Le Canada fournira 6 avions de chasse additionnels et une frégate à la demande de l’OTAN

0
97
Un CF-18 Hornet alors qu'il survolait Câmpia Turzii, en Roumanie, le 27 juin 2014 lors de l'opération REASSURANCE. (Archives/LS Alex Roy/service d'imagerie de la 3e Escadre)
Temps de lecture estimé : 3 minutes

Le premier ministre Justin Trudeau a annoncé aujourd’hui que le Canada augmente son engagement dans le cadre de l’initiative de préparation de l’OTAN en fournissant 6 avions de chasse additionnels et une frégate à la demande du secrétaire général.

Par conséquent, notre contribution totale s’élève maintenant à 12 appareils CF-18, une force opérationnelle expéditionnaire aérienne, un avion de patrouille maritime, trois frégates, un sous-marin, un bataillon d’infanterie mécanisée, un hôpital mobile et un peloton spécialisé en décontamination chimique, biologique, radiologique et nucléaire. Cette contribution est un autre témoignage de l’appui solide du Canada à l’égard de l’OTAN et de la sécurité collective de l’Alliance.

Le Canada dirige déjà le groupement tactique de la présence avancée renforcée de l’OTAN en Lettonie, la mission de l’OTAN en Irak pour la deuxième année d’affilée ainsi que le 2e Groupe maritime permanent de l’OTAN.

Le Canada contribue également à la sécurité transatlantique en soutenant la sécurité et la stabilité de l’Ukraine, principalement dans le cadre de l’opération UNIFIER.

Au terme du sommet, le premier ministre Trudeau s’est joint à ses alliés pour adhérer à la Déclaration de Londres, réaffirmant ainsi la solidarité, l’unité et la cohésion de l’Alliance.

Les 29 membres de l’OTAN ont adopté ce mercredi une déclaration commune affirmant leur «solidarité, unité et cohésion» et reconnu pour la première fois la montée en puissance de la Chine comme un «défi», lors d’un sommet du 70e anniversaire marqué toutefois par de sérieuses dissensions.

«Depuis 70 ans, l’OTAN joue un rôle fondamental dans la sécurité et la défense du Canada, et nous demeurons attachés à cette Alliance. Au cours des dernières années, le Canada a renforcé son engagement envers l’OTAN en assumant des rôles de leadership essentiels. Aujourd’hui, le Canada dirige des missions de l’OTAN en Lettonie et en Irak, en plus d’assumer le commandement des forces maritimes de l’OTAN dans la mer Méditerranée et la mer Noire et de faire avancer le programme Femmes, paix et sécurité. Le Canada continuera de faire sa juste part au sein de l’OTAN, alors que nous travaillons ensemble pour assurer la sécurité des Canadiens et bâtir un monde plus pacifique et plus stable.», a déclaré le premier ministre canadien.

«Nous sommes 29 pays différents des deux côtés de l’Atlantique. Bien sûr qu’il y a des différences. Le contraire serait très étrange. Mais la force de l’OTAN est que nous avons toujours été capables de surmonter ces différences. Nous prouvons aujourd’hui que l’OTAN fait des progrès sur le fond et que nous continuons à nous adapter et à réagir», a déclaré pour sa part le secrétaire général.

Publié à l’issue d’une session de travail de trois heures dans un golf à Watford, en banlieue de Londres, le texte de la déclaration finale relève la «menace» que représentent «les actions agressives» de la Russie.

Mais, si les Alliés dénoncent une nouvelle fois «les actions agressives de la Russie», mais se disent «ouverts au dialogue, et à la perspective d’établir une relation constructive avec la Russie lorsque les actions de cette dernière le permettront».

Les Alliés ont aussi décidé lors de leur sommet de déclarer l’espace « zone d’opérations de l’OTAN » et pour la première fois se sont dits «conscients que l’influence croissante et les politiques internationales de la Chine présentent à la fois des opportunités et des défis, auxquels nous devons répondre ensemble, en tant qu’Alliance».

L’Alliance a par ailleurs reconnu la nécessité de poursuivre les efforts de maîtrise des armements nucléaires avec la conclusion de nouveaux traités incluant la Russie et la Chine. Mais «aussi longtemps qu’il y aura des armes nucléaires, l’OTAN restera une alliance nucléaire», avertit la déclaration de Londres.

En marge du sommet, le premier ministre Trudeau a aussi tenu des rencontres bilatérales avec le président Trump des États-Unis, le président Levits de la Lettonie, le premier ministre Rutte des Pays-Bas, la première ministre Solberg de la Norvège et le premier ministre Sánchez de l’Espagne.

Pendant son séjour à Londres, le premier ministre a également participé à une discussion informelle avec le premier ministre Mark Rutte des Pays-Bas pendant l’événement NATO «Engages afin de discuter de l’avenir et de l’importance de l’Alliance.»

Il a aussi assisté à une réception donnée par Sa Majesté la reine Elizabeth II, suivie d’un dîner offert par le premier ministre du Royaume-Uni et de l’Irlande du Nord, Boris Johnson. Il a également eu une audience privée avec Sa Majesté au palais de Buckingham et a rencontré Son Altesse Royale, le prince de Galles.

Le prochain sommet de l’OTAN sera organisé en 2021.