liées à la sécurité nationale chinoise, rapporte aujourd’hui La Presse Canadienne.

La porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Hua Chunying, a déclaré à des journalistes mardi que les dossiers de Michael Kovrig et Michael Spavor ont été remis à des procureurs pour être évalués.

En Chine, de tels procès ont habituellement lieu derrière des portes closes et des verdicts de culpabilité de même que des condamnations sont presque assurés.

Il est possible que ces développements dans les dossiers des deux Canadiens soient une pression supplémentaire du régime chinois pour que le Canada libère Meng Wanzhou, une dirigeante de la multinationale chinoise Huawei, qui a été arrêtée à Vancouver le 1er décembre 2018 à la demande des autorités américaines qui veulent lui faire subir un procès. Depuis son arrestation, Mme Meng est assignée à résidence.

L’arrestation en Chine de Michael Kovrig et de Michael Spavor est survenue quelques jours après celle de Meng Wanzhou.

Jusqu’ici, rien n’a démontré que les deux Canadiens aient pu avoir accès aux services d’avocats, précise l’agence de presse canadienne.