L’Iran admet finalement avoir abattu l’avion ukrainien

Les équipes de secours le 8 Janvier 2020 sur le site du crash d'un avion de ligne ukrainien à Téhéran après son décollage. [AFP]
Temps de lecture estimé : 3 minutes

Après avoir pendant plusieurs jours exclu catégoriquement la thèse du missile, l’Iran a finalement admis avoir abattu de façon «non-intentionnelle» l’avion ukrainien, rapporte l’agence semi-officielle iranienne Fars.

Le quartier général des forces armées iranienne affirme que le crash du Boeing 737 d’Ukraine International Airlines mercredi à Téhéran, qui a fait 176 morts, est due à une une erreur humaine.

L’état-major des Forces armées iraniennes, tout en exprimant ses condoléances aux familles en deuil et en s’excusant de l’erreur humaine, assure qu’elle veillera à ce que «des corrections fondamentales des processus opérationnels ne permettent pas la répétition de ces erreurs et saisit immédiatement l’Organisation judiciaire des forces armées.», ce qui signifie que les responsables du tir de missile sur l’avion ukrainien seront traduits en justice.

Le communiqué militaire explique que l’avion a été pris par erreur pour une «cible hostile» après que l’appareil eut tourné en direction d’un «centre militaire sensible» des Gardiens de la révolution. L’armée était alors à son «plus haut niveau de préparation», au cœur des tensions accrues avec les États-Unis, soulignent les Forces armées iraniennes.

C’est ainsi que, «Dans de telles condition, en raison d’une erreur humaine et de manière non intentionnelle, le vol a été touché», indique le communiqué du quartier général.

«Une triste journée.», a écrit sur son compte Twitter le chef de la diplomatie iranienne, Mohammad Javad Zarif, après la publications des conclusions préliminaires de l’enquête interne menée par les forces armées, affirmant que «L’erreur humaine à un moment de crise causée par l’aventurisme américain a conduit à la catastrophe» et offrant ses «profonds regrets, excuses et condoléances [au peuple iranien], aux familles de toutes les victimes et aux autres pays touchés.»

Le président iranien Hassan Rohani a déploré pour sa part que «Dans une atmosphère d’intimidation par le régime de l’envahisseur américain, l’erreur humaine et des tirs erronés ont conduit à cette grande tragédie / Les auteurs de cette erreur impardonnable sont poursuivis / Je présente mes condoléances aux familles des victimes de cette tragédie.»

L’Iran avait jusqu’ici rejeté l’allégation du Canada, de la Grande-Bretagne et des États-Unis voulant que l’écrasement de l’avion du transporteur Ukrainian Airlines mercredi dernier en Iran ait été causé par un missile iranien.

Affirmant au début de l’affaire qu’il lui faudrait jusqu’à un mois pour examiner le contenu des boîtes noires et que le résultat de l’enquête ne serait peut-être pas connu avant un an, l’Iran, qui faisait face à d’énormes pressions pour qu’elle fournisse des réponses à la communauté internationale, et tout particulièrement aux pays dont des ressortissants ont péri dans ce tragique événement, avait finalement indiqué vendredi soir que «la cause de l’écrasement de l’avion ukrainien sera annoncée» samedi après une réunion de la commission d’enquête «en présence des parties (iraniennes) et étrangères».

Au dernier bilan (révisé), 57 ressortissants canadiens ont péri dans l’écrasement du Boeing ukrainien.

Lire aussi: Vol PS752 pris pour un «missile de croisière»: «10 secondes pour décider» >>