ICEMAN 2020 réunit plus d’un millier de participants à Valcartier

ICEMAN 2020, BFC Valcartier. Jour 1, départ du Volet relais-équipe. [Sergent Sébastien Fréchette/Affaires publiques 5 GBMC]
Temps de lecture estimé : 5 minutes

Un peu plus d’un millier de participants ont mis à l’épreuve leur endurance physique et mentale lors du défi «ICEMAN» qui s’est déroulé les 25, 26 et 27 février 2020 sur la Base Valcartier, près de Québec.

Cette compétition, qui en était à sa 5e édition, vise à promouvoir la cohésion et à encourager l’esprit compétitif chez les concurrents.

Les épreuves étaient le 5,9 km de marche avec charge de 27 lb sur le dos, le 5,2 km de raquette en montagne, 8,7 km de ski de fond militaire et le 7 km de course et de tir avec arme.

Le défi ICEMAN a été créé en 2016 avec l’intention de rivaliser avec ce qui se fait de mieux chez les militaires de l’Ontario et de l’Alberta, soit les défis IRON WARRIOR et MOUNTAIN MAN.

En plus des militaires de Valcartier, cette compétition rassemblait des membres d’organisations connexes comme le Collège militaire royal de Saint-Jean.

Un défi qui contribue à l’état de préparation opérationnelle

L’état de préparation opérationnelle commence avec un personnel militaire en bonne santé et en bonne forme physique et mentale.

En combinant de bonnes habitudes alimentaires à un programme d’activité physique, les membres des Forces armées canadiennes peuvent améliorer leur rendement, stabiliser leur poids et jouir d’une meilleure santé tout au long de leur vie.

Les conseils du personnel de support d’entraînement sur la manière de s’alimenter avant la compétition ont également été d’une grande utilité pour permettre aux participants d’offrir une performance optimale lors du défi ICEMAN.

De la même manière qu’il doit accomplir une mission, le compétiteur ICEMAN doit démontrer une grande volonté de gagner et de vaincre, en tout respect des règles qui lui sont imposées. Et comme chaque soldat est différent. Il faut d’abord savoir reconnaître puis exploiter les forces et les faiblesses de chaque individu pour en arriver à former une équipe cohésive et performante.

Une épreuve en phase avec l’importance des manœuvres en territoire nordique

ICEMAN est une compétition bien phase avec l’importance des manœuvres militaires en territoire nordique, a souligné à 45eNord.ca l’organisateur de cette 5e édition du défi ICEMAN, le major Michael Desaulniers-Guitard, du 1er Bataillon, Royal 22e Régiment.

Alors qu’il servait dans l’Ouest canadien, le major a participé à deux MOUNTAIN MAN, en 2016 et 2017. Le MOUNTAIN MAN se fait sur une seule journée, avec beaucoup moins de participants comparé au ICEMAN, et, bien que la compétition albertaine soit un peu plus longue au point de vue distance, elle n’offre pas cette variété d’épreuves plus techniques qu’on retrouve à Valcartier et qui reflète beaucoup mieux selon le major les habilités d’un soldat canadien qui se déplace avec son arme pendant toute l’épreuve (le tir avec l’arme, les déplacements en raquette, le ski de fond, etc.).

Le ski et la raquette sont les principaux moyens de déplacement des troupes hors des sentiers battus en hiver. Il s’agit de techniques que doivent maîtriser tous les soldats afin d’être prêts à opérer dans un climat nordique. Il importe donc qu’ils soient en mesure de bouger rapidement en utilisant les skis et les raquettes qui leur sont fournis par le système d’approvisionnement des Forces armées canadiennes.

Autre différence, l’environnement est typiquement nordique et beaucoup plus difficile dans le cas d’ICEMAN, qui se déroule en février, que de MOUNTAIN MAN, qui a lieu début septembre.

Ainsi, tout en conservant en essence la tradition des Jeux d’hiver du 5 GBMC, la Brigade met en place l’occasion pour les soldats de se dépasser encore plus autant physiquement que psychologiquement, mais dans des épreuves qui contribuent de façon beaucoup plus évidente à leur état de préparation opérationnelle.

On ne se cachera pas que le soldat canadien aura dans sa vie beaucoup plus à se déplacer en territoire nordique en ski ou en raquette qu’à faire du portage de canot (une des épreuves de la compétition albertaine).

ICEMAN 2020: l’affaire de toute la communauté à la BFC Valcartier

Un événement de cette ampleur demande l’appui et la participation de toute la communauté,a également souligné à 45eNord.ca le major Michael Desaulniers-Guitard, qui a commencé à travailler à l’organisation d’ICEMAN dès septembre, rencontrant à plusieurs reprises le colonel commandant de brigade ainsi que les institutions de support de la base. pour déterminer l’ampleur de l’événement, la durée de la compétition, le nombre de participants, et de catégories d’épreuves, etc.

«Il faut une équipe très organisée et du personnel dans les bonnes positions avec un bon sens de l’initiative et de bonnes lignes directrices pour les envoyer faire la coordination avec toutes les organisations extérieures et de regrouper chaque aspect de la base. Pour réaliser la compétition, j’ai besoin du support du bataillon de service, du personnel de support d’entraînement de la base, le PSP, le support de Canex et des commanditaires de la communauté locale, Il faut énormément de ressources, juste en personnel, la tâche a pris 237 personnes juste pour supporter la compétition», explique le major Desaulniers-Guitard. «C’est un grand effort de plusieurs centaines de personnes, presque 6 mois de planification et l’effort d’un millier de personnes pendant la semaine de compétition».

Record de participation

Le ICEMAN 2020 aura aussi, avec près de 1 022 participants, battu les records de participation pour cet événement avec des participants de toute la communauté militaire au Québec, des militaires du 5 GBMC, bien sûr, mais aussi de la Garnison Montréal, du Quartier général de la 2e Division et du Groupe de soutien, d’Ottawa et près du vingtaine d’élèves officiers du Collège militaire royal Saint-Jean.

Le major Desaulniers-Guitard, satisfait et fier de cette 5e édition d’ICEMAN, n’aura qu’un seul regret. Alors que l,an passé, il y avait eu quelques Italiens, quelques Français, cette année, nos alliés de l’OTAN brillaient par leur absence pour, vous l’aurez deviné, des questions de budgets.

«Une chose que j’aurais aimé faire, nous confie le major, c’est d’avoir plus d’invités de nos partenaires de l’OTAN . Pour plusieurs raisons cette année, on n’avait pas l’opportunité, ni les ressources alloués pour être capables d’inviter plus de partenaires de l’étranger. On a eu un officier américain qui a pu se présenter vu qu’il était en échange avec Ottawa», d’expliquer l’organisateur de cette 5ème édition.

Mais l’édition 2021 sera encore plus grande que celle de cette année et, cette fois, de confier le major Desaulniers-Guitard, la communauté militaire du Québec compte bien inviter les membres de la communauté militaire ailleurs au Canada et, si possible, nos partenaires de l’OTAN.

Résultats 2020

Les résultats finaux sont maintenant disponibles sur la page Facebook du 5 GBC. Voici également quelques résultats du ICEMAN 2020 qui pourraient vous intéresser. Félicitations à tous.

homme 50 ans et +15 Amb CMat1Labrèche02:56:42
2QGETAdjOuellet03:27:08
32 R22eRCplLacroix03:37:19
Femmes 35-49 ans15 BNSSdtBelair03:08:21
21 R22eRCplBonneau03:51:10
35 Amb CCplSéguin-Mandeville03:53:56
Homme 35-49 ans15 BNSSgtLarose02:46:19
25 RALCCplTrudel02:48:48
33 R22eRCplMorin03:05:37
Femme 34 ans et moins13 R22eRLtThivierge03:33:36
25 RALCCplFerragne03:35:01
3CMR St-JeanÉlofLarochelle03:55:13
Hommes 34 ans et moins15 RALCCplMorin-Boucher02:33:25
21 R22eRCaptHenning02:44:08
35 RALCCplLegault-Coulombe02:50:31
Relais tous grade
 (équipes de commandement des unités,  4 personnes)
15 RALCAdjumGagné02:53:12
CplHoude
CaptRoberge
MajPrymack
Relais
(équipes de 4 personnes)
13 R22eRSdt Champagne02:43:06
CplSimard
CplGosselin
CaptLizée
22 R22eRCplCharland-Allard02:47:03
AdjHamelin
CplDemontigny
sdt FBéchard
32 R22eRCplTotaro02:48:42
SltBoudreau-Carrier
CplDionne
MajPaquet
Relais Feminin
(équipes de 4 femmes seulement)
15 Amb CCplSéguin-Mandeville03:33:49
LtLandry
CplcRathel
SgtLavoie
Équipes d’unités
(1 x équipe de 8 membres qui doivent faire tout le parcours ensemble et ne pas se séparer)
15 RGC
22 R22eR
35 BNS
Suprémacie
 (sur 100 points)
12 R22eR88/100
23 R22eR82/100
35e RGC81/100
45 BNS76/100
51 R22eR62/100
612 RBC62/100
75 RALC52/100
8QGET23/100
95 Amb C4/100

*Avec l’aide précieuse de M. Alex Maillé du Bureau des affaires publiques du 5e Groupe-brigade mécanisé du Canada et du Major Michael Desaulniers-Guitard, CD, Cmdt cie C, 1er Bataillon Royal 22e Régiment.