La fermeture de la frontière canado-américaine prolongée de trente jours

Temps de lecture estimé : 2 minutes

Le Canada et les États-Unis ont finalement convenu de prolonger de 30 jours, soit jusqu’au 21 mai, la fermeture de leur frontière commune, a déclaré le premier ministre Trudeau lors de sa conférence de presse quotidienne depuis Rideau Cottage, aujourd’hui samedi.

Ottawa et Washington avaient convenu le 21 mars dernier d’interdire les déplacements non essentiels dans les deux directions, mesure, mesure qui n’entravait toutefois pas le commerce.

Le président américain, qui a aussi comme investisseur des intérêts dans le tourisme, le divertissement et l’immobilier, piaffant d’impatience de se libérer l’économie de toute entrave, avait déclaré la semaine dernière alors que la pandémie fait rage aux États-Unis qu’il envisageait de réouvrir à tous la frontière canado-américaine, semblant oublier que cette décision de lui appartenait pas à lui seul.

Répondant à une question d’une journaliste lors de son point de presse quotidien depuis Rideau Cottage à Ottawa hier, le premier ministre Trudeau avait démenti les rumeurs circulant à l’effet qu’une entente aurait été conclue avec les États-Unis sur la réouverture de la frontière.

«Comme j’ai toujours dit, nous sommes en conversation continuelle avec les États-Unis, qui sont nos voisins, nos partenaires, nos amis, pour s’assurer qu’on ait tous les moyens pour protéger nos citoyens. Ma priorité, ça va toujours être de protéger les Canadiens, et on va continuer de travailler avec les Américains pour assurer que les frontières soient sécuritaires», a expliqué le premier ministre canadien.

Le premier ministre canadien a expliqué aujourd’hui que la prolongation de la fermeture de la frontière serait bénéfique pour la santé et la sécurité des gens des deux côtés de la frontière.

La circulation de biens essentiels, comme des médicaments ou des denrées alimentaires, se poursuivra quant à elle comme c’était déjà le cas.

Depuis que la frontière a été partiellement scellée, le 21 mars dernier, le nombre de cas confirmés de COVID-19 a explosé aux États-Unis, qui est devenu le premier foyer d’infection au monde, avec plus de 706 832 en date d’aujourd’hui 18 avril selon les chiffres compilés par le Coronavirus Ressource Center de l’Université John Hopkins, la référence en la matière aux États-Unis.

De plus, pour compliquer le tout, le président américain Donald Trump a appelé cette semaine à la rébellion contre le confinement, semant la consternation alors que son pays devenu le premier foyer mondial de la pandémie de coronavirus avec près du quart des 154.000 morts recensés sur la planète.

Pendant que plus de la moitié de l’humanité reste à domicile afin de limiter la propagation du Covid-19, Donald Trump a en effet ouvertement appelé à braver les règles de confinement. « Libérez le Minnesota! », « Libérez le Michigan! », « Libérez la Virginie », tweetait-il alors que des militants parfois armés se rassemblaient dans la rue pour défier samedi les autorités de ces Etats qui imposent le confinement à leur population.