Répercussions de la COVID-19 sur les opérations des Forces canadiennes

Le navire de défense côtière canadien de la classe Kingston NCSM Glace Bay. [Forces Maritimes de l'Atlantique/Marine royale canadienne]
Temps de lecture estimé : 3 minutes

Remis à jour le 24/03/2020

La propagation de la COVID-19 dans le monde entier a des répercussions sur les opérations des Forces armées canadiennes (FAC) dans toutes les régions.

Le chef d’état-major de la Défense, dans sa lettre du 13 mars, a déjà statué que ceux et celles qui servent à l’extérieur du Canada, doivent rester en place, mais «adopter un régime et une posture de protection».

Avec plus de 2 000 membres déployé(e)s dans une vingtaine de missions différentes, les Forces armées canadiennes prennent donc des mesures sans précédent pour protéger la santé et le bien-être de leurs membres, prévenir la propagation de cette maladie et préserver leur capacité à mener les opérations militaires essentielles à leur mission.

Avec la menace du nouveau coronavirus, les Forces armées canadiennes se trouvent dans une situation toute particulière.«Les Forces armées canadiennes ne voient pas de plus grande menace pour nous et pour les Canadiens et les Canadiennes», déclarait le général Vance dans sa lettre, mais «nous avons une obligation existentielle envers le Canada de poursuivre les opérations, de poursuivre les opérations connues et les imprévues.»

Depuis plusieurs semaines maintenant, les Forces armées canadiennes ont donc mis en place des mesures préventives strictes sur l’ensemble de ses missions, basées sur les instructions diffusées par le Groupe des Services de santé des Forces canadiennes aux équipes déployées et sur les conseils des nations hôtes et partenaires.

Voici certains exemples de répercussions de la COVID-19 sur les opérations des Forces armées canadiennes.

  • Tous les voyages internationaux par avion commercial ont été restreints. Cela inclut la possibilité pour le personnel de prendre congé d’une mission;
  • Les forces opérationnelles déployées ne participeront pas à des activités de formation, des exercices, des événements et des rassemblements publics qui mettraient les membres des FAC en danger ou contribueraient à la propagation de la COVID-19;
  • Certains membres des Forces armées canadiennes en opération s’isolent s’ils ont récemment voyagé ou s’ils pensent qu’ils ont pu être exposés à une personne atteinte de la COVID-19.

Jusqu’ici, aucun membre du personnel des Forces armées canadiennes en opération n’a été testé positif pour la COVID-19. Depuis plusieurs semaines maintenant, les Forces armées canadiennes ont mis en place des mesures préventives strictes sur l’ensemble de ses missions, basées sur les instructions diffusées par le Groupe des Services de santé des Forces canadiennes à nos équipes déployées et sur les conseils des nations hôtes et partenaires.

Changements apportés aux opérations spécifiques

On sait que les exercices et entraînements sont annulés. Cette semaine, par exemple, les troupes du 2R22eR qui devaient participer à un exercice dans l’État de New-York et dont le redéploiement était prévu pour le 22 mars sont rentrées maintenant à Valcartier.

Mais, tel que précisé dans cet article, les Forces armées canadiennes poursuivent leurs activités essentielles, incluant les opérations nationales et internationales, et toutes les activités menées en soutien direct à ces opérations,

La situation pourra toutefois entraîner des changements des changements majeurs à certaines opérations spécifiques en raison de la COVID-19.

Opération PROJECTION.

Le samedi 25 janvier 2020 – le NCSM Shawinigan et le NCSM Glace Bay avaient levé l’ancre pour participer à l’Op PROJECTION Afrique de l’Ouest. 

Le NCSM Glace Bay et le NCSM Shawinigan reviendront plus tôt que prévu d’Op PROJECTION Afrique en raison de l’annulation par les États-Unis de deux exercices internationaux (OBANGAME EXPRESS et PHOENIX EXPRESS dirigés par les É.-U.) en réponse à l’effort mondial visant à contenir la propagation du COVID-19, tout en minimisant l’exposition des membres des É.-U. et des pays partenaires au virus.

Les navires arriveront à Halifax à la mi-avril. Avant de rentrer chez eux, les navires feront de courtes escales pour embarquer des provisions et du carburant au cours desquelles des mesures et des précautions supplémentaires seront prises pour garder les marins en bonne santé.

Op CARIBBE est elle aussi affectée.

Le NCSM Nanaimo et le NCSM Whitehorse reviendront eux aussi au Canada plus tôt que prévu d’Op CARIBBE en raison des préoccupations liées à la propagation de la COVID-19.

Le retour des navires était prévu à leur port d’attache d’Esquimalt en Colombie-Britannique pour la mi-mai mais il est maintenant prévu pour le début avril.

Op REASSURANCE – Force opérationnelle maritime:

Les visites portuaires et les cérémonies à bord du NCSM Fredericton non essentielles aux opérations ont été annulées.

Op ARTEMIS

Les membres des FAC affectés à l’Op ARTEMIS sont de retour au Canada.

Et ici, au pays, Op PALACI

Tel que prévu, l’opération PALACI continuera jusqu’en avril, ou jusqu’à ce que Parcs Canada mette fin au Programme de déclenchement préventif d’avalanches de l’année en cours.

Le personnel des Forces armées canadiennes à Roger’s Pass, en Colombie-Britannique, se trouve dans un camp éloigné, isolé de la population générale. Tous les participants suivent les avis de l’Agence de la santé publique du Canada et prennent les précautions nécessaires pour limiter l’exposition au nouveau coronavirus qui cause la COVID-19. Ils ont limité leurs excursions à l’extérieur du camp pour aider à réduire tout risque pour le personnel du camp et pour l’opération.

À lire aussi:

Nouveau coronavirus (COVID-19): instructions aux membres des Forces armées canadiennes >>

COVID -19: de nouvelles mesures sévères pour le personnel militaire, indique le général Vance >>