COVID-19: op UNIFIER réduit la voilure de 70 pour-cent

Un instructeur des Forces armées canadiennes explique aux membres des forces ukrainiennes les procédures de sécurité à respecter lors de l’inspection d’explosifs et de munitions, au cours de l’instruction à l’école de lutte contre les engins explosifs improvisés au centre de déminage qui se trouve à Kamyanets Podilsky, dans le cadre de l’opération UNIFIER, en Ukraine, le 19 septembre 2015. (Caméra de Combat des Forces canadiennes)
Temps de lecture estimé : 2 minutes

En raison de la pandémie, un nombre réduit de membres des FAC seront déployés en Ukraine dans le cadre de la Roto 9 de l’Op UNIFIER, a finalement annoncé le Commandement des opérations interarmées du Canada (COIC).

«À la lumière de la pandémie actuelle de COVID‑19 et de la situation qui prévaut tant au pays qu’à l’étranger ainsi que de la suspension des activités non essentielles des opérations de déploiement des FAC, le nombre de membres du personnel quittant au début avril pour l’Op UNIFIER sera réduit.», indique le COIC.

Dans le cadre de l’opération UNIFIER, la mission des Forces armées canadiennes (FAC) visant à soutenir les Forces de sécurité de l’Ukraine en leur offrant de l’aide en matière d’instruction sur la force de sécurité, le Canada envoie normalement un groupe d’environ 200 membres des FAC en Ukraine chaque six mois.

Le contingent actuel est arrivé en Ukraine en octobre dernier et devait être remplacé par un nouveau groupe le mois prochain, mais, au lieu des quelque 200 membres des FAC prévus, ce sont plutôt environ 60 militaires qui remplaceront la rotation actuelle (Roto 8), à la fin de leur déploiement de six mois.

Ces membres assureront la continuité des activités essentielles à la mission avec nos pays alliés, partenaires et hôtes ainsi que des activités de coordination et de planification pour l’instruction et les exercices à venir.

La nécessité d’envoyer d’autres membres du personnel dans le théâtre sera par la suite réévaluée au fil de l’évolution de la situation.

Le chef d’état-major de la Défense, dans sa lettre du 13 mars, avait déjà statué que ceux et celles qui servent à l’extérieur du Canada, doivent rester en place, mais «adopter un régime et une posture de protection».

Jusqu’ici, aucun membre du personnel des Forces armées canadiennes en opération n’a été testé positif pour la COVID-19. Depuis plusieurs semaines maintenant, les Forces armées canadiennes ont mis en place des mesures préventives strictes sur l’ensemble de ses missions, basées sur les instructions diffusées par le Groupe des Services de santé des Forces canadiennes aux équipes déployées et sur les conseils des nations hôtes et partenaires.

Toutes les mesures seront prises pour assurer la santé et la sécurité des membres des FAC qui partent pour l’Ukraine, comme c’est actuellement le cas pour ceux qui prennent part à l’Op UNIFIER.

Ailleurs dans le monde, des opérations tout aussi importantes que UNIFIER ont été suspendues ou ont réduit la voilure.

En raison de l’urgence de la COVID-19 et de la situation sécuritaire en Irak, la Mission de l’OTAN en Irak dirigée par la major-général Jennie Carignan, est de nouveau suspendue et certains membres de la mission ont été redéployés.

Et l’opération IMPACT, la contribution canadienne à la coalition antidjiadiste, a elle aussi adopté une posture défensive alors que le commandement central des États-Unis a ordonné cette semaine l’arrêt des opérations de toutes les forces déployées dans sa zone de responsabilité, qu’il s’agisse des commandements américains, ou de la coalition dirigée par les États-Unis.

À lire aussi:

COVID-19: la France retire ses troupes d’Irak, le Pentagone gèle toutes ses opérations dans le monde >>

Répercussions de la COVID-19 sur les opérations des Forces canadiennes >>