La première victime de l’écrasement de l’hélicoptère du NCSM Fredericton identifiée

La sous-lieutenante Abigail Cowbrough, originaire de la Nouvelle-Écosse, a perdu la vie dans l'écrasement de l'hélicoptère. (Photo tirée de Facebook/Regal Heights Baptist Church)
Temps de lecture estimé : 5 minutes

Remis à jour 30/04/2020, 12h28

Un hélicoptère des forces canadiennes engagé dans une opération de surveillance de l’OTAN avec six personnes à son bord est porté disparu dans les eaux internationales entre la Grèce et l’Italie, a-t-on appris mercredi soir auprès d’une source militaire grecque.

Un membre d’équipage a été retrouvé mort tandis que les cinq autres sont toujours portés disparus.

Les FAC confirment avoir contacté tous les principaux membres des familles des membres qui se trouvaient à bord de l’hélicoptère CH-148 Cyclone impliqué dans l’accident.

La victime identifiée de l’écrasement du Cyclone est la sous-lieutenante Abigail Cowbrough, originaire de la Nouvelle-Écosse, a confirmé le chef d’état-major de la Défense, le général Jonathan Vance.

«Tous sont des héros», a déclaré pour sa part le premier ministre Trudeau en conférence de presse aujour’hui. «Chacun d’eux laissera un vide qui ne pourra pas être comblé. Au nom de tous les Canadiens, je veux offrir mon soutien le plus profond à leurs familles, à leurs amis, à leurs camarades de navire et à leurs collègues des FAC.»

«Il n’y a pas de mots. Tu m’as rendu fier pour toujours », a écrit quant à lui le père d’Abigail Cowbrough dans sur sa page Facebook. «Je t’aimerai toujours et tu me manqueras à chaque instant. Tu es la lumière vive de ma vie prise trop tôt.»

L’hélicoptère s’est écrasé dans la mer Ionienne

Le Sikorsky CH-148 Cyclone de l’Aviation royale du Canada embarqué à bord du NCSM Fredericton s’est écrasé dans la mer Ionienne (entre l’Italie et la Grèce) à l’intérieur de la région italienne d’information de vol (FIR) avec 6 membres d’équipage à bord, alors qu’il participait à une mission de patrouille pour l’OTAN dans le cadre de l’Opération REASSURANCE.

L’hélicoptère se trouvait en dehors de la zone de contrôle de la Grèce, «à 50 milles marins [92,6 km] au large de l’île grecque de Céphalonie, dans la zone couverte par l’Italie, et participait dans la mer Ionienne à une opération de surveillance de la zone» par l’Alliance atlantique.

«Une situation est en cours d’évolution concernant l’un de nos hélicoptères CH-148 Cyclone déployé à bord du NCSM Fredericton, qui participe actuellement à l’Opération REASSURANCE. Le contact avec l’hélicoptère a été perdu alors qu’il participait à des exercices avec des membres alliés près de la Grèce. », avait confirmé hier le Commandement des ppérations des Forces armées canadiennes (COIC)

Les efforts de recherche et sauvetage continuent. «Puisque la situation évolue, nous ne disposons d’aucun renseignement supplémentaire pour l’instant.», avait alors déclaré le COIC pendant que les responsables militaires canadiens tentaient de comprendre ce qui s’était passé.

Le NCSM Fredericton vogue durant sa mission intégré au SNMG 2, avec au loin l’hélicoptère embarqué. [NCSM Fredericton]

Le lundi 20 janvier 2020, le NCSM Fredericton a été déployé avec un hélicoptère CH-148 Cyclone dans le cadre de l’opération REASSURANCE.

Les hélicoptères Cyclone transportent un équipage de quatre personnes, dont deux pilotes, un opérateur tactique et un opérateur de capteurs ainsi que de l’espace pour plusieurs passagers.

Principalement basés sur des navires de guerre, ils sont utilisés pour la chasse aux sous-marins, la surveillance et la recherche et sauvetage.

L’opération REASSURANCE est la participation canadienne aux mesures d’assurance et de dissuasion de l’OTAN. Ces mesures visent à renforcer la défense collective de l’OTAN. Elles démontrent également la force de la solidarité des alliés.

Le Fredericton évoluait avec le 2e Groupe de la Force navale permanente de réaction de l’OTAN (SNMG2), une force navale multinationale de l’OTAN qui mène l’opération de surveillance en Méditerranée et qui comprend de trois à huit frégates ou destroyers et un navire de soutien logistique.

Mardi, le Fredericton patrouillait dans les eaux grecques dans le cadre de cette mission avec la frégate turque TCG Salihreis et la frégate italienne IT Virginio Fasan (navire amiral du SNMG2) qui ont selon toute vraisemblance été les premiers navires à participer à la mission de recherche et sauvetage.

Mercredi, les recherches pour trouver l’équipage et l’épave du CH-148 Cyclone se poursuivaient dans la zone de l’accident. Selon des responsables grecs, des débris de l’hélicoptère auraient déjà été découverts dans les eaux internationales de la mer Ionienne.

Des moyens aériens de l’Aéronautica Militare (armée de l’air italienne) et de la Hellenic Air Force (l’armée de l’air grecque) ont été déployés dans la zone de l’écrasement pour la mission de recherche et de sauvetage. L’opération est coordonnée par le centre de sauvetage maritime italien.

Le Premier ministre grec Kyriakos Mitsotakis, s’est pour sa part exprimé au Parlement grec plus tôt dans la journée, «J’exprime ma douleur face à l’écrasement de l’hélicoptère canadien dans la mer Ionienne hier soir», indiquant qu’il contacterait le Premier ministre canadien Justin Trudeau pour exprimer ses condoléances.

La fiabilité des Cyclone sera-t-elle remise en cause

Un Cyclone CH-148, à Shearwater (Archives/Sikorsky)

L’écrasement pourrait constituer un coup dur pour les Forces armées canadiennes, qui n’ont commencé à utiliser leurs Cyclone dans de vraies missions qu’à la fin de 2018, après plus d’une décennie de problèmes de développement, de retards et de dépassements de coûts, et soulever des inquiétudes au sujet de la fiabilité des appareils, écrit pour sa part le journaliste spécialisé en défense Lee Berthiaume de La Presse Canadienne.

À l’origine, les Forces armées canadiennes devaient recevoir 28 Cyclone du fabricant Sikorsky à partir de novembre 2008, mais le premier de ces 28 hélicoptères n’a été livré qu’en juin 2015 et, même alors, il manquait de l’équipement et des logiciels essentiels, et l’appareil ne pouvait être déployé en mission et ne pouvait être utilisé que pour l’entraînement.

Seuls 18  CH-148 Cyclone ont été livrés jusqu’ici..

Les Cyclone ont finalement commencé à participer à de véritables opérations même si l’un d’entre eux a été endommagé l’année dernière lors d’un atterrissage musclé sur un navire dans l’océan Pacifique, mais «S’il y en a un qui s’est écrasé, il faudrait évidemment mener une enquête pour comprendre pourquoi parce qu’il y a un grand nombre de possibilités de choses qui ont potentiellement pu se produire, dont quelques-unes qui pourraient être liées aux raisons pour lesquelles l’hélicoptère a pris tant de temps avant d’être déployé.», a commenté David Perry, analyste principal en matière de défense de l’Institut canadien des affaires mondiales, cité par La Presse Canadienne.

En conférence de presse ce matin, le ministre de la Défense nationale, Harjit Sajjan, a signalé que la cause de l’incident n’est pas encore connue. Alors que les recherches se poursuivent pour retrouver les cinq personnes qui manquent à l’appel, l’enregistreur de vol a été récupéré, a précisé le ministre.

Les hélicoptères CH-148 ont été mis en «pause opérationnelle», a pour sa part indiqué le général Vance, chef d’état-major de la Défense, tout en affirmant avoir une grande confiance en cette flotte d’appareils à la fine pointe de la technologie.

*Avec AFP