Discussions avec les talibans: l’envoyé spécial américain de retour à Kaboul

Le président afghan Ashraf Ghani (c) et le représentant spécial des États-Unis pour la réconciliation en Afghanistan Zalmay Khalilzad (g), lors d'une rencontre au palais présidentiel à Kaboul, le 27 janvier . (Archives/AFP)
Temps de lecture estimé : < 1 minute

L’émissaire des États-Unis chargé des négociations avec les talibans Zalmay Khalilzad doit rencontrer samedi le président afghan Ashraf Ghani, selon un porte-parole du dirigeant afghan.

Les détails sur cette rencontre, qui devrait se tenir dans l’après-midi, n’ont pas été précisés, et l’ambassade américaine à Kaboul n’a pas fait de commentaires sur l’arrivée de l’émissaire dans la capitale afghane, qui intervient au lendemain d’un déplacement au Pakistan où il a rencontré plusieurs responsables de haut niveau parmi lesquels le puissant général Qamar Javed Bajwa.

Au cours de l’année écoulée, Islamabad a joué le rôle d’intermédiaire en vue d’un accord entre les Etats-Unis et les talibans, qui verrait Washington se retirer d’Afghanistan en échange de garanties sécuritaires fournies par les insurgés. Ces dernières semaines toutefois, Washington est resté muet sur le statut exact de ces négociations.

Zalmay Khalilzad « a salué les efforts du Pakistan pour soutenir la baisse de la violence qui ouvrira la voie à un accord entre les Etats-Unis et les talibans, des négociations inter-afghanes et un cessez-le-feu permanent pour arriver à une paix durable », selon un communiqué diffusé par des responsables américains au Pakistan.

Les États-Unis et les talibans semblaient proches d’aboutir à un tel accord début septembre, mais le président Donald Trump avait rompu les négociations après un énième attentat dans Kaboul, revendiqué par les insurgés, qui avait fait douze morts dont un soldat américain.

Les discussions ont repris le 7 décembre dans un contexte de réduction de la violence dans la capitale. Après une nouvelle brève pause à la suite d’une attaque des talibans, cette fois contre la base aérienne de Bagram, au nord de Kaboul, les pourparlers semblaient avoir repris à Doha, où les deux parties se sont déjà rencontrées à de multiples reprises depuis un an.