Accident du CH-148 Cyclone: les restes partiels d’un deuxième membre de l’équipage identifiés

Le capitaine Brenden Ian MacDonald, pilote, du Cyclone disparu en mer Ionienne le 29 avril. [MDN]
Temps de lecture estimé : 3 minutes

Le 9 mai 2020, le Bureau du Coroner en chef de l’Ontario a identifié les restes partiels du capitaine Brenden Ian MacDonald, l’un des six militaires tués le 29 avril dernier dans l’accident de l’hélicoptère CH-148 Cyclone du NCSM Fredericton qui s’est écrasé en mer Ionienne, annoncent les Forces armées.

Pendant les travaux de récupération des corps, des restes partiels avaient été découverts et ont maintenant été identifiés grâce à des analyses d’ADN. Il s’agit du capitaine Brenden Ian MacDonald, pilote, originaire de New Glasgow, en Nouvelle-Écosse.

La famille du capitaine MacDonald et celle des autres membres de l’équipage victimes de l’accident ont été informées de cette identification.

L’enseigne de vaisseau de 1re classe Abbigail Cowbrough avait déjà été identifiée et les quatre autres militaires à bord sont présumés morts.

Voici l’identité des militaires toujours portés disparus et présumés décédés:

·        Le capitaine Kevin Hagen, pilote, originaire de Nanaimo (Colombie-Britannique)

·        Le capitaine Maxime Miron-Morin, officier de systèmes de combat aérien, originaire de Trois-Rivières (Québec)

·        L’enseigne de vaisseau de 1re classe Matthew Pyke, officier de guerre navale, originaire de Truro (Nouvelle-Écosse)

·        Le caporal-chef Matthew Cousins, opérateur de détecteurs électroniques aéroportés, originaire de Guelph (Ontario)

«La communauté des FAC tient à transmettre ses plus sincères condoléances aux familles, aux amis et aux collègues des six militaires disparus. Nous espérons que le fait de savoir que nous partageons leur peine leur apportera un peu de réconfort.», dit le communiqué des Forces armées canadiennes qui annonce l’identification des restes du capitaine MacDonald

Les Forces armées canadiennes rappellent aussi qu’elles «offrent aux militaires et à leur famille le meilleur soutien possible, notamment un large éventail de ressources pour les aider à traverser ces moments difficiles.»

L’enquête se poursuit

Une équipe de sécurité aérienne de l’Aviation royale canadienne poursuit son enquête sur les circonstances entourant l’accident. Les efforts de récupération et la recherche d’autres restes se poursuivent également. 

Les Forces armées canadiennes n’avaient pas encore déterminé la semaine dernière comment elles pourront récupérer l’épave du CH-148 Cyclone, avait indiqué pour sa part le ministre de la Défense Harjit Sajjan lors d’une conférence de presse à Ottawa jeudi. 

Le fuselage de l,appareil se trouverait à plus de 3 000 mètres de profondeur. Jusqu’à maintenant, seuls une porte latérale et des morceaux du fuselage de l’hélicoptère ont été retrouvés.

Les enregistreurs de données de vol ont toutefois été récupérés et sont en cours d’analyse au Canada, mais leur analyse pourrait prendre plus d’un an, a aussi précisé le ministre.

Dans sa dernière lettre aux membres et familles des Forces armées canadiennes vendredi, le chef d’état-major de la Défense,le général Jonathan Vance, a pour sa part indiqué que l’équipe d’enquête sur la sécurité des vols, qui compte sept membres, a «commencé son enquête indépendante pour déterminer les faits entourant l’écrasement de l’indicatif d’appel ‘Stalker 22’».

Au moment de la tragédie, l’hélicoptère regagnait le Fredericton, au terme d’une mission de formation en Méditerranée dans le cadre de l’opération REASSURANCE visant à renforcer la défense collective de l’OTAN.

La prochaine étape de ses efforts, a précisé le général dans sa lettre, sera une opération détaillée de recherche et de récupération sous-marine.

Le chef d’état-major de la défense a assuré que «l’accident sera examiné en profondeur, mais les détails de ce qui est arrivé à l’hélicoptère Cyclone ne seront pas révélés au compte-goutte»: «Ce que vous devez savoir, c’est que lorsque cette enquête sera terminée, ou lorsque cela sera approprié selon le jugement des [enquêteurs], les familles seront informées en premier. Puis le public sera informé.», a-t-il déclaré.

«Nous devons maintenant donner à notre équipe de sécurité des vols », a indiqué le général dans sa lettre, «le temps nécessaire pour rassembler les faits afin qu’elle puisse déterminer la cause de l »accident».

L’écrasement du Cyclone représente la plus grande perte de vie en un jour pour les Forces armées canadiennes depuis que six soldats canadiens ont été tués dans un bombardement sur une route de l’Afghanistan lors du dimanche de Pâques en 2007.

Bien que le général Vance ait exprimé sa confiance dans l’hélicoptère fabriqué par Sikorski, la flotte de CH-148 Cyclone restera en «pause opérationnelle» jusqu’à ce que la cause de l’écrasement soit connue,

À lire aussi: Rapatriement à la BFC Trenton des militaires disparus dans l’écrasement du Cyclone [VIDÉO] >>