COVID ou pas, les avions russes s’entêtent à voler à proximité de l’espace aérien de l’OTAN

Un avion de patrouille maritime russe Tu-142 survolant la mer du Nord le 29 avril 2020. [Archives/NATO]
Temps de lecture estimé : 2 minutes

Les avions de l’OTAN ont été occupés au cours des deux derniers jours à intercepter plusieurs avions russes volant à proximité de l’espace aérien de l’OTAN, rapporte le Commandement aérien allié dans un communiqué publié aujourd’hui.

Les 28 et 29 avril, les avions alliés ont décollé en direction de la mer Baltique et de la mer du Nord pour intercepter des avions militaires russes au-dessus des eaux internationales près de l’espace aérien de l’OTAN.

Le 28 avril, des chasseurs polonais en provenance d’Estonie ont décollés dans le cadre de la mission de police baltique de l’OTAN pour identifier deux bombardiers russes Tu-160 à longue portée escortés par plusieurs chasseurs et soutenus par un avion aéroporté d’alerte rapide. La formation a ensuite été à nouveau interceptée par des chasseurs de la Royal Danish Air Force.

Le même jour, un avion russe d’alerte aérienne avancée (Airborne Early Warning) ainsi que deux bombardiers russes Tu-22 à longue portée avec escortes de combat se sont approchés de l’espace aérien de l’OTAN au large des côtes de la Norvège et ont été interceptés par des avions de chasse norvégiens.

Et le 29 avril, des chasseurs norvégiens ont été confrontés deux fois de plus à deux avions de patrouille maritime russe s’approchant de l’espace aérien de l’OTAN près de la Norvège.

Après la première interception par des F-16 norvégiens, la Royal Air Force a lancé un avion de chasse Typhoon du Quick Reaction Alert,(QRA, l’état de préparation et le mode opératoire de la défense aérienne maintenue à toute heure par l’OTAN ) de la base aérienne de Lossiemouth, dans le nord-est de l’Écosse, pour se porter à la rencontre et escorter les avions russes alors qu’ils se dirigeaient vers le sud en direction de la mer du Nord. Ils ont opéré autour de la mer du Nord et se sont dirigés vers le nord où les chasseurs norvégiens F-35 les ont rencontrés et les ont escortés hors de la zone d’intérêt de l’OTAN.

Toutes les interceptions ont été menées de manière professionnelle, assure l’OTAN, démontrant, dit l’organisation, que les forces de l’OTAN dans l’ensemble de l’Alliance restent prêts et prêts à protéger le ciel allié 24h / 24 et 7j / 7.