125 membres des Forces armées en renfort dans les CHSLD au Québec

Temps de lecture estimé : 5 minutes

125 membres des Forces armées seront envoyés en renfort dans les centres de soins de longue durée du Québec qui manquent cruellement de main d’oeuvre, a annoncé le premier ministre Justin Trudeau lors de sa conférence de presse quotidienne à Rideau Cottage ce vendredi.


Mise à jour 18/04/2020, 11h16

Les éléments de liaison et de reconnaissance des Forces armées canadiennes (FAC) sont arrivés au Québec vendredi pour évaluer où les ressources seront envoyées et les quelque 125 membres des équipes de Renfort aux soins de santé civils doivent arriver aujourd’hui samedi dans les établissements de soins de longue durée du Québec.


Il s’agira de personnel possédant déjà, comme l’avait demandé Québec, une formation médicale.

Le premier ministre québécois, François Legault, avait indiqué mercredi en conférence de presse depuis l’Assemblée nationale qu’il avait demandé si «des personnes de l’armée qui ont des qualifications en santé » pourraient venir prêter main-forte dans les CHSLD, «par exemple pour faire le travail d’infirmière».

Hier, le premier ministre Trudeau avait annoncé qu’Ottawa travaillait sur un plan d’assistance qui pouvait inclure les Forces armées afin d’épauler les travailleurs de la santé partout au Québec après avoir reçu une demande du gouvernement Legault, a annoncé jeudi Justin Trudeau.

Aujourd’hui, «Le ministre de la Sécurité publique a travaillé avec Québec et le ministre de la Défense nationale, et je peux maintenant confirmer qu’environ 125 membres des Forces armées qui possèdent une formation dans le domaine de la santé iront prêter main forte aux travailleurs dans les CHSLD », a confirmé le premier ministre canadien, ajoutant qu’ «On continue de travailler avec le gouvernement du Québec pour trouver d’autres façons de les appuyer, y compris avec la Croix Rouge et les bénévoles spécialisés inscrits auprès de Santé Canada».

La vice-première ministre et ministre québécoise de la Sécurité publique du Québec, Geneviève Guilbault, a pour sa part tout de suite remercié Ottawa d’avoir accepté la demande d’aide de Québec, parlant sur son compte Twitter d’ «Une aide précieuse qui prêtera main-forte à notre personnel dans les CHSLD» et ajoutant que «Nous sommes tous unis dans cette bataille! ».

«Nous avons collaboré étroitement avec Sécurité publique Canada, Santé Canada et le gouvernement du Québec pour répondre au besoin d’aide pressant des établissements de soins de longue durée au Québec. En cette période difficile, les hommes et les femmes qui servent notre pays feront ce qu’ils ont toujours fait: aider les Canadiens et les Canadiennes dans le besoin.», a déclaré pour sa part le ministre de la Défense nationale, Harjit Sajjan.

Dans le mois qui s’est écoulé depuis le lancement de l’opération LASER, la réponse des Forces armées à la pandémie, les Forces armées canadiennes ont déjà répondu rapidement à deux autres demandes d’aide reçues de la part du gouvernement du Québec. Les Forces armées canadiennes portent déjà, à la demande de Québec, assistance aux communautés éloignées au Nunavik et, bientôt, sur la Basse Côte-Nord.

Au début du mois, le 2e Groupe de patrouilles des Rangers canadiens (2 GPRC) des Forces armées canadiennes a déjà mobilisé ses 14 patrouilles de Rangers canadiens au Nunavik en réponse à une demande de la province de Québec et au moins 89 Rangers canadiens au Nunavik collaborent étroitement avec la Régie régionale de la santé et des services sociaux Nunavik afin de mettre sur pied des points de triage qui faciliteront le travail du personnel soignant. De plus, il y a deux jours, le 15 avril, le 2e Groupe de patrouilles des Rangers canadiens (2 GPRC) a reçu un second mandat de soutien aux communautés éloignées et isolées du Québec et environ 80 Rangers canadiens sont actuellement déployés en Basse‑Côte‑Nord dans l’est du Québec afin d’aider les personnes vulnérables et d’appuyer les programmes locaux de sensibilisation à l’éloignement physique.

Les étapes du déploiement

Pour ce qui est des établissements de soins de longue durée, à compter d’aujourd’hui, des éléments de liaison et de reconnaissance des Forces armées canadiennes (FAC) seront envoyés au Québec afin de recueillir l’information nécessaire au déploiement prochain de personnel médical et de ressources des FAC pour aider à atténuer la situation qui sévit actuellement dans les établissements de soins de longue durée (ESLD), explique la Défense nationale par voie de communiqué.

La reconnaissance menée par les membres des Forces armées canadiennes, explique le communiqué, permettra de déterminer où seront affectés les quelques 125 membres du personnel de soutien et militaires ayant reçu une formation médicale qui commenceront à arriver au Québec le samedi 18 avril pour prêter main-forte aux établissements de soin de longue durées de la province, ainsi que les protocoles d’emploi à suivre.

«Les Forces armées canadiennes effectueront une reconnaissance pour définir, sur mesure, quel soutien peut être fourni pour aider nos concitoyens dans le besoin. Nos équipes de renfort aux soins de santé civils sont flexibles, adaptables et évolutives, et je suis convaincu que leurs efforts contribueront grandement à améliorer les conditions dans les installations où nous sommes déployés.», a expliqué le chef d’état-major de la Défense, le général Jonathan Vance.

Ces équipes de Renfort aux soins de santé civils, poursuit le communiqué de la Défense nationale, seront composées d’infirmiers, de techniciens médicaux et de personnel de soutien. Ils aideront les médecins et les infirmiers locaux en assurant la gestion des patients civils, y compris les soins médicaux dans les établissements visés, en appuyant la coordination des besoins en matière de soins infirmiers et de logistique et en distribuant aux employés des établissements l’équipement de protection individuelle essentiel fourni par le gouvernement fédéral ou provincial.

Opérations LASER et LENTUS

Pour l’instant, aucune autre province n’a demandé l’aide de l’armée concernant la crise de la COVID-19, mais le ministère de la Défense nationale et les Forces armées canadiennes continuent de se livrer à la planification et aux préparatifs requis pour appuyer les efforts globaux du gouvernement du Canada pour lutter contre la COVID‑19.

Au sein de la Force opérationnelle interarmées de l’opération LASER (FOI-LR), six forces opérationnelles interarmées régionales (FOIR) fournissent une capacité d’intervention pour les opérations au pays, à la demande du gouvernement du Canada pour les opérations LASER et LENTUS. Au sein de chacune de ces FOIR, une combinaison de capacités aériennes, terrestres et maritimes pourrait être appelée à appuyer les autorités civiles.

Au total, dix forces opérationnelles sont en préparation, composées de membres de la Force régulière et de la Réserve. Il est prévu que cinq forces opérationnelles seront prêtes à exécuter les tâches de l’opération LASER et que les cinq autres seront prêtes à exécuter les tâches de l’opération LENTUS. Chaque force opérationnelle sera similaire, sauf que l’équipement de chacune sera attribué en fonction des tâches qu’elle doit accomplir. Lors de la planification, les FAC ont envisagé d’utiliser d’autres capacités de créneau afin de renforcer les FOIR en fonction de l’opération.

Le 5 avril, dans le cadre de l’approche pangouvernementale de lutte contre le COVID-19, des centaines de membres des Forces canadiennes de la Force opérationnelle interarmées (Centre) (FOIC) ont commencé à déménager de leurs diverses unités de la province de l’Ontario à la BFC Borden.

À Borden, à une centaine de kilomètres de Toronto, ces forces formeront une force opérationnelle qui sera prépositionnée sur la base et prête à répondre aux futures demandes d’aide du gouvernement du Canada dans la lutte contre le COVID-19.

Les Forces armées sont également à repositionner actuellement le personnel et les ressources en provenance de ses missions à l’étranger et au sein de celle-ci afin d’assurer la position de la force. Ainsi, des militaires ayant participé à l’op UNIFIER et à l’op IMPACT sont actuellement en période d’isolement pendant deux semaines à la BFC Trenton et au Collège militaire royale de Kingston.

En outre, les Forces armées ont aussi été appelés à travailler avec l’Agence de santé publique du Canada pour la gestion des entrepôts d’équipement de protection individuelle à plusieurs endroits au pays. Et une équipe de techniciens dentaires assistera également la province de l’Ontario pour la conduite des contacts entre personnes à compter du week-end du 17 avril.