La Russie renforce encore son armée dans l’Arctique

La Russie renforce depuis des années ses infrastructures militaires dans l’Arctique, où elle dispose de plusieurs bases modernes pouvant fonctionner en autarcie et de nouveaux aérodromes. [AFP]
Temps de lecture estimé : < 1 minute

La Russie a renforcé ses capacités militaires dans l’Arctique en y créant une «force opérationnelle» et en améliorant son contrôle de la zone, selon un décret signé jeudi par le président Vladimir Poutine.

Ce décret sur «les fondements de la politique de la Fédération russe dans l’Arctique jusqu’en 2035» couvre de nombreux domaines, de l’amélioration des conditions de vie des habitants de la région à son développement économique ou à l’adaptation au changement climatique.

Dans sa partie dédiée à la sécurité, le décret annonce que la Russie a «créé une force opérationnelle» de l’Arctique et «un système actif de contrôle du littoral» sous les ordres des services spéciaux (FSB), chargés en Russie du contrôle des frontières.

Le décret ajoute qu’un des objectifs essentiels de Moscou pour sa sécurité dans la zone est «l’augmentation des capacités de combat» de cette force opérationnelle.

L’armée russe doit aussi «perfectionner les systèmes de contrôle aérien, marin et sous-marin» dans la zone arctique et continuer à «créer et moderniser» ses bases militaires, selon le texte.

La Russie renforce depuis des années ses infrastructures militaires dans l’Arctique, où elle dispose de plusieurs bases modernes pouvant fonctionner en autarcie et de nouveaux aérodromes.

Elle a déployé en septembre dernier des systèmes de défense anti-aérienne S-400 dans l’archipel de Nouvelle-Zemble dans l’Arctique.

La région, outre ses vastes réserves en hydrocarbures, suscite aussi l’intérêt de Moscou en raison du passage du Nord-Est appelé à devenir une grande route maritime entre l’Europe et l’Asie, rendue praticable grâce au réchauffement climatique et la fonte des glaces.

Le décret signé jeudi prévoit également «le développement de systèmes de gestion de déchets de toutes les classes de danger, la construction de complexes modernes de recyclage» dans l’Arctique, ou encore d’y développer le tourisme.