COVID-19 oblige: un 75e anniversaire du jour de la Victoire virtuel

Jour de la Victoire à Toronto. [City of Toronto Archives]
Temps de lecture estimé : 4 minutes

C’est aujourd’hui jour de la Victoire en Europe, célébrant la fin officielle des combats qui s’y sont déroulés dans le cadre de la Deuxième Guerre mondiale après la capitulation sans condition de l’Allemagne, mais en raison de la pandémie de COVID-19, l’anniversaire de ce jour sera virtuel.

Plus de 1 000 000 de Canadiens et de Terre-Neuviens ont servi pendant la Seconde Guerre mondiale – et plus de 45 000 d’entre eux y ont laissé leur vie.

Normalement, au Canada, en Europe et dans de nombreuses nations alliées, plusieurs personnes célèbrent ce jour de la Victoire en Europe pour souligner la fin officielle de la Seconde Guerre mondiale en Europe.

Mais, cette année, COVID-19 oblige, les célébrations seront généralement virtuelles.

A Paris, Emmanuel Macron doit présider une cérémonie particulière, en présence des principaux responsables politiques et militaires mais sans public. 

Aux Etats-Unis, le ministère de la Défense organise lui aussi un « Jour de la Victoire en Europe » virtuel avec une émission en direct diffusée sur son site et les réseaux sociaux.

À Moscou, où le Jour de la Victoire est célébrée le 9 mai, pas de grand défilé militaire sur la place Rouge, cette année. Seule la partie aérienne des célébrations a été maintenue.

Et au Canada, le ministre des Anciens Combattants et ministre associé de la Défense nationale, Lawrence MacAulay, participe à une cérémonie virtuelle diffusée sur la page Facebook Le Canada se souvient pour souligner le 75e anniversaire de la libération des Pays-Bas et du jour de la Victoire en Europe. La cérémonie sera diffusée sur la page Facebook Le Canada se souvient et rendra hommage aux sacrifices et aux courageux efforts des Canadiens qui se sont battus pour défendre les valeurs qui nous sont chères : la paix, la démocratie, la primauté du droit et les droits de la personne.

Réunion virtuelle au Conseil de Sécurité

Pendant ce temps, notre ministre des Affaires étrangères participe de son côté à une réunion virtuelle du Conseil de sécurité des Nations Unies (CSNU) pour marquer le 75e anniversaire de la victoire en Europe en soulignant l’engagement continu du Canada à l’égard du multilatéralisme, lors d’une réunion virtuelle du Conseil de sécurité des Nations Unies (CSNU).

Cette réunion intitulée, «75 ans après la Seconde Guerre mondiale en Europe: Leçons sur la prévention des atrocités et responsabilités du Conseil de sécurité», sera l’occasion de discuter de sécurité internationale et de résolution des conflits, entre autre dans le contexte de la pandémie de COVID-19, indique le m

«Cette tribune est l’occasion de renforcer l’engagement du Canada à l’égard d’un système multilatéral de prévention des conflits et de sécurité internationale, en particulier dans la recherche de solutions collectives, afin d’atténuer les répercussions mondiales de la COVID-19.», déclare le chef de la diplomatie canadienne.

Le Canada se souvient

Et, pandémie ou pas, le Canada, le premier ministre Justin Trudeau, le ministre de la Défense nationale, Harjit Sajjan, et le chef d’état-major de la Défense en tête, n’a pas pour autant manqué de souligner le 75e anniversaire du jour de la Victoire en Europe.

«Même si les cérémonies commémoratives de cette année se dérouleront en ligne à cause de la pandémie mondiale de COVID-19, j’invite tous les Canadiens à rendre hommage au courage et aux sacrifices de ceux qui ont combattu en Europe, et ceux qui ont soutenu l’effort de guerre au pays, pendant la Seconde Guerre mondiale. Nous serons toujours redevables à tous ceux qui ont répondu à l’appel du service et qui ont porté l’uniforme. Ces derniers ont tout donné pour que leurs enfants et leurs petits-enfants puissent vivre dans la liberté et la paix.», a déclaré le premier ministre canadien.

«Plus d’un million de Canadiens et de Terre-Neuviens ont servi dans l’Armée canadienne, dans la Marine royale du Canada et dans l’Aviation royale du Canada pendant le conflit. Plus de 45 000 ont perdu la vie, 55 000 ont été blessés et des milliers sont rentrés chez eux avec des blessures mentales persistantes. Douze mille autres sont partis en mer avec la marine marchande. Des millions de plus ont soutenu l’effort de guerre sur le front intérieur.», a pour sa part rappelé le ministre de la Défense.

«Nous nous souvenons du major‑général George Kitching, l’un des plus jeunes généraux des armées alliées de la Seconde Guerre mondiale. Il a contribué à l’organisation du dépôt des armes des Allemands aux Pays-Bas. Le major‑général Kitching était également présent lors de la cérémonie de signature de la capitulation dans la ville néerlandaise de Wageningen en mai 1945.

«Nous rendons hommage à Annie (Goode) McNamara, qui a servi dans le Corps féminin de l’Aviation royale du Canada en tant qu’interprète dans un spectacle de variétés militaire itinérant. Mme McNamara a été témoin des horreurs de la guerre : souvent, les artistes visitaient aussi les blessés, y compris des enfants, dans les hôpitaux de l’Angleterre, et elle s’est rendue au camp de concentration nazi de Bergen-Belsen.

«Nous rendons hommage au premier maître de 1re classe George Edward (Ted) Jamieson, de la bande Upper Cayuga des Six Nations, qui a été membre des cadets de la marine dans sa jeune adolescence et qui, quelques années plus tard, est devenu clairon de la Réserve de volontaires de la Marine royale du Canada. Pendant la Seconde Guerre mondiale, il a servi en tant que matelot de 2e classe sur les bases navales de la côte est NCSM Stadacona et NCSM Cornwallis. Il a également servi en mer à bord du dragueur de mines NCSM Drummondville pendant la bataille de l’Atlantique.

Le Canada se souvient.»