Renouvellement de la flotte canadienne d’avions de chasse: encore un nouveau retard

Un CF-18 Hornet, en Norvège, durant Trident Juncture, le 26 octobre 2018 (Caporal Bryan Carter, 4 Wing Imaging)
Temps de lecture estimé : 3 minutes

Le remplacement de la flotte canadienne de CF-18 subira encore un nouveau retard, apprenait-on aujourd’hui.

À la demande de l’industrie, la date limite du 30 mars pour la présentation des propositions préliminaires pour le Projet de capacité future en matière d’avions chasseurs a été prolongée, a annoncé ce matin Services publics et Approvisionnement Canada.

Les fournisseurs admissibles ont désormais jusqu’au 30 juin 2020 pour remplir et soumettre leurs propositions. 

Le Canada compte acheter 88 nouveaux avions de chasse à un coût estimé à 19 milliards, pour remplacer les CF-18 âgés de près de 40 ans. Trois avions sont actuellement en lice pour les remplacer : le F-35 de Lockheed Martin, le Super Hornet de Boeing et le Gripen de Saab.

Il y a deux ans, le Canada avait dû annoncer qu’il investira plus d’un milliard de dollars pour garder les CF-18 en vol jusqu’en 2032.

«La prolongation cadre avec notre engagement à mener une concurrence ouverte, équitable et transparente. Les marchés publics d’une telle ampleur sont complexes, et la présentation d’une bonne proposition est importante pour les fournisseurs et pour le Canada.», explique Ottawa, qui fait valoir que cette démarche permet aux fournisseurs admissibles de tenir compte des commentaires relatifs à leurs propositions de sécurité reçus récemment, et permet « que le Canada reçoive des propositions concurrentielles qui répondent à ses exigences techniques ainsi qu’aux exigences en matière de coûts et de retombées économiques».

«Le calendrier établi par le gouvernement pour la mise en œuvre de ce marché très complexe et de grande valeur est ambitieux, et bien que nous comprenions l’importance de ce marché pour nos femmes et nos hommes en uniforme, nous nous efforçons de faire progresser le processus le plus rapidement possible, tout en nous assurant que tous les soumissionnaires disposent du temps nécessaire pour présenter leur meilleure proposition. », explique la Ministre des Services publics et de l’Approvisionnement, Anita Anand.

«Notre gouvernement prend les décisions nécessaires pour veiller à ce que l’Aviation royale canadienne et le Canada obtiennent les meilleurs appareils. Cette prolongation permettra aux fournisseurs admissibles de faire leurs meilleures offres possibles, afin qu’on soit en mesure d’offrir à nos membres l’équipement dont ils ont besoin à un coût juste pour les Canadiens.», déclare pour sa part le ministre de la Défense, Harjit Sajjan.

Faits en bref

  • Il s’agit de l’investissement le plus important dans l’Aviation royale canadienne depuis plus de 30 ans. Il est essentiel à la protection de la sécurité de la population canadienne et au respect des obligations internationales.
  • Les responsables ont mené de nombreuses consultations auprès des secteurs de l’aérospatiale et de la défense pour veiller à ce que ces industries soient bien placées pour participer au processus d’approvisionnement.
  • Le Canada utilise un processus de conformité des soumissions par étapes, qui constitue une mesure supplémentaire pour s’assurer que les soumissionnaires ont la possibilité de corriger les éléments non conformes par rapport aux critères obligatoires qui ont été relevés dans leurs propositions. Après l’évaluation des propositions préliminaires, une phase de dialogue peut être menée avec un ou plusieurs soumissionnaires conformes afin de réduire le risque qu’une proposition soit éliminée en raison d’une erreur ou d’une omission.
  • Les propositions seront évaluées rigoureusement en fonction de la capacité (60 %), des coûts (20 %) et des retombées économiques (20 %).
  • Toutes les propositions seront évaluées à l’aide des mêmes critères d’évaluation.
  • La Politique du Canada en matière de retombées industrielles et technologiques, ainsi que la proposition de valeur, s’applique à ce marché. Cela devrait générer, pendant des décennies, des emplois de grande valeur et une bonne croissance économique pour les entreprises canadiennes de l’aérospatiale et de la défense.
  • (Source: Services publics et Approvisionnement Canada )