Irak: tir de roquettes près d’une base abritant des troupes américaines

Un soldat américain sur la base Taji, au nord de Bagdad, en Irak. [AFP]
Temps de lecture estimé : < 1 minute

Des roquettes sont tombées mardi près d’une base abritant des troupes américaines en Irak, au nord de Bagdad, a indiqué l’armée irakienne, près d’une semaine après qu’une base irakienne a été prise pour cible par Téhéran.

L’armée irakienne n’a pas indiqué combien de roquettes Katioucha avaient été tirées sur la base de Taji mais a précisé dans un communiqué qu’il n’y avait pas eu de victimes.

Pour leur part, les médias arabes rapportent que la base d’Al-Taji a été soumise à d’intenses bombardements.

Deux Irakiens ont été blessés dans l’attaque, ont indiqué des sources médicale et policières à l’AFP.

Depuis fin octobre, des dizaines de roquettes ont été tirées sur des bases irakiennes abritant des soldats américains, tuant le 27 décembre un sous-traitant américain. Les États-Unis ont accusé des factions armées irakiennes pro-Iran d’être à l’origine de ces tirs.

En représailles, les États-Unis ont bombardé le 29 décembre des bases irakiennes à la frontière syrienne, tuant 25 combattants du Hachd al-Chaabi, une coalition de paramilitaires pro-Iran intégrée aux troupes irakiennes.

L’escalade a ensuite atteint un niveau inédit, avec une attaque de drone sur ordre du président américain Donald Trump, qui a tué le général iranien Qassem Soleimani et le numéro deux du Hachd, Abou Mehdi al-Mouhandis, aux portes de l’aéroport de Bagdad le 3 janvier.

L’Iran a riposté le 8 janvier en tirant 22 missiles balistiques sur deux bases en Irak qui abritent des troupes américaines, sans faire de victimes.

Depuis, les tirs de roquettes contre les intérêts américains — dont l’ambassade dans la Zone verte de Bagdad — ont repris quasi quotidiennement, alors que le Parlement irakien a voté le départ des troupes étrangères du pays.

*Avec AFP