COVID-19: le ministre Champagne co-préside une réunion internationale sur les répercussions sur les pays en développement.

Temps de lecture estimé : 4 minutes

Le ministre des Affaires étrangères, François-Philippe Champagne, et son homologue jamaïcaine, Kamina Johnson Smith, co-président aujourd’hui, par vidéoconférence, une réunion extraordinaire du Groupe des Amis de l’Organisation des Nations Unies pour le financement des Objectifs de développement durable.

Cette réunion donnera aux États membres de l’ONU et aux organisations internationales l’occasion de discuter des façons d’atténuer les répercussions économiques de la pandémie de COVID-19, en particulier sur les pays en développement.

La réunion permettra aussi aux représentants de l’ONU, du Fonds monétaire international, du Groupe de la Banque mondiale, de la Société financière internationale et de l’Organisation de coopération et de développement économiques de fournir aux participants un compte rendu des interventions de leurs organisations en réponse à la COVID-19.

«La crise de la COVID-19 menace d’aggraver les inégalités et d’éroder les gains réalisés par de nombreux pays en vue d’atteindre les Objectifs de développement durable. Le Canada est déterminé à aider les pays partenaires à gérer les défis auxquels ils sont confrontées en raison de la COVID-19, afin que ces derniers puissent se rétablir pour soutenir la santé et la prospérité à long terme de leurs populations.», a déclaré le chef de la diplomatie canadienne.

Faits en bref

  • Le Canada et la Jamaïque dirigent le Groupe des Amis concernant le financement des ODD à l’ONU, à New York, auquel participent des représentants de plus de 70 pays ainsi que des représentants de l’ONU, du Groupe de la Banque mondiale et d’autres organisations.
  • Le Groupe des Amis concernant le financement des ODD est une plateforme visant à promouvoir des pistes de solutions en vue de débloquer les fonds pour le développement.
  • Les représentants permanents des 193 États membres de l’ONU seront invités à participer à la réunion extraordinaire.
  • Les représentants d’organisations internationales qui participeront à la réunion comprennent :
    • Fahad Al Mubarak, ministre d’État, Arabie saoudite, membre du Conseil des ministres de l’Arabie saoudite et sherpa de l’Arabie saoudite pour le G20
    • Amina Mohammed, vice-secrétaire générale, Organisation des Nations Unies
    • Geoffrey Okamoto, premier directeur général adjoint, Fonds monétaire international
    • Axel van Trotsenburg, directeur général des opérations, Groupe de la Banque mondiale
    • Philippe Le Houérou, directeur général, Société financière internationale
    • Jeffrey Schlagenhauf, secrétaire général adjoint, Organisation de coopération et de développement économiques

Par ailleurs, le ministre des Affaires étrangères et sa collègue du Développement international, Karina Gould, ont fait aujourd’hui une déclaration en en soutien à un cessez-le-feu mondial.

«Le Canada soutient pleinement l’appel du secrétaire général des Nations Unies à procéder à un cessez-le-feu immédiat partout dans le monde à la lumière de la pandémie de COVID-19. L’heure est venue de laisser les conflits armés derrière nous pour protéger les plus vulnérables et de concentrer nos efforts ensemble dans la lutte contre ce virus. Nous sommes fiers d’avoir amené 58 pays à soutenir l’appel du secrétaire général et nous encourageons tous les pays à faire de même.», ont déclaré les ministres Champagne et Gould.

Déclaration conjointe des ministres des affaires étrangères du Canada et de la Jamaïque

«Le vendredi 10 avril, nous avons organisé une vidéoconférence extraordinaire réunissant des ambassadeurs de tous les pays membres des Nations Unies et des représentants de haut niveau de l’ONU, du G20, du FMI, du Groupe de la Banque mondiale et de l’OCDE, pour engager la première discussion véritablement mondiale sur la gestion des incidences socioéconomiques et financières de la COVID-19. Nous remercions les plus de 300 participants à cette réunion.

«Nous avons été impressionnés par l’unité et l’objectif commun de tous pour surmonter le défi sans précédent qui se présente à nous et par la détermination à prendre les mesures nécessaires pour aider à contenir la pandémie de COVID-19, en sachant que l’ampleur de la contraction économique et la vigueur de la reprise ne sont pas encore connues.

«Nous nous sommes félicités de l’engagement pris par les Nations Unies, le G20, le FMI, le Groupe de la Banque mondiale, l’OCDE et les différents pays de coordonner leurs actions pour assurer une réponse efficace, tous les participants reconnaissant qu’aucun pays ou organisation ne peut relever seul le défi de la COVID-19.

«Il nous a également été rappelé les vulnérabilités particulières dont souffrent de nombreux pays. Les petits États insulaires en développement et de nombreux autres pays en développement d’Afrique et de certaines régions d’Asie et d’Amérique latine et les Caraïbes sont confrontés à un défi à plusieurs facettes, notamment la dépendance à l’égard des importations de denrées alimentaires, les plaques tournantes logistiques et de transport dont les activités ont été réduites, les niveaux d’endettement déjà élevés, la perte de sources de revenus primaires, et la nécessité d’utiliser les maigres réserves de devises étrangères pour se procurer des fournitures médicales essentielles.

«Nous avons discuté de la nécessité de prendre des mesures urgentes pour garantir que les chaînes d’approvisionnement mondiales restent ouvertes et que les flux d’envois de fonds puissent se poursuivre avec un minimum de perturbations et à des coûts réduits. Nous avons également souligné l’importance cruciale de soutenir nos secteurs privés en ces temps difficiles, car ils sont la principale source d’emplois et de moyens de subsistance. Sans cela, aucune reprise économique ne sera possible.

«Le Canada et la Jamaïque sont plus que jamais déterminés à faire en sorte que les pays reçoivent le soutien dont ils ont besoin pour surmonter ces défis complexes et ils utiliseront tous les moyens à leur disposition pour faire avancer cette cause. La réunion d’aujourd’hui représente une étape importante vers cet objectif commun.

«Comme cette pandémie touche tout le monde, partout, le monde doit s’unir pour relever et atténuer les défis humains, sociaux et économiques posés par la COVID-19».