Premier anniversaire du Groupe de transition des Forces armées canadiennes [PHOTOS/VIDÉO]

Temps de lecture estimé : 2 minutes

Le Groupe de transition des Forces armées canadiennes (GT FAC) a fêté sa première année d’existence par un rassemblement à Ottawa et avec… un bon gâteau !

Mis sur pied le 10 décembre 2018, le GT FAC est une nouvelle formation des Forces armées canadiennes (FAC) ayant pour mission d’offrir des services de soutien aux blessés et de transition personnalisés, professionnels et normalisés aux membres des FAC et à leurs familles, tout en continuant d’accorder une attention particulière aux militaires malades et blessés, ainsi qu’à leurs familles et aux familles des personnes décédées.

Au cours de la première année, en collaboration avec ses partenaires clés, le GT FAC a amélioré les services et le soutien offerts. Le GT FAC a également lancé des formations, des outils et des services visant à mieux informer et préparer les membres des FAC et leurs familles et à leur donner les moyens de réussir leur transition au sein des Forces ou vers la vie civile au moment venu.

«L’objectif est que nos membres et leurs familles commencent à penser à la transition beaucoup plus tôt durant leur carrière, qu’ils soient mieux informés et éduqués pour faire face à cette importante décision, et qu’ils disposent d’un plan bien en place avant de quitter les FAC», a expliqué en entrevue pour 45eNord.ca, le commandant du GT FAC, le brigadier-général Mark Misener.

Le Groupe de transition est un excellent exemple de la collaboration entre les Forces armées canadiennes et Anciens Combattants Canada.

«On travaille ensemble depuis longtemps, mais c’est vrai qu’on a toujours l’occasion de faire une meilleure intégration ensemble pour s’assurer que les membres des Forces armées canadiennes qui passent par le processus de transition sont bien appuyés, u’ils connaissent mieux leurs options, qu’ils sont bien supportés et appuyés par les programmes et services en place et qu’on travaille de près pour que tout le monde comprenne qu’est qui est en place», a affirmé pour sa part le sous-ministre adjoint aux politiques stratégiques et commémorations d’Anciens combattants Canada, Steven Harris.

Un des enjeux clés de la réussite du groupe est justement la communication.

«On fait des progrès», estime Mark Misener, mais «on n’est pas encore rendu à notre état final. Mais c’est ce qu’on essaye de faire: éduquer le monde pour qu’avant qu’ils prennent une décision pour sortir, ils comprennent mieux les bénéfices, les choses à considérer avec la famille, comme ou est-ce qu’on veut vivre, combien d’argent on veut faire, si on a du support social, si on est sait ce qu’on veut faire après».

Un projet-pilote pour un nouveau processus de transition est d’ailleurs en cours à la Base des Forces canadiennes Borden, et les premiers résultats indiquent que beaucoup des membres qui souhaitaient quitter les Forces ont en fait pu profiter de plus d’appuis dans des recherches de solutions alternatives et ont donc décidé de rester !

Que cela soit au sein des neufs unités régionales de transition ou des 32 centres de transition, l’organisation est prête pour recevoir, orienter et éduquer les membres des Forces armées canadiennes et leurs familles pour recevoir tout l’appui dont ils ont besoin, parce que ce qui fait la force des Forces… c’est ses membres !