Covid 19: les directives aux Forces armées, l’affaire de chacun des commandements

Temps de lecture estimé : 8 minutes

Depuis sa lettre du 13 mars, où il en brossaient les grandes lignes, le chef d’état-major de la défense a transmis des directives via la chaîne de commandement visant à préserver l’intégrité de la force et à s’assurer que les militaires des Forces armées canadiennes ne participent pas à la propagation de la COVID-19 qui vont varier d’un commandement à l’autre.

À l’heure actuelle, les Forces armées canadiennes poursuivent leurs activités essentielles, incluant les opérations nationales et internationales, et toutes les activités menées en soutien direct à ces opérations.

Quant aux mesures, elles peuvent – et vont d’ailleurs – varier d’un endroit à l’autre, étant donné que toutes les organisations/commandements et leur chaîne de commandement respective sont responsables de déterminer quelles sont ces fonctions essentielles dans leurs propres zones de responsabilités, explique à 45eNord.ca Daniel Le Bouthillier, porte-parole de la Défense nationale

Ainsi, les activités essentielles identifiées et la mise en œuvre des directives à la Base des Forces canadiennes Valcartier seront très différentes de celles de la Base des Forces canadiennes Bagotville ou de l’École de leadership et de recrues des Forces canadiennes (ELRFC) de Saint-Jean.

Étant une force militaire exécutant la gamme complète des opérations en fonction de capacités et d’exigences très variées, il y aura des différences dans la mise en œuvre des mesures. «L’exercice d’un leadership militaire solide doit laisser place à une certaine souplesse opérationnelle.»     

Plus encore, même si les directives entrent en vigueur immédiatement, il faut d’abord en planifier la logistique.

C’est pourquoi «Nous encourageons les employés civils et militaires à discuter avec leur superviseur ou leur chaîne de commandement s’ils ont des inquiétudes ou des questions.», explique également le porte-parole de la Défense.

Les directives en question

Le général Jonathan Vance, chef d’état-major de la Défense. (Archives/Nicolas Laffont/45eNord.ca)

Pour des raisons de sécurité opérationnelle, les Forces armées canadiennes ne dévoileront pas, bien sûr, les détails des mesures de protection de la force afin d’assurer la sécurité continue des membres des Forces armées canadiennes ici et ailleurs, détails qui, comme nous l’avons dit, peuvent et vont varier d’un endroit à l’autre, mais voici, pour l’information de nos lecteurs et à titre indicatif, le détail des directives transmises par le CEMD aux organisations et commandements des Forces armées canadiennes tel que nous l’a communiqué la Défense nationale à Ottawa.

Directives

1.         Activation de la planification de la continuité des activités

La majorité des membres du personnel des FAC devront donc travailler à partir de la maison, tout en continuant à assurer les fonctions militaires essentielles. Les employés civils de l’Équipe de la Défense adopteront la même posture afin de continuer à soutenir et à maintenir l’état de préparation opérationnelle et les services de santé essentiels pour les FAC.

Seules les activités essentielles de base se poursuivront pour le moment, notamment les opérations au pays et à l’étranger, et tout ce qui soutient directement ces fonctions. Chaque organisation a la responsabilité d’identifier ces fonctions essentielles au sein de ses équipes.

Seuls les employés du MDN dont la présence physique est requise pour effectuer des tâches critiques peuvent se trouver dans les locaux du MDN. Tous les autres employés ont été invités à rester chez eux, et sont encouragés à assister à toute réunion obligatoire par téléconférence.

2.         Voyages

À compter de maintenant, les membres des FAC basés au Canada ne sont pas autorisés à effectuer un voyage à l’extérieur du pays, qu’il s’agisse d’un voyage professionnel ou d’affaires, durant la période initiale.

Pourraient faire exception à la règle les voyages visant la réalisation d’activités essentielles et ceux effectués pour des raisons d’ordre humanitaire; les situations seront toutefois examinées et approuvées par la chaîne de commandement au cas par cas. Le personnel des FAC en affectation à l’étranger doit continuer de respecter les restrictions régionales concernant les voyages.

Tous les voyages commerciaux, y compris le transport aérien, ferroviaire et d’autobus, au Canada pour un congé personnel ne sont pas autorisés jusqu’à nouvel ordre. Les militaires sont autorisés à voyager par voie terrestre dans un rayon de 250 kilomètres de leur lieu de travail ou de leur résidence principale. Les membres qui sont actuellement en congé dans une zone qui dépasse cette distance sont autorisés à continuer leur congé.

Tous les membres de la Force régulière et les réservistes de classe B et de classe C qui voyagent actuellement à l’extérieur de l’Amérique du Nord en service ou en congé personnel doivent tenter de retourner au Canada à leur lieu de travail principal dès que possible. Les membres du personnel actuellement en congé aux États-Unis doivent tenter de rentrer au Canada au plus tard le 22 mars 2020. Les réservistes de classe A sont encouragés à s’abstenir de voyager à l’extérieur du Canada.

Le personnel revenant de congé ou de fonctions à l’extérieur du Canada devra s’isoler pendant 14 jours, à l’exception du personnel navigant des FAC qui doit se rendre à l’étranger pour des raisons militaires.

Les Forces armées canadiennes (FAC) ont adopté une approche plus rigoureuse que les autres ministères fédéraux pour réglementer les déplacements de leurs militaires. En tant que force qui doit être prête à tout moment à mener des opérations militaires, au pays et à l’étranger, les FAC ont la responsabilité d’appliquer des mesures de protection de la santé de leur personnel et restreindront les déplacements lorsque cela est justifié.

En général, les déplacements sont limités pour les membres des FAC lorsque les risques sont élevés afin de les protéger, de préserver les capacités opérationnelles et l’état de préparation, et de veiller à ce qu’ils soient en mesure d’aider les autorités civiles et les Canadiens, au besoin.

Les FAC aideront les militaires et les employés en ce qui concerne leurs frais de déplacement, à la suite de l’annulation, de la modification ou du rappel d’un déplacement en congé, conformément à la nouvelle directive sur les voyages. Les membres des FAC qui ont engagé des dépenses non remboursables en raison de l’annulation ou de la modification d’un voyage, réservé avant la publication du message général des Forces canadiennes (CANFORGEN), ou du rappel d’un voyage en congé autorisé, peuvent présenter des demandes d’indemnisation conformément aux politiques en vigueur.

Pour les employés civils de l’Équipe de la Défense, tous les voyages d’affaires sont suspendus et tout membre du personnel rentré à la suite d’un congé ou d’un voyage à l’extérieur du Canada doit s’isoler pendant 14 jours, selon les directives des responsables de la santé publique. 

3.         Événements et visites

L’une des façons dont nous pouvons prévenir la propagation du virus, c’est en limitant la participation aux rassemblements de masse.

Par conséquent, tous les rassemblements de masse et les activités courantes qui mettent les gens en contact étroit avec d’autres personnes pour des raisons volontaires ou professionnelles, à l’exception des activités et des exercices essentiels axés sur la mise sur pied d’une force, seront suspendus. Ainsi, il est notamment interdit de tenir des cérémonies ou conférences, de réaliser des activités courantes d’unité et de pratiquer des sports d’équipe.

Conformément aux directives de nos professionnels de la santé qui ont fait savoir que les rassemblements de masse peuvent contribuer à la transmission d’agents pathogènes des voies respiratoires, il peut être recommandé d’annuler de grands événements sur le plan de la santé publique.

Il est également temporairement interdit aux membres des FAC d’assister à des conférences et à des événements publics ou de participer à leur organisation.

Pendant une période initiale de trois semaines, tout accès aux locaux du MDN et des FAC dans les unités, les bases et les quartiers généraux à tous les niveaux sera temporairement interdit aux visiteurs.  Cela inclut les délégations étrangères ainsi que le personnel et les partenaires des organisations externes. De plus, les employés contractuels et autres employés ne relevant pas du MDN et des FAC et qui travaillent dans les établissements des FAC ne seront pas autorisés à entrer dans le locaux des FAC s’ils présentent des symptômes. 

Récapitulatif des mesures prises depuis le 3 mars

Un message général des Forces canadiennes (CANFORGEN) concernant le COVID-19 a été publié le 3 mars. Le but de ce CANFORGEN est d’émettre des directives supplémentaires relatives aux politiques de voyage, aux engagements et aux activités de défense, et aux mesures de santé préventives pour mieux protéger les FAC contre le COVID-19.

Le 13 mars dernier, le chef d’état‑major de la Défense et la sous-ministre ont publié une autre directive concernant la mise en œuvre des mesures visant à préserver la force et à s’assurer que le personnel des FAC et du MDN ne contribue pas à la propagation de la COVID-19 au Canada.

Cette directive est en vigueur pour une période initiale de trois semaines.

Le chef d’état-major de la Défense (CEMD) a également ordonné l’activation de la phase 3 du CONPLAN LASER (alerte/préparation à une pandémie) pour s’assurer que les FAC mettent en œuvre des mesures visant à maintenir l’efficacité et la préparation opérationnelles, à préserver les services de santé essentiels pour les militaires et à maintenir un soutien réactif aux autorités civiles dans le cadre de la réponse du gouvernement du Canada.

La propagation de la COVID-19 dans le monde entier a des répercussions sur les opérations des Forces armées canadiennes (FAC) dans toutes les régions du monde où sont déployées les Forces armées canadiennes.

Les FAC reconnaissent que toutes ces mesures auront des répercussions, et dans certains cas, des répercussions importantes, sur les projets personnels, professionnels et familiaux. Il se peut que les projets familiaux soient touchés, les recrues verront la date du début de leur instruction retardée, et de nombreuses activités importantes individuelles et d’unités seront suspendues ou annulées. Toutefois, ces mesures nécessaires respectent entièrement les pratiques exemplaires recommandées par les autorités canadiennes de la santé et le médecin général des Forces armées canadiennes. 

Car, souligne le porte-parole de la Défense, faisant écho aux paroles du général Vance, «Les FAC n’entrevoient pas de plus grande menace pour nous ou pour la population canadienne que celle décrite par les autorités sanitaires. Ainsi, les FAC doivent adopter les pratiques exemplaires par obligation de préserver l’état de préparation opérationnelle.»

Les précautions élémentaires

Les Forces armées canadiennes prennent très au sérieux la santé et le bien-être de leurs militaires. «Nous prenons des mesures de précaution pour éviter toute maladie ou exposition supplémentaire des membres des FAC au nouveau coronavirus (COVID-19).», souligne encore Dan Le Bouthillier.

Les Forces armées canadiennes collaborent ainsi avec d’autres ministères fédéraux afin de maintenir une bonne connaissance de la situation du nouveau coronavirus au Canada et de synchroniser les actions interministérielles sous la direction de Santé Canada et de l’Agence de la santé publique du Canada (ASPC). «Nous continuerons à travailler en étroite collaboration avec nos partenaires gouvernementaux pour surveiller la propagation de COVID-19, nous y préparer et y réagir, et modifier notre position en fonction de la situation et des nouvelles recommandations de l’ASPC.», explique le porte-parole de la Défense.

Les Forces armées canadiennes, en étroite collaboration avec leurs partenaires gouvernementaux, surveillent la propagation du COVID-19, s’y préparent, y réagissent et modifient leur position en fonction de la propagation de ce virus. «Nous nous alignons sur l’approche du gouvernement du Canada et passons des efforts de confinement, comme le retour assisté et les opérations de quarantaine, à des mesures visant à retarder davantage et à atténuer les répercussions d’une éventuelle transmission généralisée du nouveau coronavirus (COVID‑19).», indique le M. Le Bouthillier.

Les Forces armées canadiennes continuent ainsi à partager les renseignements sur les mesures de santé préventives avec les employés civils ainsi qu’avec les militaires, qui continuent à être mises à jour au fur et à mesure de l’évolution de la situation. Ces renseignements comprennent, entre autres, les mesures suivantes :

·        se laver les mains avec du savon et de l’eau chaude courante pendant 20 secondes ;

·        utiliser un désinfectant pour les mains à base d’alcool si l’on ne dispose pas d’eau et de savon ;

·        respecter l’étiquette appropriée lorsque vous toussez et éternuez ;

·        faire preuve de prudence lorsque vous passez du temps dans une grande foule ;

·        ne pas aller au travail lorsque vous êtes malade ;

·        consulter un médecin en cas de symptômes grippaux ;

·        suivre les procédures appropriées lorsqu’il s’agit d’obtenir des soins médicaux, par exemple porter un masque et informer les responsables des soins de santé de tout voyage antérieur.

Une force veillant à la sécurité de ses membres et toujours prête,

Une force veillant à la sécurité de ses membres et toujours prête ! «En tant que force qui doit être prête à tout moment à mener des opérations militaires, au pays et à l’étranger, le ministère de la Défense nationale et les Forces armées canadiennes ont la responsabilité d’appliquer des mesures de protection de la santé de leur personnel, afin de maintenir l’efficacité opérationnelle et de préserver leur capacité de mener les missions à l’appui du gouvernement du Canada.», conclut Dan Le Bouthillier, en rappelant que «Les Forces armées canadiennes sont déterminées à assurer la sécurité et le bien-être de leur personnel partout au Canada. C’est pourquoi nous évaluons constamment l’environnement de sécurité en évolution et nous adaptons continuellement notre état de protection des forces en conséquence.»